Phil Sharp sur la Solo Maitre Coq

© Amory Ross

La Solo Maitre CoQ, dont le départ sera donné jeudi aux Sables d’Olonne, marque l’ouverture de la saison très perturbée du circuit Figaro. Phil Sharp, le navigateur britannique, animateur talentueux de la Class40, y fera ses premières armes en Figaro 3, avec l’ambition de figurer dans la première moitié du tableau.

340 milles en solitaire, entre Belle-îIe, l’île d’Yeu et l’île de Ré : une répétition grandeur nature de ce que pourrait être une étape de la Solitaire du Figaro, que Phil Sharp a aujourd’hui dans le viseur. Mais avant cela, le navigateur britannique, installé à La Rochelle, sait qu’il va devoir modifier sa façon d’appréhender la course. « Je suis un habitué des grandes courses au large et des stratégies à long terme. Je vais découvrir un format de course plus intense, où les écarts sont resserrés et où il me faudra aller au bout de mes limites. J’ai hâte ! »

Confrontation enthousiasmante

Phil Sharp est un navigateur de 39 ans qui n’a jamais eu peur de se faire mal. Pour preuve, sa victoire dans la Route du Rhum 2006, conquise de haute lutte par la route nord. 25 podiums ont suivi et même deux Trophées en Championnat Class40. « Heureusement je ne pars pas de zéro en Figaro mais j’ai encore beaucoup de travail pour régler ce bateau, et optimiser ses performances. Je dois trouver le mode d’emploi. Chaque sortie d’entrainement, chaque course sont des opportunités d’apprendre. La confrontation avec les meilleurs du circuit est enthousiasmante car elle permet de progresser rapidement. »

Boot Camp de la course au large

La Solo Maitre CoQ 2020 verra partir 30 solitaires parmi les plus titrés en Figaro 3 et dont Phil Sharp pense qu’ils sont au moins 10 à pouvoir l’emporter dont Xavier Macaire, Armel Le Cléac’h ou Yann Eliès. Le skipper britannique croisera également la route de ses anciens adversaires en Class40, Adrien Hardy, Corentin Douguet et Robin Marais. Le format 2020 ne conserve que la grande course, qui devrait offrir son lot de choix tactiques et de nuits blanches ; assez pour occuper à 100% le skipper d’OceansLab et lui permettre de nourrir déjà de belles ambitions : « C’est fantastique que la saison redémarre après les récentes incertitudes. J’ai une faim de loup ! Je suis pressé de revenir à la compétition. Avec de tels adversaires, et pour ma première course en Figaro depuis six ans, je serais déjà heureux si je termine dans les 15 premiers ».

OceansLab pour accélérer la protection des océans

Le navigateur britannique régatera sous les couleurs de son projet OceansLab, lancé à la fin de l’année dernière avec pour un objectif d’accélérer les innovations propres dans le secteur maritime en réduisant les émissions et en améliorant la santé des océans.

Une image contenant extérieur, eau, transport, embarcationDescription générée automatiquement

Ainsi Phil Sharp utilisera un antifouling 100% sans biocide sur son Figaro 3. L’innovation consiste en un film protecteur à base de silicone collé sur la carène du bateau et qui préserve les performances tout en offrant une fonction antifouling optimale, minimisant la rétention d’algues et de mollusques.

En parallèle du projet Figaro, OceansLab développe actuellement des solutions de piles à combustible fonctionnant à l’hydrogène, capables de remplacer les moteurs diesel par une solution propre, sans émission.

Programme à venir :

  • Juin : Solo Maître CoQ
  • Juillet : Drheam Cup
  • Aout : Solo Concarneau
  • Septembre : Solitaire du Figaro (à confirmer)

Source

Isabelle Delaune

Liens

Informations diverses

Sous le vent