Départ spectaculaire depuis Alicante

La 14e édition de The Ocean Race, la course autour du monde en équipage, est partie d’Alicante, en Espagne, ce dimanche. Alors que The Ocean Race célèbre son 50e anniversaire, une flotte composée des meilleurs marins du monde a pris le départ de ce qui est communément reconnu comme le test ultime d’une équipe dans le monde du sport.

Cinq voiliers de la classe IMOCA – les monocoques haute technologie équipés de foils – ont pris le départ dans des conditions idéales, en face du Ocean Live Park d’Alicante, peu après 16h00, heure française.

Deux heures plus tôt, une flotte de six monotypes VO65 s’est également élancée pour la première étape d’une épreuve plus courte, focalisée sur l’Europe, The Ocean Race VO65 Sprint, qui comporte trois manches.

Alors que les deux flottes font route vers le Cap-Vert, à quelque 1900 milles nautiques, les IMOCA poursuivront leur course autour du monde, tandis que les VO65 feront une pause, avant de rejoindre la flotte des IMOCA en Europe au printemps pour les deux dernières étapes.

Tous les marins ont été célébrés par presque 140 000 fans passionnés qui ont visité l’Ocean Live Park ce week-end pour profiter de l’expérience The Ocean Race, qui comprenait des activités autour du programme de durabilité Racing with Purpose, développé en collaboration avec notre partenaire 11th Hour Racing.

La fréquentation totale d’Alicante sera connue après la fermeture du Ocean Live Park ce dimanche soir, mais le nombre de visiteurs samedi a dépassé les 60 400, ce qui représente un record en cinq éditions au départ d’Alicante.

Alors que la période de pré-départ à Alicante a bénéficié d’une météo idéale pour le mois de janvier, avec des températures élevées sous un ciel ensoleillé, les marins attendaient eux aussi des conditions météorologiques favorables.

Les IMOCA sont partis autour du monde dans des conditions de course optimales.

Avec le faible front météorologique qui est passé sur la zone de départ plus tôt dans l’après-midi, les conditions de vent avaient commencé à se stabiliser autour des 12-14 nœuds, de nord / nord-ouest pour le départ des cinq IMOCA.

Néanmoins, deux heures après le départ des VO65, il était clair, d’après les images aériennes, qu’il y avait encore quelques variations de vent.

Sur l’eau, au moment du coup de canon, c’est le tout nouveau Biotherm (FRA) de Paul Meilhat qui a donné le ton, lancé sur ses foils. Un spectacle impressionnant, d’autant plus que la semaine dernière, cet équipage naviguait pour la première fois ensemble à bord d’un bateau qui venait d’être mis à l’eau.

Après quelques moments d’instabilité sur le bord de reaching vers la première marque, lorsque le bateau s’est envolé, il était clair que l’équipe française était rapide mais pas encore bien réglée.

Derrière eux, sur leurs traces, le Team Holcim-PRB (SUI) de Kevin Escoffier s’est également envolé par moment. Les deux bateaux naviguant à un rythme effréné.

Le deuxième bord du parcours côtier a vu la flotte naviguer au portant. Les bateaux étant moins sollicités, les équipes ont pu ajuster leurs réglages avant le prochain bord rapide. Quelques secondes après que Biotherm ait passé la marque 3, il était clair qu’ils avaient fait quelques ajustements essentiels au niveau de leurs réglages.

Cette fois, le bateau était plus rapide et mieux réglé. Biotherm a accéléré sur le troisième bord et a ensuite accentué son avance sur le reste de la flotte.

Pendant ce temps, après un départ mitigé, 11th Hour Racing Team (USA), skippé par Charlie Enright, est remonté de la dernière à la troisième place. L’expérience se fait déjà sentir pour une équipe que beaucoup considéraient comme favorite.

Alors que 11th Hour Racing Team se rapproche de la tête de la flotte, le Team Malizia de Boris Herrmann (GER) s’est retrouvé derrière mais a pu dépasser GUYOT environnement – Team Europe (FRA/GER), skippé par Benjamin Dutreux après que l’équipe franco-allemande ait eu un problème avec son code zéro, ce qui l’a obligé à faire une pause pour résoudre le problème.

De retour à l’avant et alors que les leaders franchissaient la dernière marque, Biotherm atteignait 29 nœuds. Leur avantage s’est rapidement allongé à 500 mètres sur le second, Holcim-PRB. Après seulement 40 minutes de navigation, c’est une performance impressionnante.

Avant le départ, le skipper Paul Meilhat avait expliqué à quel point lui et son équipage seraient à l’aise pour naviguer en mode manuel si nécessaire. Il a vite illustré son propos après avoir effectué un tour rapide du parcours côtier, la barre à la main.

D’autres ont expliqué l’importance de prendre les choses avec précaution. Mais si le parcours côtier a révélé quelque chose, les vitesses des bateaux dépassant régulièrement les 30 nœuds alors que la flotte s’éloignait du rivage et entrait dans la brise plus forte ont illustré ce que signifie le nouveau monde de la course en IMOCA en équipage complet, ainsi qu’une démonstration du rythme effréné qui s’annonce pour cette étape de 3 500 kilomètres vers le Cap-Vert.

Classement à la marque 4

  1. Biotherm (FRA)
  2. Team Holcim-PRB (SUI)
  3. 11th Hour Racing Team (USA)
  4. Team Malizia (GER)
  5. GUYOT environnement – Team Europe (FRA/GER)

La flotte des VO65 a pris le départ en premier

Le sprint VO65 de The Ocean Race a été la première course à prendre le départ depuis Alicante, ce dimanche.

Depuis plusieurs jours, la météo a été au centre des préoccupations pour cette première étape de 1 900 milles nautiques entre Alicante et le Cap-Vert.

Regardez le replay complet du départ de la VO65 ici.

Ce sont surtout les prévisions de vents forts et de grosses mers que la flotte devait rencontrer en se dirigeant vers le détroit de Gibraltar. C’est ce qui a occupé les esprits.

Mais les prévisions avaient également indiqué que les premiers bords de la phase initiale de l’étape 1 de la VO65 Sprint Cup (un parcours côtier en forme de rectangle) seraient très délicats en raison du passage d’un front météorologique.

Et au moment du départ des VO65, la météo a effectivement donné quelques sueurs froides sur le plan d’eau.

Pour le départ à 14h05 heure française, la brise était à la fois légère et d’une direction différente de celle prévue à l’origine, transformant le premier bord en un bord de près plutôt qu’en un bord de reaching.

Parmi les six bateaux, c’est le WindWhisper Racing Team (POL) skippé par Pablo Arrarte qui a tiré le meilleur des premières minutes. Partir à l’extrémité de la ligne s’est avéré être une décision gagnante avant une baisse et un changement de direction du vent.

A partir de là et pendant l’heure qui a suivi, l’équipe polonaise a parfaitement lu les conditions changeantes pour mener la flotte tout autour du parcours rectangulaire.

Derrière eux, le Team Jajo (NED) skippé par Jelmer van Beek a également pris un départ en trombe, tandis que l’Ambersail 2 (LUI) de Rokas Milevičius était troisième.

Une fois le parcours dans la baie terminé, la brise s’est calmée, tout comme le classement – pour l’instant.

Avec des prévisions de conditions complexes et changeantes, ainsi que des menaces de vents forts et de mer formée, personne ne prend rien pour acquis.

Positions de la marque 5

  1. WindWhisper Racing Team (POL)
  2. Team Jajo (NED)
  3.  Ambersail 2 (LUI)
  4. Mirpuri Foundation Racing Team (POR)
  5. Austrian Ocean Racing Powered by Team Genova (AUT/ITA)
  6. Viva México (MEX)

Source

The Ocean Race

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 16 janvier 2023

Matossé sous: 2023, Course au Large, The Ocean Race

Vues: 269

Tags: , , , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent