Anticiper la bascule, pour virer au bon moment !

© Robin Christol

Dès ce lundi 11 mai, Achille sera en mesure de retourner sur l’eau, un soulagement et une grande joie pour le skipper qui, comme l’ensemble des français, a été dans l’obligation de rester confiné chez lui, à Lorient, de façon à combattre la propagation du Covid-19. Après deux mois propices à la réflexion, la vie sportive va progressivement reprendre son cours, le Figaro Bénéteau 3 Be Green Ocean sera mis à l’eau cette semaine et de nouvelles sessions d’entraînement devraient très vite être reprogrammées. Malgré le report d’une majeure partie des courses de la saison, Achille garde en ligne de mire la Solitaire du Figaro, dont le départ est prévu le 30 août prochain, mais pas seulement…

Le mot d’Achille Nebout:

Lundi 11 mai marquera la fin d’un confinement inédit de deux mois, et, espérons-le, la fin de course de ce virus ravageur.

Deux mois sans voir la mer, un petit record, durant lesquels il a fallu réfléchir et réinventer le quotidien, par des choses simples : j’ai retrouvé le bonheur de la lecture (merci Alain Damasio), progressé et innové en cuisine, j’ai dessiné, j’ai repris le défrichage musical en travaillant et diffusant des playlists quotidiennes, je suis devenu un champion au Backgammon, je suis entré dans la trentaine de façon joyeuse et inédite et renforcé les liens et l’échange avec mes proches, même lointains.

Bien sûr, j’ai préparé la suite de la saison en faisant du sport régulièrement et en participant à des formations en ligne très enrichissantes. Le parcours de la prochaine Solitaire du Figaro n’a (presque…) plus de secrets grâce à un roadbook météo très complet étudié avec Dominic Vittet et les coureurs du groupe d’entraînement de Lorient. Et j’ai hâte de mettre en pratique sur l’eau ce que j’ai appris avec Olivier Douillard sur l’analyse de performance. Pour ne pas perdre la main, j’ai couru la grande course virtuelle (mais très réaliste !) de la Solo Maître Coq sur Virtual Regatta, à laquelle j’ai terminé 2ème des figaristes à quelques secondes de mon ami Alberto Bona, après 2 nuits intenses…

Enfin, cette période a été propice à la réflexion sur les temps à venir. J’ai suivi avec grand intérêt et plaisir le travail du collectif La Vague, qui s’interroge sur un avenir plus éco-responsable de la course au large, qui va, ou plutôt qui est, fortement impactée par cette crise et doit évoluer pour survivre.
Changer les modèles économiques et les règles du jeu, repenser notre engagement environnemental et notre implication envers le public, telles sont les questions que je me pose pour donner sens à la poursuite de mon projet : avec un bateau, symbole de vitesse et de liberté, l’océan à protéger et à partager, et l’envie de communiquer, je pense élargir le champ des possibles et m’engager dans de nouveaux domaines : l’écologie bien sûr, mais aussi l’éducation et la pédagogie, la culture… De belles idées et je l’espère des actions à suivre rapidement…

Pour le moment, nous avons l’autorisation de retourner sur l’eau dès lundi, et je compte bien aller prendre un bon bol d’air iodé la semaine prochaine. Après 2 mois d’entraînement hivernal intense, la saison sportive a été coupée nette dans son élan le 10 mars, à quelques jours du départ de la première course et la suite est encore très incertaine. Nous serons fixés sur les prochaines compétitions le 15 juin, et en particulier sur la Solitaire du Figaro, prévue début septembre. Si elle a bien lieu, je serai au départ, avec un mini budget et une énorme motivation.

En effet, fin mars, mon plus gros sponsor s’est malheureusement désengagé, supprimant toutes ses actions de partenariats. Ce n’est pas le cas de tous, et je remercie vivement ceux qui poursuivent ou arrivent à mes côtés, et avec lesquels nous allons imaginer de nouvelles actions, adaptées au tempo de cette année particulière. Le bateau va changer de couleurs et porter, entre autres, celles de Be Green Ocean pour de nouvelles aventures !

Je profite de ce message pour partager une belle vidéo florilège de la saison dernière, réalisée par Robin Christol, et avec quelques images drone d’Hugo de Pavant, merci à eux ! Cela fait un peu plus d’un an que j’ai mis mon Figaro Bénéteau 3 à l’eau pour la première fois aux Sables d’Olonne et l’année 2019 a été intense et enrichissante ! Belles émotions de revoir toutes ces images et merci à tous mes partenaires, et notamment Le Grand Réservoir, ainsi que mon équipe, qui nous ont permis de les vivre.

Source

Eleonore Villers

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent