Un podium de première classe !

© Pierrick Garenne

  • © Pierrick Garenne
  • © Pierrick Garenne
  • © Pierrick Garenne
  • © Pierrick Garenne
  • © Pierrick Garenne

Le bassin des Chalutiers de La Rochelle a accueilli hier après-midi et jusqu’en soirée les concurrents du Défi Atlantique, 2e édition après celui de 2019. Les 13 Class40 sont arrivés en ordre serré au terme de leur long périple depuis Pointe-à-Pitre, via Horta sur l’île de Faial aux Açores. La victoire au temps cumulé sur les deux étapes revient à l’équipage de Crédit Mutuel, Ian Lipinski, Antoine Carpentier et Rémi Fermin. La lutte épique menée par ces trois hommes face à un redoutable duo Italien, Ambrogio Beccaria (Alla Grande Pirelli) et Alberto Bona (IBSA) a ouvert la porte aux légitimes ambitions des équipages Français d’Erwan Le Draoulec, vainqueur de la seconde étape sur Everial, bien aiguillonné par le revenant Jules Bonnier (Nestenn – Entrepreneurs pour la planète), et rejoint sur le podium par le double Britannique Alister Richardson – Brian Thompson (Tquila).

Un parcours riche en complexités météorologiques, une étape mythique à Horta, une compétition exacerbée entre skippers professionnels et propriétaires éclairés, une lutte intergénérationnelle entre voiliers aux designs représentatifs de plus de 15 ans de recherches architecturales propres à la Class40, une mixité appelée à se développer avec trois femmes à l’arrivée, et une ambiance, une convivialité si spécifique à cette catégorie de bateaux de 12,18 m, ont fait de cette seconde édition de cette Transat retour de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, organisée par Grand Pavois Organisation, un véritable succès sportif et humain.

Un duel Franco Italien
Course résolument « décarbonée », permettant aux concurrents de la dernière Route du Rhum – Destination Guadeloupe de ramener en course et par la mer leurs voiliers depuis Pointe-à-Pitre, le Défi Atlantique a, dès ses premiers bords tonitruants sous Basse Terre et Marie-Galante, donné le ton d’une vive empoignade entre les favoris de la course, Crédit Mutuel, N°158, plan Raison de 2019, et deux Class40 de toute nouvelle génération, le Mach 40.5 IBSA, mené par un ébouriffant trio Italo Espagnol, Alberto Bona, Pietro Lucciani et Pablo Santurde del Arco, et le deuxième de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, Ambrogio Beccaria (Alla Grande Pirelli), épaulé en la circonstance par l’architecte de son bateau Italien construit en Italie, Gianluca Guelfi, et Alberto Riva. D’emblée, ces trois ténors donnaient le ton lors du premier morceau de bravoure de l’épreuve, un interminable bord cap au Nord et tribord amure travers aux alizés. Au point peut-être, d’exercer un marquage d’une telle rigueur qu’il occultait le reste de la flotte, où se démenaient avec bonheur les autres « nez ronds » de la course, les impressionnants scows désormais en capacité d’aligner des journées à plus de 400 milles. Axel Tréhin et son Project Rescue Ocean, Marc Lepesqueux et son nouveau Lift V2 Curium Life Forward, Erwan Le Draoulec sur Everial, faisaient entendre leur voix au chapitre et mettaient les Italiens sous pression. Une pression, peut-être, responsable en partie du coup magistrale de l’épreuve tenté et parfaitement réussi par Crédit Mutuel, quand Ian Lipinski et ses hommes interrompaient leur progression plein Nord, rompant l’engagement avec le duo Italien, et parvenaient à couper la dorsale pour retrouver avant leurs concurrents les flux d’Ouest de la dépression. En un battement de voile, Crédit Mutuel s’emparait de la tête avec un gain substantiel de 37 milles qu’il préservait jusqu’à l’arrivée en baie de Horta. Les 1 heure et 56 minutes qu’ils s’adjugeaient aux dépends d’Ambrogio Beccaria, et les 5 heures et 36 minutes sur Alberto Bona, scellaient en vérité l’issue de la course. Les 1 300 milles de la seconde étape vers La Rochelle voyaient en effet les trois leaders se livrer à une sévère guerre de marquage, qui une fois encore, ouvrait la porte de la victoire d’étape aux autres ténors de la classe. C’est Erwan Le Draoulec qui signait le joli coup stratégique de la manche, parti loin dans le nord chercher pression et angle favorable au vent d’Ouest. Erwan, nouveau skipper d’Everial suite au retrait de Stan Thuret, signait de la meilleure des manières la prise en main de son Class40. Deuxième de l’étape, Jules Bonnier est le revenant et l’une des belles histoires de la course. Son Nestenn – Entrepreneurs pour la planète avait en effet été contraint à l’abandon dès le départ de Pointe-à-Pitre. Jules et son équipe réalisaient deux miracles, celui d’acheminer un barreau de barre de flèche depuis la Roumanie, avant de rallier en moins de 8 jours les Açores, pour prendre le départ de la seconde étape après seulement quelques heures de repos. Sa deuxième place à La Rochelle avait une puissante saveur de victoire. Le valeureux duo Britannique de Tquila complétait le podium de la manche.

Une course âpre et engagée.

Ian Lipinski succède ainsi à Aymeric Chappelier au palmarès d’un Défi Atlantique appelé à devenir une Classique de la Class40. Il aura bouclé les 3 513 milles du parcours en 16 jours et 49 minutes, à 9,1 noeuds de moyenne. Il a en réalité couvert 4 174 milles sur le fond à 10,8 noeuds de moyenne. Il inscrit son nom en haut de tous les panneaux statistiques de l’épreuve, à commencer peut-être par cette incroyable journée du 11 avril quand il parcourait 407,2 milles en 24 heures, à 17 noeuds de moyenne… Un Chrono que s’empressait de battre Ambrogio Beccaria, qui avalait 417,12 milles à 17,4 noeuds de moyenne en Class40 ! Pointé à 84 reprises en tête des différents pointages quotidiens, la victoire de Crédit Mutuel ne souffre à l’évidence d’aucune contestation. Mais, on notera qu’IBSA, Alla Grande Pirelli, mais aussi Curium Life Forward et Everial ont eux aussi, et à de nombreuses reprises, occupé la tête des classements, preuve de l’âpreté des joutes.

La Rochelle en Charente-Maritime et son bassin des Chalutiers baignés de soleil a ainsi toute la journée d’hier célébré ces marins responsables qui bouclaient dans une bonne humeur communicative la fin d’un périple débuté en novembre dernier à Saint-Malo avec le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Tous louent avec enthousiasme le profil éminemment sportif et profondément aventureux de la course, avec cette neutralisation magique à Horta, qui redonne à la course au large sa couleur de voyage et de découverte.

Ils ont dit :

Denis Hugues, Directeur de course du Défi Atlantique :

« Ce Défi Atlantique est plus qu’une aventure, c’est une course majuscule. Cela a régaté du début à la fin, avec des options multiples. Sur l’eau, la bagarre a été féroce. C’est un grand voyage, des cocotiers de Guadeloupe aux deux tours de la Rochelle. Les coureurs sont d’un niveau impressionnant, des vainqueurs de la Mini comme Ian, les Italiens qui vont vite… on n’a pas été déçu ! La course s’est jouée sur un coup de Trafalgar entre Crédit Mutuel et les Italiens. On a ensuite assisté à une course de marquage et Ian Lipinski a fait ce qu’il devait faire pour l’emporter. La deuxième étape est plus courte et moins sélective. On assiste donc à des arrivées très groupées. On voit que les équipages n’ont rien lâché, ont pris des risques, ont navigué à la limite. Cela envoie fort en Class40 ! Des équipages de 2, 3 ou 4 hommes et femmes permettent d‘utiliser les bateaux à 100/%. On a assisté à une très belle course, avec un parcours d’Ouest en Est très riche. Ce n’est pas qu’une course d’alizés où les options sont rares. Dans ce sens on a assisté à de nombreuses options. Horta est une escale mythique, avec des gens d’une gentillesse inouïe, un paysage incroyable. »

Camille Pélage, Vice-Président du Conseil Régional de La Guadeloupe

« Avec de Défi Atlantique, un peu de Guadeloupe vient d’arriver à la Rochelle, sous le soleil. Cela a été une très belle course. On a vécu de très beaux instants sur l’eau, et à terre, à Pointe-à-Pitre. On a pu travailler sur les problématiques de la décarbonation dans le nautisme. On a pu discuter avec le Maire de La Rochelle sur des possibilités de coopération, sur la formation, sur le développement de l’économie bleue. Au-delà de la course, nous échangeons entre La Guadeloupe et La Rochelle. Il existe beaucoup de valeurs humaines dans cette collaboration. Ce sont des valeurs que portent le Défi Atlantique, des valeurs humaines et environnementales. Je donne rendez-vous à tous les skippers dans 4 ans. Et on travaille à aussi pour faciliter la venue de coureurs Guadeloupéens, et pas pour faire de la figuration… »

Alain Pochon, président de Grand Pavois Organisation

« Cette deuxième édition est clairement une réussite. 13 bateaux au départ de cette transatlantique retour, qui est je le rappelle la seule au départ des Caraïbes vers l’Europe, et 13 bateaux à l’arrivée. La lutte sur l’eau a été de toute splendeur et les sourires sur les visages des 13 équipages en disent long sur leur satisfaction et leur plaisir. Ce parcours retour Atlantique au départ de Pointe-à-Pitre a été tactique tant au niveau météo qu’au niveau stratégique. Nous avons un podium de première classe et les Class40 nous ont montré des performances incroyables ! Je me dois de remercier nos partenaires et en premier lieu la Région Guadeloupe qui, à Pointe-à-Pitre, avait mis en place un village départ entièrement consacré à la Croissance bleue, à la décarbonation mais aussi tourné vers la pratique des activités nautiques. Des master class avaient été également organisées pour valoriser les métiers du nautisme, réunir les professionnels locaux et valoriser le formidable territoire qu’est La Guadeloupe en s’appuyant sur notre événement, le Défi Atlantique. Merci de la confiance de son président M. Ary Chalus et de la présence de ses équipes à nos côtés. A noter que M. Camille Pelage, vice-président de La Région Guadeloupe, a également eu l’occasion lors de son séjour de rencontrer la présidente du département de La Charente-Maritime, Mme Sylvie Marcilly. Je remercie également le département de la Charente-Maritime, le Port de Plaisance de La Rochelle sans oublier la ville d’Horta sur l’île de Faial aux Açores. Merci à la Class40 avec qui nous travaillons en parfaite harmonie et sur des valeurs communes, ainsi que la Fédération Française de Voile qui est à nos côtés. Rendez-vous en 2027 ! ».

Classement général à l’issue des deux étapes :

  1.  Crédit Mutuel – Ian Lipinski : 16j 00h 49min 29s
  2.  Alla Grande Pirelli – Ambrogio Beccaria : 16j 02h 29min 52s à 01h 40 min 23s du premier
  3.  IBSA – Alberto Bona : 16j 06h 58min 28s à 06h 08min 59s du premier
  4.  Project Rescue Ocean – Axel Trehin : 16j 19h 46min 38s à 18h 57min 09s du premier
  5.  TQuila – Alister Richardson : 17j 00h 59min 00s à 1j 00h 09min 31s du premier

Source

Grand Pavois Organisation

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 24 avril 2023

Matossé sous: Class40, Course au Large, Défi Atlantique

Vues: 728

Tags: ,

Sous le vent

Au vent