Collision violente entre l’équipe française et espagnole

© Bob Martin

Le coup d’envoi de la saison 2 de SailGP a été officiellement donné aujourd’hui à 15H30 (heure locale) dans l’iconique baie de Sydney. Les sept F50 se sont élancés à pleine vitesse dans un flux de 15-20 nœuds. Après un départ magistral du barreur français Billy Besson à bord du catamaran volant F50 sur cette première manche et un début de course en tête de flotte, une collision violente est survenue entre les catamarans SailGP FRA et SailGP ESP lancés à pleine vitesse, avec pour conséquence un retour au stand pour l’équipe tricolore. Le jury a jugé l’équipe espagnole responsable de cette collision.

Les conditions sur le plan d’eau étaient pourtant idéales, les Français affutés et prêts à en découdre comme en a témoigné le magnifique début de course du bateau tricolore parti comme une fusée au coup de canon. Après avoir passé les premières marques du parcours en tête à la bouée sous le vent, Billy Besson choisit la bouée de droite juste derrière les Espagnols : « On est légèrement au-dessus, on avait pris l’intérieur un peu sur eux. On était au près, lui décide de virer alors qu’il n’était pas forcément au bout de la boundery (limite d’exclusion), donc pas forcément le droit de virer mais décide d’y aller. Je vois qu’il commence à le faire, donc je dis à mes équipiers de commencer la manœuvre de virement. J’appuie sur le foil qui commence à descendre mais là je vois que le bateau espagnol a vraiment mis de l’angle pour virer de bord comme si nous n’existions pas. Donc à mon tour je mets tout de suite de l’angle pour essayer de l’éviter mais il nous percute directement violemment comme le montrent les images. »

En effet, au moment du choc, le foil tribord de SailGP ESP percute le flotteur babord du F50 FRA. Cette collision a eu pour conséquence des dommages structurels importants mettant les Français hors course pour le reste des manches de cette première journée.
Toute l’équipe technique de SailGP FRA est désormais à pied d’œuvre en collaboration avec les équipes techniques de SailGP pour tenter de réparer le catamaran « blessé ». C’est une véritable course contre la montre qui est désormais engagée pour que l’équipe tricolore et sa machine puissent être sur la ligne de départ demain samedi 29 février pour disputer le deuxième jour de course. « L’équipe va devoir travailler toute la nuit et sûrement jusqu’à la dernière minute. Il y a des temps de séchage incompressibles pour les réparations des couches de carbone donc nous ne sommes pas assurés de pouvoir prendre le départ des manches demain. Nous sommes vraiment déçus d’autant plus que nous ne sommes pas responsables et nous avons perdu beaucoup déjà au classement en ne disputant pas les courses de la journée. On paie cher… Le barreur du bateau espagnol a vraiment été très agressif dans sa navigation et je pense aussi que ça ne va pas être le dernier. Le niveau est vraiment monté par rapport à l’année dernière, nous aussi, donc c’est positif. Cela permet d’avoir des courses très serrées et c’est super excitant pour le circuit. » conclut Billy Besson.

Quant aux Anglais et leur skipper-star Ben Ainslie, ils ont dominé sans partage cette première course, devant les Australiens tenants du titre qui ont tardé à se mettre dans le rythme.

Source

SailGP

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 29 février 2020

Matossé sous: Match Racing, SailGP

Vues: 1150

Tags: , , , , , ,

Sous le vent

Au vent