A dix jours du départ, la Solidaire du Chocolat dans le viseur d’Adrien Hardy

© Jacques Vapillon

Se lancer dans la Solidaire du Chocolat c’est immanquablement mettre l’étrave de son bateau dans le sillage de Christophe Colomb. Bien que du Class 40 (12 mètres) aux caravelles (20 à 30 mètres), tout ou presque a changé dans la construction navale, il n’en reste pas moins que le geste est équivalent : on largue les amarres d’un continent pour venir s’arrimer à un autre un mois plus tard. C’est le même lâcher-prise terrestre pour s’en remettre aux flots et aux bourrasques.

On trouve parmi ces têtes brûlées un équipage largement favori de cette 2nde édition entre Nantes et Progresso (Mexique) : Stéphane Le Diraison et Adrien Hardy. Le premier est un marin qui a brillé pendant plusieurs années sur le circuit mini 6.50, le second est un des grands noms du circuit Figaro et le vainqueur de l’édition 2009. A dix jours du départ, rencontre avec les skippers du class 40 AGIR Recouvrement – Bureau Veritas.

Si quelques préparatifs restent à faire d’ici le départ de Saint-Nazaire le 11 mars, Stéphane Le Diraison est satisfait de l’organisation du bateau et de la course : « Je suis content, tous les dossiers importants (gréement, informatique et météo) ont été bien travaillés et sont réglés. Notre préparation est de qualité bien que l’on va manquer un peu d’entraînement, mais c’est le cas pour tous les coureurs : cela s’explique par la précocité du départ dans la saison. » De son côté Adrien Hardy brosse à grands traits les scénarii possibles durant le mois de navigation : « Cette course comporte de nombreuses difficultés : je me méfie des conditions météo qui peuvent être très difficiles, surtout à cette période de l’année. Il est probable que nous ayons des dépressions successives, avec potentiellement une route nord contre les vents dominants. Mais à l’inverse on peut aussi connaître une traversée plus tranquille avec l’anticyclone des Açores, les premières périodes de beau temps, et du vent portant. Dans tous les cas elle sera longue : une fois arrivés aux Antilles, il reste encore une semaine de mer. Le parcours correspond à un quart du tour de la Terre car la route nous fait parcourir 90° de longitude ! »

Le parcours et ses méandres Adrien Hardy (27 ans) les connait puisqu’il avait réussi à s’imposer lors de la 1ère édition de cette course devant deux ténors de la course au large, l’italien Giovanni Soldini et le suisse Bernard Stamm : « Je suis très content de remettre en jeu mon titre gagné avec Tanguy de Lamotte en 2009. Nous avions réussi à faire la différence grâce à une stratégie météo payante. Cette année, avec Stéphane Le Diraison, un marin talentueux issu comme moi de la filière 6.50, on vise la plus belle place. Lui connait le bateau, moi la course et le parcours. Notre ambition : remporter cette 2nde édition ! » Stéphane Le Diraison (35 ans) a en effet une connaissance intime de son bateau, lui l’expert coque et structure chez Bureau Veritas – son entreprise et son partenaire. Construit en 2011, le class 40 AGIR Recouvrement – Bureau Veritas a déjà fait parler de lui comme le rappelle Stéphane : « dès les premiers mois sur ce nouveau support, j’ai gagné le trophée SNSM et la course Les Sables/Horta/Les Sables. A la suite de mon abandon sur la Jacques Vabre à l’automne dernier pour cause d’avarie, le bateau a été renforcé et fiabilisé. Nous avons l’équipage et le bateau pour gagner ! »

Pour mettre toutes les chances de leur côté, Adrien et Stéphane ont eu la bonne idée d’associer leurs partenaires pour cette course. Mr Paye, président-directeur d’AGIR Recouvrement se réjouit de ce rapprochement : « Je suis très fier d’accompagner Adrien et de mettre les couleurs d’AGIR Recouvrement sur un autre support, le 40 pieds pour la Solidaire du Chocolat. On attend beaucoup de cette course, d’autant plus qu’Adrien partira favori car il a gagné la dernière édition en 2009. Nous sommes particulièrement contents de participer à cette course dans la mesure où le 40 pieds sera également aux couleurs de Bureau Veritas, un de nos clients, c’est un beau symbole.» Comme en écho, Stéphane Le Diraison précise : « Oui, ce n’est pas assemblage anodin ! Bureau Veritas et AGIR ont d’abord un intérêt sportif dans ce projet, c’est évident. Mais ils ont aussi un intérêt professionnel et cette course va leur permettre d’approfondir leurs relations. Ce type de partenariat est très intéressant car il permet une mise en commun de moyens à la fois financiers, logistiques et de communication. » Gageons que cette coopération sur terre débouchera sur une complicité et une performance en mer…

Source

Communication Adrien Hardy

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 1 mars 2012

Matossé sous: Class40, Course au Large, La Solidaire du Chocolat

Vues: 1208

Tags: , ,

Sous le vent

Au vent