Boris Herrmann, Champion IMOCA Globe Series 2018-2021 !

© Boris Herrmann

Avec l’arrivée de Jérémie Beyou ce week-end aux Sables d’Olonne, la Classe peut désormais confirmer le Top 10 du Championnat IMOCA Globe Series 2018-21*. Le skipper allemand Boris Herrmann, qui a terminé cinquième du Vendée Globe à bord de Seaexplorer-Yacht Club de Monaco, est le nouveau Champion IMOCA, grâce à une campagne menée avec une remarquable constance par le Team Malizia.

Le championnat est calculé en cumulant les scores des skippers dans les grandes courses IMOCA, parmi lesquelles le Vendée Globe, la Route du Rhum, la Transat Jacques Vabre, la Bermudes 1000 Race ou encore la nouvelle Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne.

Boris Herrmann, 39 ans, originaire de Hambourg et aujourd’hui basé à Lorient, a disputé toutes les courses officielles depuis 2018 et les a toutes terminées. Il arrive en tête du championnat, devant le vainqueur du Vendée Globe, Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) et le premier skipper sur la ligne aux Sables d’Olonne, Charlie Dalin (APIVIA).

Le skipper allemand qui est l’un des meilleurs ambassadeurs de la Classe IMOCA en dehors de l’hexagone, s’est révélé être un excellent communiquant à bord de son bateau. Il a confié que l’objectif de son équipe depuis 2018 était de mettre tout en œuvre pour être le plus compétitif possible sur le Vendée Globe, ce qui signifiait pour eux prendre part à toutes les courses en amont du tour du monde. Il est donc ravi d’être le nouveau Champion IMOCA.

« Afin de bien nous préparer, d’être en sécurité et de créer de la valeur pour nos sponsors en développant le projet, nous voulions réaliser tout le programme IMOCA et nous l’avons fait », déclare Boris Herrmann.

« Nous n’avons jamais abandonné une course, ce qui est formidable. Il y a une part de chance, bien sûr », ajoute le skipper dont le Vendée Globe a failli s’achever brutalement à 90 milles de l’arrivée lorsqu’il a heurté un bateau de pêche espagnol. « Mais ne pas abandonner est vraiment important pour moi, c’est même plus important que le résultat sur une course en particulier ».

Avant le Vendée Globe, Boris a terminé sixième de la Bermudes 1000 Race, septième à la Rolex Fastnet Race et cinquième de la Route du Rhum, autant de courses dans lesquelles le skipper allemand a navigué avec son style, assurant l’arrivée de son bateau.

Il dit que s’il est fier d’être en tête du classement, il est important de rappeler que beaucoup de ses rivaux n’ont pas pu terminer le programme complet comme lui, car ils attendaient encore des sponsors ou préparaient leurs bateaux. « Bien sûr, je suis heureux mais restons honnêtes », affirme-t-il. « Je pense que le projet de Yannick (Bestaven) a commencé un peu plus tard que le nôtre et tout le monde n’a pas les moyens financiers ou les possibilités de faire toutes les courses ».

Le président de la Classe IMOCA, Antoine Mermod, salue la réussite de Boris. « Au nom de tous mes collègues de l’IMOCA, nous félicitons Boris et le team Malizia qui ont réalisé un cycle IMOCA Globe Series très impressionnant. Boris est un champion modeste, mais son exploit d’arriver en tête d’un classement de skippers très compétitifs souligne que son équipe a établi un standard élevé et nous sommes impatients de les revoir sur le prochain cycle 2021-25. »

Yannick Bestaven et Charlie Dalin sur le podium

Yannick Bestaven confirme que le Championnat IMOCA Globe Series l’a également aidé, lui et son équipe, à se préparer pour le Vendée Globe. « Cette deuxième place valorise et récompense le travail de mon équipe ces quatre dernières années », déclare-t-il. « Je savais que plus je naviguerais dans les Globe Series, mieux je serais armé pour le tour du monde. »

« C’est beau que Boris gagne » ajoute le skipper de Maître CoQ IV. « Il a été très méritant sur ce Vendée Globe et depuis 2018. C’est aussi très bien pour l’internationalisation de la Classe d’avoir des marins impliqués comme lui et j’espère que cela va continuer ». Le vainqueur du Vendée Globe a également déclaré qu’il aimerait voir plus de courses en équipage dans la Classe IMOCA. « Je crois au partenariat avec The Ocean Race”, complète-t-il, « et j’espère que davantage d’équipes étrangères nous rejoindront dans la Classe IMOCA » .

Charlie Dalin a quant à lui affirmé que sa troisième place sur les Globe Series souligne la belle entrée en matière de la campagne APIVIA depuis son lancement à l’été 2019. « Le championnat est étalé dans le temps et motive les équipes à participer à tous les événements, même les moins prestigieux”, explique-t-il. « Toutes ces confrontations vont dans le sens de la performance. »

Boris Herrmann continue en IMOCA

Le skipper allemand prévoit déjà d’acquérir ou de construire un nouveau bateau pour le prochain Vendée Globe et se réjouit de pouvoir participer à un autre programme complet de courses. « Nous restons dans la Classe IMOCA, c’est certain », poursuit-il. « Nous allons nous efforcer d’acheter ou de construire le meilleur bateau possible et de courir cette année, espérons-le, avec l’acquéreur de notre bateau actuel. »

Il a aussi révélé avoir eu une conversation téléphonique avec le capitaine du chalutier de pêche espagnol avec lequel il est entré en collision dans la dernière nuit de son Vendée Globe. « Nous nous sommes bien entendus », confie-t-il. « Nous travaillons tous les deux en mer, nous sommes en quelque sorte des collègues. Je me suis excusé de leur avoir causé ce moment de stress et ils étaient aussi vraiment profondément désolés de ce qu’il s’est passé. Ils suivent le Vendée Globe – le capitaine est un fan du Vendée Globe – et ils étaient vraiment dévastés que nous ayons perdu des places à cause de cela et étaient inquiets pour moi. Ce sont vraiment des gens bien. »

Boris Herrmann est le skipper non français le mieux classé au Championnat IMOCA, tout comme dans le Vendée Globe cette année. Il dit vouloir améliorer sa cinquième place sur le mythique tour du monde et affirme que la Classe IMOCA l’a accueilli à bras ouverts.

« Les Français nous accueillent – nous utilisons les mêmes infrastructures à Lorient et nous nous entraînons ensemble au Pôle Finistère Course au Large, donc il y a un bel esprit sportif pour tout le monde », confie-t-il.

« Nous parlons à tout le monde et bavardons sur le quai – il y a une belle camaraderie et nous sommes collègues au sein de la Classe. Je sens qu’une partie de mon âme est presque française. Je parle français, je vis là-bas et j’aime beaucoup y être », conclut Boris.

Les autres skippers du Top 10 sont Thomas Ruyant à la quatrième place, Jérémie Beyou à la cinquième, Damien Seguin à la sixième, Louis Burton à la septième, Giancarlo Pedote à la huitième, Clarisse Crémer à la neuvième et Jean Le Cam à la dixième.

Top 10 des IMOCA Globe Series 2018-21 (la suite du classement à venir en fonction des prochaines arrivées du Vendée Globe)

  1. Boris Herrmann (GER) – Seaexplorer-YC de Monaco – 526 points
  2. Yannick Bestaven (FRA) – Maître CoQ IV – 517 points
  3. Charlie Dalin (FRA) – APIVIA – 512 points
  4. Thomas Ruyant (FRA) – LinkedOut – 460 points
  5. Jérémie Beyou (FRA) – Charal – 422 points
  6. Damien Seguin (FRA) – Groupe APICIL – 417 points
  7. Louis Burton (FRA) – Bureau Vallée 2 – 415 points
  8. Giancarlo Pedote (ITA) – Prysmian group – 404 points
  9. Clarisse Crémer (FRA) – Banque Populaire X – 370 points
  10. Jean Le Cam (FRA) – Yes We Cam ! – 368 points

*Rappel des épreuves officielles

  • Monaco Globe Series (1er-8 juin 2018) : course en double, coefficient 2
  • Route du Rhum-Destination Guadeloupe (4 novembre 2018) : course en solitaire, coefficient 4
  • Bermudes 1000 Race (5 mai 2019) : double, coefficient 2
  • Rolex Fastnet Race (3 août 2019) : double, coefficient 1
  • Transat Jacques Vabre (27 octobre 2019) : double, coefficient 4
  • Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne (4 juillet 2020) : solitaire, coefficient 4
  • Vendée Globe (8 novembre 2020, arrivée début 2021) : solitaire, coefficient 10

Chaque skipper marque un certain nombre de points en fonction de son classement et du nombre de participants et d’un coefficient propre à chaque épreuve. Exemple : si 10 bateaux prennent le départ d’une course à coefficient 4, le premier marque 10 x 4 = 40 points, le 2ème marque 9 x 4 = 36 points, etc.

Source

Julia Huvé

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe