Une course essentielle pour le Vendée Globe

© François Van Malleghem

Première compétition de l’année pour les bateaux qui prendront le départ du Vendée Globe 2020 et pas des moindres ! La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne est une course atypique, un parcours inédit : au programme un départ et une arrivée aux Sables d’Olonne via l’Islande et Les Açores.

« Il me tient à cœur de faire cette dernière course avant le Vendée Globe car elle compte au Championnat du Monde IMOCA Globe Series. J’aurai ainsi participé à toutes les courses depuis 3 ans et je vais tout faire pour terminer également celle-ci. Sans compter qu’elle part des Sables, et c’est important pour moi car je suis licencié au Pôle Les Sables d’Olonne Vendée Course au Large » confie Manuel Cousin.

Une dernière confrontation en solitaire avant le Vendée Globe

« Cette course est essentielle car elle me permet de me confronter une dernière fois en solitaire avec les concurrents du prochain Vendée. Je viens de terminer les 48 heures de qualification et j’étais vraiment heureux de retrouver le large. C’est un peu une répétition grandeur nature de ce qui va se passer dans 5 mois et côté conditions météo, le nord que nous allons chercher peut beaucoup ressembler au grand sud qui nous attend en fin d’année. Cette course nous remet le pied à l’étrier après une longue interruption. Et avant mon premier Vendée, j’apprécie de pouvoir prendre un départ identique, aux Sables d’Olonne. » ajoute Manuel Cousin

Ce format de course, plus fourni qu’une transat, nous éclairera également sur les petites améliorations que nous pourrons effectuer sur le bateau durant l’été et nous permettra de tester l’ensemble du système de communication mis en place récemment.

Jouer sur les curseurs performance et sécurité

Avec près de 35 000 milles engrangés sur Groupe Sétin, Manuel Cousin est particulièrement à l’aise avec son bateau. Il sera toutefois intéressant pour lui de se tester une dernière fois avec les concurrents à dérives droites.

« Il y aura des concurrents directs, la course va nous permettre de faire quelques speed tests. Mais plus que tout, je pense que chacun devra conjuguer prudence et efficacité pour ne pas mettre en péril un départ tellement attendu le 8 novembre prochain. »

Participer à une mission pour l’UNESCO

En partenariat avec la classe IMOCA, la COI-UNESCO a remis à six skippers volontaires, une bouée météorologique METEOFRANCE de près de 20 kg. Manuel Cousin devra larguer la sienne autour du 44° Nord, entre l’Islande et Les Açores ; ce qui permettra de récolter de précieuses données.

La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne, imaginée par la Classe IMOCA dans un contexte particulièrement difficile, est donc une étape importante pour Groupe Sétin dans sa préparation pour le Vendée Globe 2020.

Source

Mille & une vagues

Liens

Informations diverses

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe