Dalin et Bidégorry, prêts pour une Jacques Vabre de haut vol !

© DR

Avec 40 IMOCA attendus sur la ligne de départ devant Le Havre dimanche 29 octobre prochain, la régate atlantique de 5 400 milles en double jusqu’en Martinique promet d’être plus intense que jamais. « La Route du Café risque d’être très disputée, sans doute plus que sur les précédentes éditions. » confirme Charlie Dalin dont ce sera la 4e participation (3e en 2015, 1er en 2019 et 2e en 2012). Avec Pascal Bidégorry (9e participation), désormais rétabli, le binôme de MACIF Santé Prévoyance compte bien jouer en première ligne sur ce nouvel IMOCA parfaitement préparé, et ainsi tenter la victoire…

30 ans de la Transat Jacques Vabre…

Nous y sommes. Le top départ de la première grande confrontation au large approche à grands pas. Depuis la mise à l’eau le 24 juin dernier, les équipes de MACIF Santé Prévoyance et de MerConcept n’ont pas perdu une seconde : navigations techniques, optimisation, entraînements longue durée, participation à la Rolex Fastnet Race (victoire) et au Défi Azimut (2e des 48h). Tous les voyants sont donc au vert pour que Charlie Dalin et Pascal Bidégorry puissent performer dès le top départ dimanche prochain à 13h29 très exactement. « Nous avons participé à un stage avec le Pôle Finistère Course au Large, effectué pas mal de navigations techniques et continué à peaufiner le bateau pour le rendre plus performant. Je me sens prêt, je sens le bateau prêt, je suis content du niveau de préparation, qui est encore plus abouti qu’en 2019. » explique Charlie.

Retour sur le convoyage express et amarrage au Havre tout en émotions

Concarneau-Le Havre en 24h, de quoi profiter de la toute dernière navigation de MACIF Santé Prévoyance avant le grand départ et procéder aux dernières vérifications sur les voiles, les pilotes automatiques et l’électronique. Un convoyage effectué avec Pascal Bidégorry et une partie de l’équipe technique qui permet au skipper Havrais d’afficher une certaine sérénité avant de plonger dans le grand bain médiatique et la fébrilité de cette période d’avant-départ : « Je n’avais jamais été aussi vite en IMOCA entre Concarneau et l’entrée de la Manche. Le convoyage nous a permis de cocher toutes les cases de la check-list, de procéder à de multiples vérifications. Un moment important avant le départ. Tout est en ordre de marche ! » Pour Charlie Dalin, une arrivée devant les digues du port du Havre, n’a rien d’anodin, lui qui a usé ses fonds de cirés en 420 à l’adolescence dans ces eaux normandes. « C’est toujours beaucoup d’émotions d’arriver au Havre. Il y avait ce vent de nord-est un peu rafaleux et lourd, cela m’a rappelé mes sorties automnales en 420 quand j’étais plus jeune. Je me souviens que dans ces conditions, plus on s’éloignait de la digue, plus le vent était fort et la mer creusée. Il y avait parfois des dessalages intempestifs ! J’ai navigué de 12 à 18 ans en 420 au SNPH (Club Nautique et Plaisance du Havre) en école de sport et en compétition, je naviguais tous les week-ends. Ce sont de supers souvenirs ! »

Pascal Bidégorry : « Oui je vais naviguer et tourner les manivelles ! »

Pascal Bidégorry n’a pas ménagé ses efforts pour retrouver toute sa mobilité depuis les 48h Azimut. « Grâce à un excellent encadrement médical, j’ai suivi un protocole à la lettre avec des séances quotidiennes de kiné. Aujourd’hui tout va bien, j’ai bien récupéré. Oui je vais naviguer, je vais tourner les manivelles ! » confie le co-skipper. Pour sa 9e participation, Pascal est très enthousiaste de traverser l’Atlantique aux côtés de Charlie. « Un skipper très doué, travailleur, empathique et humble. » Ainsi, le duo complémentaire qui fonctionne à merveille depuis les tous premiers bords du bateau, se tourne déjà vers les premiers fichiers météo, les esprits concentrés sur l’échiquier Atlantique, impatients de retrouver le grand large et l’adrénaline de la course…

Ils ont dit

Charlie Dalin, skipper de MACIF Santé Prévoyance

« Ce sera une première confrontation au large, une première navigation longue sur ce bateau, cela permettra de jauger les vitesses sur le long terme… Une occasion aussi de découvrir le bateau élaboré par l’architecte Guillaume Verdier dans des conditions potentiellement froides puis chaudes car nous allons naviguer très proche de l’équateur longtemps, et voir comment on vit dans le bateau sous ces latitudes chaudes, vérifier le bien-fondé de notre évolution des aérations.
La Route du Café risque d’être très disputée, sans doute plus que sur les précédentes éditions. Avant, cela se jouait beaucoup sur la préparation des bateaux, aujourd’hui, tout le monde est prêt, et vu le niveau actuel de la flotte, la grande homogénéité des performances, cela se disputera sur le niveau de forme des skippers. Il faudra être au rendez-vous au bon moment.
Nous partons pour deux transats : l’aller en duo et le retour via l’Atlantique Nord en solitaire. J’ai envie que cette course soit engagée, qu’on fasse le parcours complet, ce sera une belle expérience très instructive. On aimerait bien remporter la Transat Jacques Vabre. »

Pascal Bidégorry, co-skipper de MACIF Santé Prévoyance

« Suite à cet incident que j’ai subi à l’épaule pendant le Défi Azimut, et grâce à un excellent encadrement médical, je suis mon protocole à la lettre avec des séances quotidiennes de kiné. Quand le médecin m’a annoncé « Vous allez faire la Transat Jacques Vabre et vous allez la gagner » cela m’a regonflé à bloc ! Il reste forcément une petite appréhension, mais je sais que passées les 24 premières heures de course, je serais dans le rythme… La Transat Jacques Vabre reste une course difficile, et en double, l’engagement sur le bateau est important, on est à fond tout le temps, tout le monde attaque… C’est la grosse échéance de l’année et c’est toujours très excitant de découvrir les IMOCA neufs. Je suis hyper concentré, et je le resterai jusqu’au bout ! »

Source

Disobey.'

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 24 octobre 2023

Matossé sous: Course au Large, IMOCA, Transat Jacques Vabre

Vues: 600

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre