Le MERCI de Sébastien Destremau

voile, tour du monde, finish, arrivée, solitaire, solo, race, course

© Olivier Blanchet / DPPI

Après avoir traversé les océans et affronté de multiples péripéties en solitaire sur faceOcéan, Sébastien Destremau prendra le large à bord de son nouveau bateau en brandissant sur sa grand-voile, comme un étendard, le mot « merci ».

« Pour le prochain Vendée Globe mon bateau s’appelle ”merci” et porte la notion de gratitude afin de resserrer les liens entre les hommes autour du monde. Il soutient ce message intime, professionnel ou planétaire, du merci maman au merci la terre. Je veux donner du sens et du cœur à cette aventure en solitaire sans escale et sans assistance. » déclare Sébastien Destremau.

Lors de son arrivée aux Sables d’Olonne, le 11 mars 2017, après 124 jours de solitude, Sébastien termine son allocution par un émouvant « merci », adressé aux milliers de personnes qui l’accueillent et à tous les passionnés qui l’ont suivi et soutenu pendant la course. « Ce moment là, je ne l’ai jamais oublié et j’ai décidé de participer au Vendée Globe 2020 en disant merci. » ajoute-t-il.
Le 8 juin 2020, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Océan, Sébastien rappelle son engagement écologique. « La condition sine qua non de ma participation au Vendée Globe est que l’ensemble de mon projet soit neutre en carbone ».
Et le skipper de conclure…
« Si on commençait par dire merci à la planète ? ».

QUESTIONS / REPONSES avec SEBASTIEN DESTREMAU

Tu es en train de te préparer à naviguer avec ton bateau « MERCI » pour un tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale. Explique-nous comment on se prépare à son deuxième Vendée Globe ?

C’est à la fois exaltant, compliqué et terrifiant. Je suis impatient mais honnêtement, parfois je me demande pourquoi je fais ça. C’est comme aller chez le dentiste pour une rage de dents. Tu n’es jamais vraiment pressé d’y aller mais quand c’est fait, c’est la meilleure sensation du monde.

Quelle est la partie la plus difficile de ta préparation ? Est-ce qu’elle est plutôt mentale ou plutôt physique ?

La dimension physique existe, mais elle se résume à être en forme pour manœuvrer le bateau de manière optimale. J’ai tellement appris lors du dernier Vendée Globe que je vais essayer de ne plus faire les mêmes erreurs. Mais j’en ferai d’autres, c’est certain.

Quel fut ton pire moment lors du dernier Vendée Globe ?

Il y en a tellement, ça va être difficile de faire un choix. Peut-être que le plus difficile était quand j’ai chaviré et cassé mes cotes dans la plus totale obscurité. J’étais au milieu de nulle part près des îles Kerguelen. C’est franchement flippant.

Ton meilleur souvenir ?

Encore une fois, il y en a tant… Être seul au milieu de l’océan comme quand on arrive au point Némo est une sensation absolument indescriptible, grisante. La solitude, la puissance, le réconfort. Je dois dire que mon arrivée aux Sables d’Olonne – comme dernier skipper de la course – était incroyable. J’étais sûr qu’il n’y aurait plus personne mais ils étaient là, tous, à m’acclamer et applaudir. Des milliers de personnes ! J’ai été submergé par les émotions avec un tel accueil… !

Quelle est la chose la plus importante que tu emporteras à bord ?

Concernant le bateau, tout est important. Les outils, les pièces détachées, et les kits de couture pour réparer les dommages, les voiles. On a aussi avec nous une trousse de secours ultra complète (je me suis coupé le doigt gravement la dernière fois), des provisions de nourriture, un téléphone satellite, équipement de survie… la liste est sans fin.
D’un point de vue personnel, je ne vais rien emporter du tout. Pas de livre, pas de musique, pas de film, … Je n’ai pas besoin de grand-chose et j’ai juste envie de vivre ce chemin pour ce qu’il va m’offrir même si parfois j’aimerais pouvoir regarder quelques photos de mes proches.

Est-ce la solitude la partie la plus difficile de la course ?

Chaque partie de cette course est difficile. Des bateaux de pirates aux baleines en passant par les tempêtes. La partie la plus épuisante est « d’être seul au monde » – le Vendée Globe est le test intime le plus difficile qu’une personne peut traverser.

Combien de temps cela prend de préparer le Vendée Globe ?

En fait, tout dépend de l’aide et des financements reçus. Tout dépend aussi de ton expérience et de tes objectifs. Certains ont besoin de mois, certains d’années. La dernière fois il m’a fallu 4 ans. Cette fois ce fut plus court. Psychologiquement par contre, cela prend toute une vie.

Dans ton livre SEUL AU MONDE, tu parles de 124 jours en enfer. Pourquoi recommencer ?

La dernière fois je n’avais aucune idée de ce à quoi m’attendre et je voulais voir si j’étais capable de le faire. Cette fois, je sais exactement à quoi m’attendre et à quoi je vais devoir faire face. Et je veux savoir si je suis toujours capable de le faire ! C’est un niveau de challenge totalement différent. C’est beaucoup, beaucoup plus difficile je dirais. Donc voyons voir si j’y arrive !

Que dirais-tu à un skipper qui rêve de participer au Vendée Globe ?

Ne le fais pas ! Noooon je plaisante.
Fonce ! Vis ta vie. Vis tes rêves. Vise toujours plus haut. On a qu’une seule vie, il faut la vivre à fond, sinon quel est le but?
10. Est-ce que tu vas te rappeler de prendre des chaussures et une éponge cette fois ?
Ah-ah, oui, bien évidemment. Mais, me connaissant, je vais encore oublier bien d’autres choses !
Dire Merci
Dire Merci exprime une vertu : la gratitude,
Dire Merci est un mot essentiel qui crée du lien,
Dire Merci suscite l’engagement et fait progresser,
Dire Merci donne du sens et du cœur aux relations humaines, Dire Merci resserre les liens autour d’un projet fédérateur,
Dire Merci, c’est avancer ensemble dans une aventure commune, Dire Merci, unit celui qui donne à celui qui reçoit

Dire Merci, est la reconnaissance de la valeur de l’autre
Dire Merci, est un partage qui surfe sur la réussite
Dire Merci, développe la détermination, la performance et l’esprit d’équipe Dire Merci, franchit des caps dans une mer parfois agitée
Dire Merci, est un acte d’accueil qui apaise l’existence

À propos de Sébastien Destremau, Navigateur franco-australien

Sébastien Destremau, skipper et navigateur franco-australien, vainqueur de la Sydney- Hobart en 1998, l’édition la plus meutrière de l’histoire en Australie, décide en 2012 de s’attaquer à un défi encore plus grand : le Vendée Globe,. Cette redoutable course à la voile autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Malgré d’innonbrables avaries techniques et le manque de nourriture, il atteint son but après un périple de124 jours et est accueilli en héros aux Sables d’Olonne. Au cours de sa carrière sportive il a été cinq fois champion du monde, a préparé les jeux Olympiques pour la France, a participé à cinq campagnes de la Coupe America a atteint la 12eme place au classement mondial des skippers, et plus recemment, a terminé second de la Route du Rhum en 2018.

  • 5 campagnes pour la Coupe de l’America
  • 124 jours en mer en solitaire pour le Vendée Globe 2016
  • Une victoire à la Sydney-Hobart
  • Une campagne olympique en Flying Dutchman
  • Une victoire en solitaire sur la Calero Solo Transat 2016
  • Second de la Route du Rhum 2018

Source

Cécile Gallet

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 10 juin 2020

Matossé sous: 2020-21, Course au Large, IMOCA, Vendée Globe

Vues: 679

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe