France SailGP Team sélectionne Hélène Noesmoen

© Sailing Energy

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, l’équipe de France SailGP est fière d’annoncer la sélection d’Hélène Noesmoen comme première athlète féminine pour accompagner l’équipe lors de la 1ère étape des Bermudes. Elle sera accompagnée d’une seconde athlète annoncée à la fin du mois de mars et toutes deux participeront alors, sur une durée de 15 jours, à la dernière phase de sélection pour tenter de rejoindre l’équipe pour le reste de la saison.
Au-delà du sport, SailGP, qui a pour ambition de devenir le premier événement sportif international à impact environnemental positif, souhaite à travers d’autres initiatives de son programme « Race For The Future » autour de la mixité et de l’inclusivité, ouvrir ce circuit professionnel de haut niveau à des femmes athlètes afin de leur permettre d’avoir la formation adéquate sur ces bateaux nouvelle génération.

Championne du monde 2020 de Formula foil et passionnée de planche à voile, Hélène Noesmoen est la première femme sélectionnée pour tenter de rejoindre l’équipe France SailGP pour cette saison 2.

Pour parvenir à ce choix, Bruno Dubois, le team manager, et Billy Besson, le barreur de l’équipe de France SailGP ont organisé deux sessions de sélection à l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques de Saint-Pierre-Quiberon (ENVSN). Préparation physique, entretiens, entraînements sur les Waszp de l’ENVSN… En tout ce sont huit navigatrices françaises – pour la plupart issues de la voile olympique – qui ont participé en janvier et février, à toute une série de tests, parfois dans un froid polaire et par 25 nœuds de vent !

« Lors des sessions de sélection, on a essayé de regrouper le maximum de potentiels. Le but sera ensuite de faire un apprentissage progressif pour qu’elles deviennent de plus en plus performantes sur ce genre de bateaux. » déclare Billy Besson, le barreur de l’équipe de France.

« Hélène Noesmoen et une seconde athlète féminine vont pouvoir tourner à tous les postes pendant les entrainements aux Bermudes et se retrouver notamment derrière notre barreur Billy Besson pour travailler sur la tactique et la stratégie. Cette formation et échange d’expérience se poursuivra avec l’athlète féminine qui sera retenue. C’est notre objectif en 2021, et je suis sûr que ça va fonctionner et que cela va être une expérience extraordinaire » explique Bruno Dubois, le team manager.

Pourquoi favoriser l’intégration de femmes au sein de l’équipe SailGP ? Pour Billy Besson, multi médaillé en Nacra 17 avec sa coéquipière Marie Riou, la mixité et ses bénéfices dans la voile sont une évidence :

« C’est une chance que l’on a dans la voile, car c’est réellement un sport mixte. Quand on voit des athlètes femmes, certaines sont très fortes. J’ai beaucoup navigué avec des femmes ces dernières années et franchement, je ne voyais pas la différence. Et ça c’est génial. On ne parle que d’athlète, point. On essaye de casser des codes et on espère que, dans le futur, la sélection ne se fera que par un bilan de compétences que tu sois homme ou femme. Et là, on touche à la performance pure ».

Hélène est une jeune femme sportive, athlétique, ingénieure, championne du monde de Formula Foil. Elle va tenter de transférer son expérience de la tactique à grande vitesse au format de course SailGP. Ses qualités d’ingénieure sont aussi bénéfiques à tout ce qui concerne l’analyse de performance.

Elle a une volonté clairement affichée de performer et de participer à la vie de l’équipe que ce soit sur l’eau ou à terre. Hélène a de grandes qualités qui peuvent véritablement aider l’équipe et le projet. Cette expérience la fera également progresser en foil puisqu’elle vise les JO 2024 en iQFoil.

Autour de Billy Besson, Hélène Noesmoen complètera aux Bermudes l’équipe qui sera annoncée prochainement.

Hélène Noesmoen : « Une formidable opportunité de montrer que les femmes peuvent faire aussi bien que les hommes ! »

Que pensez-vous de l’initiative de SailGP de recruter des femmes athlètes ?

Là-dessus on peut dire un grand merci à Marie Riou et à toute l’équipe de France SailGP car sur la saison 2019, ce sont les seuls à avoir eu une femme à bord et Marie a montré que c’était possible de faire aussi bien peut être en faisant différemment. C’est également une super opportunité pour prouver que les femmes peuvent performer aussi bien que les hommes. J’espère qu’il y aura de plus en plus d’initiatives dans ce sens, notamment sur les navigations à foils qui peuvent paraître impressionnantes mais qui requièrent aussi d’être très fins et tactiques.

Que représente pour vous le circuit SailGP ?

Si je devais dire en un mot, je dirais que cela fait rêver ! Mais pour moi c’est le circuit qui a réussi à amener la voile au plus proche du public pour faire partager l’aspect spectaculaire de notre sport et en faisant rêver les gens. En foil, on a des sensations assez exceptionnelles mais c’est assez dur de transmettre cela au public. Pour moi c’est le circuit qui arrive à proposer : innovation, performance et partage avec le plus grand nombre. C’est aussi un circuit de compétition qui s’est construit autour de valeurs d’entraide avec notamment le partage de toutes les données entre les équipes.

Quels sont les ponts entre votre spécialité, la planche à voile, et SailGP ?

Mon sport actuel est principalement la planche à voile sur foil et particulièrement de l’iQFoil, c’est le support olympique des JO 2024. Le principal parallèle qu’il y a entre les deux, c’est la navigation sur foil, une navigation qui est assez fine. Techniquement cela permet de naviguer à très haute vitesse mais c’est un équilibre super instable qu’il faut garder en permanence donc cela demande beaucoup d’attention et d’être assez pointu au niveau sensation et technique. L’autre pont c’est que même si nous on est tout seul sur notre planche à voile, pour progresser dans ces sports là on a besoin de travailler énormément en équipe et SailGP permet cela.

Quelle est votre sentiment au moment de rejoindre SailGP ?

Comme je l’ai dit précédemment, déjà cela me fait rêver, les bateaux sont impressionnants et cela donne vraiment envie de naviguer dessus. L’idée de passer les 50 nœuds ou de pouvoir y prétendre sur la saison à venir me fait rêver aussi. Après il y a tout le côté humain qui est autour : de voir comment fonctionne l’équipe qui est composée d’experts chacun dans leur domaine. Faire partie de ce team donne envie et de pouvoir construire ensemble un projet, c’est top ! C’est aussi pour moi une opportunité de pouvoir rejoindre la voile professionnelle car en venant de la planche à voile, on a rarement des passerelles entre notre circuit olympique et la voile professionnelle.

Que pensez-vous pouvoir apporter à l’équipe ?

Je pense pouvoir apporter un regard neuf en fait. En foil, on ne sait pas encore tout et on ne peut pas non plus encore tout expliquer et il y a pas mal de choses qui passent par des sensations, du vécu, de l’expérience. Je vais pouvoir faire des parallèles, et amener des choses que j’ai apprise pendant mes entrainements en planche à foil que ce soit technique, tactique, trajectoire.

HELENE NOESMOEN, 28 ANS

  • Trois fois championne du monde de planche à voile jeunes (2007, 2008, 2012).
  • Vainqueur de la Coupe du monde de Miami 2018 sur RSX Windsurfing.
  • Championne d’Europe 2020 sur iQfoil Windsurfing.
  • Championne du monde 2020 de planche à voile sur foil

Source

SailGP

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 mars 2021

Matossé sous: Match Racing, SailGP

Vues: 647

Tags: , , , , , , ,

Sous le vent

Au vent