Halvard Mabire en reprend une rasade !

© Jean-Marie Liot

Le navigateur normand Halvard Mabire, histoire vivante de quarante ans de course au large, est inscrit à la 12ème édition de la Route du Rhum. Après le Vendée Globe réussi de sa compagne Miranda Merron, dont il a supervisé toute la préparation du bateau avec des moyens limités, le Viking n’aspire qu’à une chose : reprendre le large. Après 1990, 1994, 2014 et 2018, Halvard repart ainsi pour une 5ème rasade de Rhum ! Il engage son nom et celui de son sponsor GDD dans la classe Rhum Multi, à ses yeux la plus proche de la philosophie originelle de l’épreuve imaginée par Michel Etevenon en 1978.

Une triple rencontre de passionnés

À peine Halvard remis du Vendée Globe de Miranda Merron, un pari réussi qui aura exigé du couple anglo-normand des trésors d’inventivité pour faire courir leur Imoca avec des moyens réduits, le voilà déjà qui regarde vers l’horizon. Pour cet habitué du large, qui bouclait déjà, à 20 ans, la toute première Mini Transat, les aventures nautiques s’écrivent à l’encre des rencontres. Et la nouvelle page que le colosse de Barneville s’apprête à noircir n’y échappe pas ! C’est le jeu de complicités maritimes nouées au fil des années qui a accéléré sa participation à la Route du Rhum 2022. Mais Halvard fait du Mabire ! À contre-courant de la course à l’armement de ces dernières années et des bateaux qui volent toujours plus haut, Halvard veut retrouver l’élan des transats originelles, celles où l’on partait la peur au ventre et des étoiles dans les yeux, vers l’inconnue météo et la certitude d’ennuis colossaux à venir que gratifieraient, peut-être, les lumières caribéennes. « Une seule classe à mes yeux reproduit l’esprit de 1978, la Classe Rhum, où se regroupent des bateaux de voyage, préparés et typés pour la course. » précise Halvard. « Je n’ai jamais caché ma préférence pour les multicoques. Ce sera donc en Classe Rhum Multi que je courrai la prochaine Route du Rhum. »

Samuel Marsaudon, le constructeur visionnaire tourné course

C’est le fruit du hasard qui a conduit trois hommes à se jeter dans l’aventure de la Route du Rhum. Au départ, on trouve Samuel Marsaudon, qui fabrique à Lorient des multicoques légers, rapides, raides à la toile et sobres en énergie. À son palmarès, plusieurs voiliers de course au large, dont Idec 2 pour Francis Joyon ou encore Prince de Bretagne, vainqueur de la Route du Rhum en 2010. Un passionné qui fait la chasse au poids pour imaginer les bateaux de série parmi les plus rapides au monde. Sa route croise celle d’un passionné de voile, le pharmacien caennais Philippe Lailler, amoureux de la mer et des défis à la voile. Il décide avec Samuel Marsaudon, à l‘époque toujours en charge de son propre chantier, de faire évoluer son catamaran TS 42 en un bateau de course rapide et racé. Sam le convainc de franchir le pas vers un catamaran de 50 pieds, le TS 5, dessiné par l’architecte renommé Christophe Barreau. Un bateau alors construit en série, mais que Sam se propose de muer en « bête de course », avec une structure allégée et des aménagements minimalistes. En mars 2021 naît l’ORC 50, magnifique catamaran ultra léger, équipé régate avec son mât rotatif et son jeu de voiles optimisé. « Nous avons travaillé sur un plan de pont de régate » explique Sam Marsaudon, « avec une colonne de winch qui n’existe pas en série. Au final, un bateau rapide, capable de pointes à 25 nœuds, et qui dès 15 nœuds de vent monte sur un patin » ! À ne pas mettre entre toutes les mains ! « L’idée de le voir s’aligner au départ du Rhum a lentement émergé entre Philippe et moi » poursuit Sam, « et c’est par le plus grand des hasards que je rencontre Halvard au Grand Pavois. Il me parle de son envie de faire le Rhum en classe Rhum Multi ! » L’idée séduit immédiatement Philippe, en bon Normand, de voir son « Kraken », surnom du bateau, en piste pour une Route du Rhum avec un skipper de sa région à la barre.

Le Kraken GDD, la force des symboles…

Halvard Mabire va ainsi renouer avec sa passion pour les multicoques et ce grand classique entre Saint Malo et Pointe à Pitre à l’automne 2022. Le catamaran portera le nom de GDD, marque de produits naturels, sains pour la peau et l’environnement, créée par des pharmaciens. GDD propose une gamme courte de cosmétiques aux compositions minimalistes, formulés pour toute la famille et fabriqués en France. Le catamaran arborera le numéro de course 64, clin d’œil à l’année de naissance de GDD, mais aussi à l’addition des départements d’origine de la marque GDD et de son skipper, respectivement 14 (Calvados) et 50 (Manche). Un nombre qui rappelle aussi symboliquement la victoire historique d’Eric Tabarly dans la Transat anglaise 1964, avec qui Halvard a fait ses gammes. Avec son Kraken géant floqué sur ses voiles noires, il ne devrait pas passer inaperçu au départ de Saint-Malo. « Notre Kraken GDD, créature mythique des mers du Nord, sera notre force sur cette course. La puissance de cette bête légendaire doit pousser le Viking Mabire jusqu’aux Antilles et le protéger de la mer ! », explique Philippe Lailler. « Nous voulons montrer qu’on peut courir la Route du Rhum avec un bateau de série optimisé pour la course, à taille humaine », ajoute Halvard Mabire. Derrière la folle aventure du Kraken GDD, c’est donc bien une aventure profondément humaine et passionnée qui s’écrit, en prise directe avec la mer et les éléments.

Le catamaran GDD :

Le voilier ORC 50 « GDD », ex TS5 est un catamaran habitable optimisé pour la course, construit par le chantier Marsaudon Composites. Ce voilier très allégé avec des aménagements minimalistes, à dérives sabres, gréé en Sloop fractionné avec mât rotatif, mesure 15,24 m de long, bau de 8,20 m, avec un tirant d’eau maximum de 2,80 m.

Source

Denis van den Brink

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 2 novembre 2021

Matossé sous: Course au Large, Route du Rhum

Vues: 540

Tags: , , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Route du Rhum