Ian Lipinski sur Tour des Îles Britanniques en solitaire !

© Christophe Breschi

Dès que les conditions météorologiques s’y prêteront, Ian Lipinski se lancera dans une aventure exigeante : 1 773 milles (3 283 km) le long des côtes des îles Britanniques à parcourir dans les courants, les rochers, le trafic maritime, les champs d’éoliennes, les plateformes pétrolières ou les bancs de sable.

Pour le vainqueur des Mini-Transats 2015 (série) et 2017 (prototype) et de la Transat Jacques Vabre 2019, cet objectif est une opportunité de renouer avec la navigation en solitaire.

« C’est un très beau challenge qui me permet de remobiliser mon énergie après cette période curieuse de confinement. Je n’ai pas fait de solitaire depuis 2017, et l’heure est venue pour moi de me redonner un nouveau défi. Pour cela, il me faudra apprivoiser mon bateau en solitaire, mais surtout bien gérer mon sommeil, qui sera contrarié par la complexité d’une longue navigation le long des côtes et dans le trafic. Je pourrai m’appuyer sur une cellule météo à terre pour la navigation, mais pour le reste, je serai seul ».

Libre de ses choix !

Le tracé auquel Ian Lipinski va se frotter peut s’attaquer dans un sens ou dans l’autre, en fonction des conditions météorologiques du moment. Ian pourra également choisir sa ligne de départ et d’arrivée : soit le cap Lizard, la pointe sud de l’Angleterre, généralement choisie pour les tentatives de record, soit au sud de l’île de Wight.
Sur sa route, Ian croisera le Kerry irlandais, Dingle (la ville européenne la plus proche de New York), les îles des Hébrides à l’ouest de l’Ecosse et les Shetland, point le plus septentrional de l’Ecosse, etc.

Ian Lipinski : « Le carrefour entre la Mer du Nord et l’Océan Atlantique au passage le plus septentrional du parcours sera sûrement délicat ! La côte Ouest irlandaise est magnifique et sauvage, mais aussi très exposée…. Malgré ces pièges, j’aurai le plaisir de naviguer souvent de jour puisque, proches du solstice d’été, les nuits seront très courtes avec de longs crépuscules ».

Les temps de référence

Le record que se donne à battre Ian Lipinski en Class40 est celui établi par Phil Sharp et son équipage (Julien Pulvé, Pablo Santurde del Arco et Sam Matson) en 2018, lors de la dernière édition de la Round Britain and Ireland Race. L’équipe britannique avait mis 8 jours 4 heures 14 minutes et 49 secondes pour partir du Solent et en revenir, à la moyenne de 9,03 nœuds (16,7 km/h). S’il termine le tour, le temps de Ian sera enregistré par le World Sailing Speed Record Council. D’autres records existent, établis par des bateaux de catégories différentes. Peu s’y sont frottés en solitaire : en août 2010, Sidney Gavignet avait réalisé le grand tour en 4 jours 15 heures 9 minutes et 27 secondes, à bord du trimaran de 105 pieds Oman Air Majan. Avec 12,15m de coque, 115m2 de toile au près et 275m2 au portant, Ian Lipinski ne pourra pas ambitionner le même chrono.

« Les élus mutualistes et les salariés de Crédit Mutuel Alliance Fédérale sont tous au côté de Ian Lipinski, dont ils apprécient la valeur humaine, le sens de l’innovation et l’esprit d’aventure. L’originalité de sa démarche est bien reflétée par cette tentative de record. Elle fait écho à celle du Crédit Mutuel, une banque qui appartient à ses clients, fondée sur la solidarité, l’écoute et la qualité de service » a déclaré Nicolas Théry, Président de Crédit Mutuel Alliance Fédérale.

Source

Kaori

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 30 juin 2020

Matossé sous: Class40, Course au Large, Records, Tour des Îles Britanniques

Vues: 438

Tags: ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Records