La grande explication remise à demain

© Gilles Martin-Raget

Phénomène bien identifié, il peut y avoir du vent dans le couloir rhodanien à l’Ouest, comme dans le golfe de Gènes à l’Est, et pas entre les deux. Cet épisode de calme s’est finalement installé sur le golfe, malgré un moment d’espoir en début d’après-midi, enlevant toute possibilité à Georges Korhel, Principal race Officer des Voiles, et ses équipes, pourtant à l’ouvrage sur le plan d’eau toute la journée, de proposer le moindre parcours et d’envoyer la moindre régate. Les 44 Maxis sont ainsi sagement demeurés sur zone, aux ordres du comité de course, grand voile haute et prêts à répondre aux commandements. Ce n’est que passé 16 heures que chacun regagnait le port, reportant à demain ses envies d’en découdre pour la dernière journée d’une semaine au demeurant historique par l’affluence de Maxis rassemblés à Saint-Tropez.

Demain, derniers enjeux…

Chaque équipage est ainsi rentré au port sans avoir bataillé. Skippers, marins, propriétaires restent sur leur faim, et sur l’analyse des classements qui, au terme de deux manches validées pour les groupes IR1, 2 et 3, annoncent déjà sérieusement les configurations des podiums qui seront célébrés samedi soir à l’issue de la dernière course. Les enjeux sont de taille et donnent à cette dernière course une saveur dont on se délecte déjà ; En IRC1, Rambler et Magic Carpet Cubed sont à parfaite égalité de points et de classements, avec chacun une deuxième et une troisième place. Situation quelque peu décantée en IR2 et 3, ou respectivement Lyra (Wally 77) et Topaz (J Class), se dont dotés d’une confortable avance de 6 et 5 points. Jethou devra jusqu’au bout contrôler Vesper, son adversaire « historique » chez les véloces 72 pieds du groupe IR3A.
Status quo en IR4 qui n’ont qu’une seule manche de validée à leur crédit. Tout peut donc encore se jouer dans ce joli groupe pour l’heure emmené par Aloha, le CNB 77 de Nicolas Piguet.

French Kiss NSC – Did not sail the course.

Le jury des Voiles s’est réuni tard hier soir pour statuer sur le cas de quatre bateaux. Il fut avéré que ces derniers n’avaient pas respecté le tracé du parcours, passant entre la Rabiou et la terre. Le jury a donc décidé de les déclasser pour ne pas avoir effectuer le parcours. En conséquence, French Kiss, en position de remporter la manche, se voit rétrograder à la 7ème place du classement général provisoire des IRC4.

Les stars brillent plus fort aux Voiles

A éplucher les listes d’embarquement des 45 Maxis engagés aux Voiles, on découvre d’équipages en équipages, une quantité impressionnante de grands noms de la voile internationale. Simple équipier, tacticien ou même barreur, vedettes du circuit océanique, héros du Vendée Globe ou monuments de l’Olympisme et de la Coupe de l’America s’affrontent à Saint-Tropez. Quelques exemples non exhaustifs :
Peter William Holmberg (Topaz), médaillé olympique Néo Zélandais, numéro 1 mondial en match racing et victoire dans l’America’s Cup. Brad Butterworth (Rambler), a remporté 4 coupes de l’America successivement. Mitchell Jay « Mitch » Booth (Comanche), médaillé Olympique. Jochen Schuman, (tacticien Magic Carpet Cubed), double Médaillé d’or Olympique en Finn et Soling. Il a aussi participé à la Coupe de l’America dans l’encadrement d’Alinghi et d’Areva Challenge. Tom Whidden, (Magic Carpet Cubed), membre de l’America’s Cup Hall of Fame, Tom a remporté la Coupe à trois reprises (1980, 1986-7 et 1988), naviguant principalement en tant que tacticien pour Dennis Conner….

45 Maxis naviguent aux Voiles. 12 appartiennent à l’International Maxis Association.

  • Wallyno – Benoît de Froidmont
  • Y3K – Claus-Peter Offen
  • North Star – Peter Dubens
  • Topaz – JUrgen Focke
  • Velsheda – Ronald de Waal
  • Twin Soul B – Luciano Gandini
  • Kallima – Paul Berger
  • Magic Carpet Cubed – Sir Lindsay Owen-Jones
  • Rambler 88 – George David
  • Jethou – Sir Peter Ogden
  • Lyra – Terry Hui
  • Vesper – Jim Swartz

Le saviez vous?

Les ketches aussi…

Deux ketches naviguent parmi les maxis, les Swan 65 Saida et Cassiopeia, aux profils rigoureusement identiques. Saida tire admirablement son épingle du jeu face à des coursiers purs. Saïda, le ketch de Juerg Schneider pointe en troisième position des IR4.

A noter…

L’équipage de Rambler 88 était particulièrement motivé car il était accompagné cette semaine par le directeur de l’équipe Alinghi, Ernesto Bertarelli, avec qui beaucoup, dont Brad Butterworth, ont gagné puis défendu l’America’s Cup en 2003 et 2007.

Yacht extraordinaire …

French Kiss est un voilier commandé, conçu et construit pour l’America’s Cup de 1987 pour l’équipe française Challenge Kis France, skippée par Marc Pajot. Dessiné par Philippe Briand, French Kiss a été construit à quelques kilomètres de la Roche-sur-Yon, en Vendée, au milieu des vaches dans un hangar tenu secret, par le chantier Alubat (constructeur des fameux Ovni). Lors de Louis Vuitton Cup de 1987, le 12 MJI skippé par Marc Pajot se hisse en demi-finale.

Source

Maguelonne Turcat

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent