Les bénéfices du nouveau planning 2022

© Jean-Marie Liot

Il y a plus de deux mois était annoncé le décalage d’un an de la GLOBE40 avec un nouveau départ de Tanger en juin 2022 ; la prolongation de la crise sanitaire, l’année additionnelle offerte aux projets en préparation, l’émergence de nouveaux projets à l’horizon 2022 ou le retour de quelques-uns qui étaient stoppés en 2021 ont mis en avant tout l’intérêt de ce choix.

Pour autant le début d’année 2022 a été particulièrement actif avec l’achat de nouveaux bateaux, la mise en place de programmes d’entrainement tout au long de l’année 2021, la constitution des équipes et le travail sur les partenariats.

Une démarche qui va se poursuivre tout au long du 1er semestre avec la nouvelle échéance d’inscription au 1er juillet pour les nouvelles équipes ; compte tenu du nombre de projets bouclés ou avancés l’objectif de 15 équipes finalisées à cette date et d’une vingtaine en fin d’année 2021 est en bonne voie.

Le profil des équipes s’affine et dessine pour cet événement une physionomie complétement nouvelle dans la course au large : avec de l’ordre des 2/3 de projets internationaux et au moins une quinzaine de nationalités, avec un mélange d’amateurs souvent de grande expérience au large mais pas forcément acquise sur le circuit classique européen, et des professionnels avec des palmarès d’envergure mais qui viennent chercher une expérience différente.

En clair le sentiment monte bien dans les équipes et dans l’organisation d’une expérience sportive et humaine assez exceptionnelle qui s’annonce.

De nouveaux projets en phase avec les valeurs de la Globe40

Les 2 nouveaux projets présentés et très avancés sont une belle illustration de cette nouvelle histoire qui s’écrit. D’autres sont à suivre dans les semaines qui viennent.

Thémis Matsakis, qui a récemment acquis son bateau, et Nicolas Vagher, un équipage jeune mais expérimenté feront flotter les couleurs grecques sur la course.
Thémis : « Le Globe 40 est pour moi la parfaite combinaison pour mêler une course au large et le voyage d’une vie. Il apparait comme une évidence de me présenter au départ de cette première édition du globe 40. J’espère pouvoir vivre jusqu’au bout cette incroyable expérience et la partager avec le plus grand nombre. »

Nicolas : « Cette course globe 40 combine ces éléments parfaitement, l’aventure, la course, la diversité des différentes étapes et surtout l’accessibilité à des navigateurs comme nous qui n’ont pas forcément de palmarès en course. »

Mohamed Boussikouk et Omar Bensedikk porteront l’étendard du Maroc et s’inscrivent dans la lignée de l’explorateur berbère Ibn Batouta parti en 1325 de Tanger et qui ira jusqu’en Chine.

« Faire ce tour du monde un rêve d’enfance en référence à notre ancêtre Ibn Batouta toujours présent dans la flèche du temps ; un levier pour les générations futures. Une première pour nous (tour du monde), d’autant que le contact avec l’élite mondiale génère un lien fertile pour le secteur maritime marocain et africain.

Le départ de Tanger est un hommage à ce grand explorateur maritime qui a ouvert la voie de la mer, et également un pas pour développer la course au large au Maroc et en Afrique, avec les nombreuses possibilités offertes par les infrastructures portuaires du Maroc. »

Présentation des équipes sur www.globe40.com

Une règle de changement d’équipage adaptée

A la demande de plusieurs équipes et pour faciliter la gestion des équipages, tout en gardant une forte préoccupation de sécurité, les règles de changement d’équipage ont été adaptées (chapitre 3.4 de l’Avis de Course) ; si la norme reste la possibilité de changer un seul skipper à chaque étape, un nouveau couple de skippers pourra prendre le départ d’une étape à condition pour chacun d’entre eux d’avoir déjà effectué une étape précédente ou après accord de la direction de course après analyse de l’expérience au large.

Source

Sirius Event

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 26 février 2021

Matossé sous: Class40, Course au Large, Globe 40

Vues: 760

Tags: ,

Sous le vent

Au vent