La Transquadra, 10e : une success story !

© François Van Malleghem / Transquadra - Martinique

10e édition et toujours le même gros succès pour la Transquadra Madère – Martinique, avec 96 bateaux (160 coureurs) inscrits à ce jour ! 10e édition et toujours des nouveautés sur cette course réservée aux amateurs de plus de 40 ans, avec un départ de Marseille (au lieu de Barcelone) pour la flotte méditerranéenne et une arrivée de la 1ère étape à Funchal, chef-lieu de Madère (au lieu de la marina de Quinta do Lorde). 10e édition et toujours de belles empoignades en perspective avec notamment le retour du tenant du titre en solo Alexandre Ozon, mais aussi de Jean-Pierre Kelbert, de Jean-Marie Vidal, d’un « bizuth » venu du sud, Bernard Mallaret… Rendez-vous en juillet pour le coup d’envoi de cette édition anniversaire !

Tous les trois ans, depuis 27 ans, la Transquadra Madère – Martinique réunit des coureurs amateurs autour d’un événement unique en son genre qui sait allier un excellent niveau sportif à une véritable aventure humaine. Et ça marche !

27 ans que ça dure !

Lorsqu’il eut l’idée de créer une transat réservée aux amateurs, disputée en deux temps, en été puis l’hiver suivant, de façon à l’intégrer plus facilement dans les emplois du temps professionnels et familiaux des coureurs, Mico Bolo ne se doutait pas que ce challenge entre copains l’occuperait encore à plein temps 30 ans plus tard : « C’est un succès ! Bien sûr, je ne m’attendais pas à ça lorsque j’ai imaginé cette course il y a 27 ans.

Une image contenant table, personne, groupe, murDescription générée automatiquement

Mais, surtout, avec toute l’équipe des rouges (presque la même depuis le début), nous avons réussi à tenir dans le temps : avoir une bonne idée est une chose, réussir à en faire un événement pérenne est un vrai défi. »

Frank Lang, président de la Transquadra Madère – Martinique : « La Transquadra, c’est l’évolution dans la continuité. L’organisation et le concept n’ont pas bougé depuis la première édition, mais l’épreuve se renouvèle en permanence, sans créer de rupture : l’ADN de la course reste celui d’une épreuve conçue pour plaire autant aux coureurs qu’à leurs familles, c’est la clé de sa réussite. »

Des solos de haut niveau

Preuve de ce succès : des flottes de près de 100 bateaux à chaque édition. C’est encore le cas cette année avec d’ailleurs un regain chez les solitaires (35% de la flotte contre un petit tiers habituellement), et plus de la moitié de ces solitaires sont des récidivistes.

Parmi eux, Alexandre Ozon grand vainqueur de la flotte Atlantique de la dernière édition. Il avait notamment bataillé avec Jean-Pierre Kelbert. Le patron du chantier JPK sera lui aussi sur les rangs de cette Transquadra 2020, armé du petit dernier de sa gamme, le JPK 10.30, tandis qu’Alex Ozon court désormais sur le tout nouveau Sun Fast 3300. Leur mano a mano devrait donc reprendre de plus belle, mais il y a fort à parier qu’il soit notamment pimenté des attaques du très expérimenté sudiste et bizuth de l’épreuve Bernard Mallaret, et de celles de Stéphane Bodin, Frédéric Couture, Jean-François Hamon, Olivier Lunven, Jean-Marc Riebell… tous camarades d’entrainement à La Rochelle.

Une image contenant ciel, extérieur, eau, bateauDescription générée automatiquement

En Méditerranée, 5 solitaires seront sur les rangs, dont le grand et fidèle animateur de l’épreuve, Frédéric Ponsenard ; Daniel Dupont, fort de deux Transquadra dans son sillage ; Arnaud Vuillemin qui, à peine arrivé de sa transat en double en 2018, s’impatientait déjà de revenir s’y frotter en solitaire… Et deux nouveaux venus, Laurent Favreau et Laurent Camprubi, et là, attention, champion ! Ce dernier affiche en effet un palmarès impressionnant : 6 fois champion de Méditerranée, 4 fois vainqueur de la Quadra Solo, 2 fois vainqueur de la Giraglia…

Des duos tout neufs

En double, la flotte est largement renouvelée avec 80% de bizuths.

Au départ de Lorient, il faudra sans doute compter sur un solide duo, Gérard Quenot et Jérôme Apolda, 3e de la dernière édition ; Olivier Grassi, 5e en 2018 revient avec Eric Troussel ; gare aussi au bizuth Eric Guigné, en duo avec Tangi Caron ; à Noël Racine double vainqueur de la Fastnet Race en duo avec Ludovic Sénéchal ; à Alain Caudrelier et Marc Chalumeau ; aux frères Castel…

15 duos méditerranéens seront sur les rangs à Marseille, avec, notamment, Jean-Marie Vidal Figariste de la première heure, accompagné de son fils Romain ; Dominique D’Andrimont ancien Figariste également et double vainqueur du Tour de France à la Voile et vainqueur de la SNIM, il sera associé à Etienne Boyer ; Ludovic Gérard et Philippe Mariani, assoiffés de milles, ils ont participé à la Middle Sea Race, à la Giraglia, au Tour de Corse… un bel échauffement avant la transat.

La flotte de la Grande Bleue aura aussi le grand plaisir d’accueillir un duo de femmes, Caroline Petit et Emmanuelle Blivet.

Régater d’accord, mais contre des copains

Le piment de la compétition est bien sûr un aimant qui attire tous ces coureurs vers la même ligne de départ, mais ce qui les fait tenir tout au long de ces mois d’entrainements c’est le ciment de la camaraderie, voire de l’amitié qui se noue entre eux au fil des milles : « il y a une très bonne ambiance au sein du groupe, on est là pour rigoler ! » sourit Marc Reine, entraineur, à La Rochelle, de 35 coureurs IRC dont 22 sont inscrits à La Transquadra Madère – Martinique.

Une image contenant ciel, eau, extérieur, embarcationDescription générée automatiquement

Avant de tous se retrouver en juillet, nombre de ces marins engagés sur cette édition 2020 de la Transquadra Madère – Martinique auront l’occasion de se jauger à Pâques, à la SNIM pour les Méditerranéens et au Spi Ouest France pour les autres, ou encore sur l’Armen Race et la nouvelle 45.5 au départ de La Rochelle.

Bref, à moins de 5 mois du coup d’envoi de la 10e Transquadra Madère – Martinique, la pression va commencer à monter doucement mais sûrement, l’impatience aussi !

La Transquadra Madère – Martinique

  • Transat dédiée uniquement aux marins amateurs de plus de 40 ans
  • En double ou en solitaire
  • Course ouverte aux bateaux de série de 8,50 m à 12 m
  • 10e édition (course créée en 1993)
  • 3800 milles de course
  • 2 flottes : atlantique et méditerranéenne
  • 2 étapes : étape 1 Lorient ou Marseille / Madère – étape 2 Madère / La Martinique
  • 3 départs :
  • 14 juillet 2020 de Marseille (flotte méditerranéenne)
    19 juillet 2020 de Lorient (flotte atlantique)
    6 février 2021 de Madère
  • 1 arrivée en février 2021, au Marin en Martinique
  • 4 classements : flotte méditerranéenne (solo, double) et flotte atlantique (solo, double)
  • + 1 classement scratch des deux flottes (solo, double) entre Madère et le Marin
  • 96 bateaux au 15 février 2020, dont 20 au départ de Marseille.

Source

Jacques Pallu

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent