Quitte ou double !

  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle
  • © Gilles Morelle

C’est le quatrième jour de course de la SSL Gold Cup à Gran Canaria, et c’est aussi le jour de la finale à double point pour les 1/32 Finals. Le vent se lève, le soleil brille – c’est parfait pour les courses de voiliers. Pour les équipes nationales de la flotte 2, le Chili, le Portugal, l’Estonie et Cuba, c’est aussi une double journée de course, après qu’ils n’aient pas pu régater hier lorsque le vent est tombé dans l’après-midi. Ils ont été les premiers sur le plan d’eau, accueillis par un beau vent de 10 nœuds du nord.

Avec autant de points en jeu, la pression et l’intensité sont doublées aujourd’hui, la récompense étant la qualification pour les 1/16 de finale pour les deux meilleures équipes de chaque flotte.

Flotte 2 – Course 3

Au départ de la course, c’était quitte ou double pour Cuba, qui a pris le côté gauche du parcours alors que toutes les autres équipes ont choisi le côté droit. Le coup de dés a été payant pour les « Pirates des Caraïbes », qui ont réussi à conserver leur avance pendant la majeure partie de la deuxième étape.

Cependant, tout n’allait pas pour le mieux pour les Pirates, avec une surcharge sur le winch tribord qui les a empêchés d’affaler leur spi jusqu’à la porte sous le vent. Ils ont réussi à résoudre le problème, mais à ce moment-là, ils avaient un kilomètre de retard sur le peloton.

A la marque au vent, le Portugal est revenu en tête de la flotte, devançant l’Estonie de seulement 2 secondes, suivi du Chili à 10 secondes. Les équipes ont conservé cet ordre pour l’étape 3, jusqu’à la ligne d’arrivée, avec seulement 15 secondes d’écart entre les trois équipes.

De retour à terre, le moral de l’équipe cubaine est au plus bas, comme l’explique le capitaine Nélido Manso Lopez :

« Il était impossible de se défaire de la drisse pendant le vent arrière. Après notre avance sur ce bord de près, l’équipe est dévastée car nous n’avons plus aucune chance d’accéder à la prochaine manche ».

Malgré leur troisième place, les chiliens de Finis Terrae Sailors étaient toujours en tête de la flotte à l’approche de leur dernière course. Le tacticien Benjamin Grez semblait prêt pour leur deuxième course de la journée :

« En tant que leader du groupe, nous avons un peu de pression, mais en même temps, nous sommes toujours en bonne position parce que l’Estonie et le Portugal sont assez proches en termes de points, donc c’est sûr qu’ils vont ressentir la pression plus que nous. Nous allons continuer à faire ce que nous avons fait dans les autres courses : garder le bateau calme, faire les choses simplement et minimiser les erreurs.

Flotte 4 – Course 4

Dans la première des courses à double point d’aujourd’hui, SSL Team Oman a pris une avance confortable dans le premier bord, avec la République Tchèque à 21 secondes à la marque au vent, suivie par la Lituanie à 8 secondes, et l’Afrique du Sud à 9 secondes à l’arrière de la flotte.

A l’image de la performance de Cuba dans la course précédente, Oman a mené le peloton jusqu’à la fin du bord de portant, quand un affalage de spi lent leur a fait perdre la tête, et que « Les Tchèques » ont pris les devants.

Le vent s’étant levé, le comité de course a augmenté la longueur du parcours pour le deuxième tour. Avec le ciel bleu et les eaux scintillantes des Canaries, les coques dorées des voiliers SSL 47 étincellent et la course est électrique.

L’Afrique du Sud n’a jamais baissé les bras et a remonté la flotte lors du deuxième bord de près, passant la marque au vent à seulement 8 secondes de la Lituanie et des Tchèques juste derrière.

Les positions sont restées les mêmes au vent arrière, ce qui signifie que les ‘Ambers’ lituaniens et ‘Team Ubuntu’ d’Afrique du Sud sont les deux premières équipes à se qualifier pour les 1/16èmes de finale !

Interrogé sur la capacité de son équipe à rester dans la compétition, le capitaine lituanien Rokas Milevičius a déclaré :

« Avec un peu de chance, jusqu’en décembre, n’est-ce pas ? C’est le plan, mais dans un sens, nous sommes aussi fatigués et cela devient plus difficile chaque jour, parce que chaque jour fait des ravages. Mais nous nous sentons aussi beaucoup plus confiants avec le bateau. Bien sûr, nous n’avons pas vu les autres conditions, que nous aimerions voir et naviguer. Aujourd’hui, c’était censé être une journée très légère et il s’est avéré qu’il y avait des conditions de pleine randonnée avec un foc léger. Alors oui, on ne sait jamais ».

Le Sud-Africain Howard Leoto, protégé de l’école de voile du capitaine Ian Ainslie, était ravi d’accéder aux 1/16e de finale :

« Cela signifie beaucoup et je suis super excité ! Je suis sans voix ! La course a été assez serrée, mais grâce à notre travail d’équipe, nous avons réussi à nous en sortir. J’étais un peu inquiet lorsque nous étions en dernière position, mais j’avais confiance en l’équipe. Nous sommes très patients, calmes et concentrés sur nos rôles, ce qui nous a permis de revenir en tête.

Quant à savoir jusqu’où l’Afrique du Sud peut aller dans la compétition, Howard a ajouté : « Très, très loin :

« Très, très loin. Nous avons participé aux SSL Test Events, que nous avons remportés, donc je pense que nous pouvons aller loin.

L’équipière Michaela Robinson partage l’optimisme de son coéquipier :

« Nous avons pris un mauvais départ, mais nous avons réussi à bien nous en sortir. Chacun à son poste est en train de se perfectionner, nos tâches sur le bateau sont de plus en plus efficaces et la synergie est vraiment au top en ce moment ».

Flotte 1 – Course 4

Tahiti, avec son palmarès sans faille, a donné l’impression que tout était facile et a dominé la course dès le début. La Bulgarie a suivi de près dans son ombre, jusqu’à ce que la Slovénie vienne se disputer la première place à l’approche de la marque au vent.

Malgré un spi déchiré sur le dernier bord de portant pour l’équipe slovène, la course s’est déroulée comme prévu avec les deux premières équipes avant la course, ‘The Black Pearls’ de Tahiti et ‘KRPANI1860’ de Slovénie, qui ont pris les deux premières places, et leur place dans les 1/16èmes de finale.

Le capitaine de ‘The Black Pearls’, Teva Plichart, s’est lancé dans la série finale de la SSL Gold Cup avec peu d’attentes, et la victoire de Tahiti l’a rendu très heureux d’accéder aux 1/16 de finale :

« Nous sommes vraiment heureux et fiers de ce que nous avons fait. Nous savions que nous étions en bonne position, alors nous avons pris notre mal en patience et nous avons bien navigué.

A propos de l’excellente vitesse du bateau que l’équipe de Tahiti semble apprécier, Teva a déclaré : « C’est une course de vitesse avant tout :

« C’est avant tout une course de vitesse, donc si nous naviguons vite, cela nous aide beaucoup. Plus nous avancerons dans la SSL Gold Cup, plus nos adversaires deviendront rapides.

Les Black Pearls sont rapidement devenus les favoris des supporters et pourraient bien être les chevaux noirs de la SSL Gold Cup. Teva est fière de leur performance jusqu’à présent :

« Lorsque nous avons eu le premier briefing, nous étions presque sûrs de ne pas passer les 1/32e de finale, nous sommes donc assez surpris. Continuons et nous verrons bien ! »

Vasilij Zbogar, capitaine de ‘KRPANI1860’, nommé d’après un héros de la mythologie slovène, a déclaré que son équipe avait besoin d’une pause bien méritée :

« C’était très intense, bien plus que ce que nous pensions. Au début, nous avions le sentiment d’être une équipe très forte, et nous pensions donc que nous allions passer assez facilement, mais à la fin, ce fut un choc – la SSL Gold Cup est très compétitive, très exigeante.

« Pour les jours à venir, nous prévoyons quelques changements. Je pense qu’il est essentiel pour l’équipe de se rafraîchir un peu. Cette compétition est un marathon, pas un sprint – si vous restez dans le coup – donc il faut que les gens soient prêts mentalement et physiquement. Nous nous préparerons les deux prochains jours à l’arrivée des autres équipes et nous essaierons d’utiliser tout ce que nous avons appris cette semaine pour le prochain tour.

« Chaque course a été très serrée, mais je pense que c’est une bonne chose pour les spectateurs. C’est incroyable à regarder et les réactions à la maison sont excellentes. Les gens aiment les drames et aujourd’hui, comme hier, il y a eu beaucoup de drames avec un kite cassé et la tentative de terminer la course.

Flotte 2 – Course 4

La deuxième course de la journée pour la flotte 2, et la première étape a été incroyablement serrée. Le Portugal a pris l’avantage à la marque 1, mais le reste de la flotte était juste derrière, avec seulement 21 secondes d’écart entre eux. Lors de la troisième étape, tout était encore à faire, les résultats projetés ne montrant qu’une différence d’un point entre les quatre équipes.

Le barreur portugais Afonso Domingos a déclaré à propos de la qualification pour les 1/16e de finale :

« Aujourd’hui, nous avons réalisé une belle performance en terminant 1er et 2ème, c’est vraiment bien, mais nous devons encore améliorer certaines choses pour augmenter notre compétitivité.

En ce qui concerne le travail d’équipe nécessaire pour naviguer sur un SSL47, Afonso explique que tout est une question de processus :

« Une chose que nous disons est que le bateau est compliqué. Ce n’est pas le bateau qui est compliqué, c’est l’équipage qui peut compliquer les choses. Il faut faire les choses étape par étape, et si vous ne suivez pas les étapes, vous compliquez beaucoup de choses. Les manœuvres sont une question de timing, si vous arrivez à le faire correctement, vous pouvez naviguer en douceur et tout le monde est content.

Malgré l’avance confiante du Chili après la première course ce matin, le double comptage des points combiné à leur dernière place les a fait chuter à la troisième place du classement, écourtant ainsi le voyage des  » Finis Terrae Sailors « .

Les jumeaux Tõniste de l’équipe estonienne ‘Icebreakers’ ont connu une double difficulté. Le régleur Toomas a commenté :

« Toutes nos courses ont pris un bon départ jusqu’à présent. Notre vitesse n’était peut-être pas la meilleure, mais nous avons été tactiques et avons réussi à conserver la deuxième place.

Le capitaine de l’équipe, Tõnu, est ravi d’aborder la prochaine manche : « Nous voulions tous aller de l’avant, personne ne voulait rentrer à la maison, nous sommes donc très heureux. »

Pour les deux prochains jours de repos, les Estoniens ont un programme prudent :

« Nous n’avons rien de prévu pour l’instant. Nous allons juste laver nos vêtements et être prêts pour le lendemain. »

Flotte 3 – Course 4

La dernière course de la journée a été très disputée, trois des quatre équipes ayant le même nombre de points, et les Bermudes n’étant qu’à deux points, ce qui a ouvert la voie à une fin de course imprévisible.

Dès le départ, le suspense est à son comble : Team Ukraine doit rapidement démonter ses voiles suite à la défaillance d’une pièce de fixation sur la barre de flèche, ce qui les met cruellement hors course.

A l’approche de la fin de la première étape, Antigua & Barbuda et la Malaisie s’affrontent en tête à tête, passant la marque 1 avec seulement 7 secondes d’écart. Mais après une pénalité infligée par la Malaisie, Antigua & Barbuda a dû effectuer un virage à 360 degrés. Ce contretemps a fait chuter « The Rum Runners » de la tête à la deuxième place, puis finalement à la troisième derrière les Bermudes.

À la fin de la marque 3, la dynamique de la course a changé de façon spectaculaire. Les Bermudes, dans une manœuvre étonnante, ont dépassé la Malaisie, avec Antigua & Barbuda à 400 mètres derrière.

Cependant, les Bermudes ont perdu leur position au profit de la Malaisie dans la dernière ligne droite. Pour l’équipe de Malaisie, il s’agit d’une première victoire cruciale et capitale dans la flotte, qui arrive au bon moment, comme l’explique le capitaine Megat Danial :

« C’était serré jusqu’au bout et nous sommes très heureux d’obtenir ce résultat aujourd’hui, car nos marins ont fait beaucoup de sacrifices pour être ici. Nous nous sommes préparés au mieux avant la compétition, et pour un pays comme la Malaisie, qui n’a pas l’habitude de naviguer sur des quillards à ce niveau, nous sommes très reconnaissants et nous attendons avec impatience les finales des 1/16 ».

Le fait que Son Altesse Tengku Amir Shah ait assisté à la compétition a été un honneur pour l’équipe :

La présence de Son Altesse Tengku Amir Shah a été un honneur pour l’équipe : « Cela signifie beaucoup qu’il nous soutienne et qu’il représente notre pays ».

Bien que Son Altesse Tengku Amir Shah ait été déçu de ne pas être présent pour le prochain tour de la compétition, il a fait l’éloge du format de la SSL Gold Cup pour avoir favorisé l’unité entre les athlètes et les nations en compétition :

« Cette [compétition] concerne la nation, ce qui est dans l’intérêt de tous nos pays. Elle rassemble nos athlètes. Nous nous sommes entraînés dans des pays comme la Croatie sur le RC44 pour que l’équipe apprenne à travailler ensemble, car elle est normalement en concurrence.

La « mousson » malaisienne a certainement réussi à s’imposer aujourd’hui, forgeant un double héritage qui reflète les triomphes des athlètes et de leur nation.

Les Bermudes ont dû attendre la clarification du système de départage pour confirmer leur place dans les 1/16 de finale. La deuxième place des Privateers dans la Course 4 à double point leur a permis de l’obtenir grâce aux 6 points qui leur ont été attribués.

Lors de la cérémonie du podium, le Chili et Antigua & Barbuda se sont vus attribuer des places de « Lucky Loser », ce qui leur permet de rester en lice pour un nouveau tour.

L’action reprendra le jeudi 16 novembre avec les 1/16 de finale de la SSL Gold Cup.

Source

Star Sailors League SA

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent