Chevauchée fantastique vers Salvador de Bahia

© Jean-Marie Liot

Après l’arrivée du dernier Multi50 Primonial ce midi, Salvador de Bahia retient son souffle pour couronner Charlie Dalin et Yann Eliès annoncés à 3 heures (française) sur la ligne d’arrivée. Intraitable depuis qu’il a pris la tête dans le Pot-au-noir, Apivia devance d’une quinzaine d’heures le deuxième PRB, mais rien n’est joué pour le podium avec Charal de nouveau en grande forme. Plusieurs duels pourraient ainsi se régler dans la Baie de Tous les Saints et la cadence des arrivées va fortement s’accélérer à partir de demain. En Class40, Crédit Mutuel est en passe de sortir du Pot-au-noir et reste maître du jeu à 1 100 milles de l’arrivée.

Primonial clos le bal des arrivées des Multi50 à Salvador

C’est samedi et le Terminal Nautico de Bahia ne désemplit pas de familles brésiliennes en partance pour les îles, pique-nique sous le bras. A l’horizon, Primonial déboule du phare de la Barra vers la ligne. Sébastien Rogues et Matthieu Souben viennent de boucler leur première transat en Multi50 à 13 h 24 (heure française), en à peine plus de 13 jours. « Une chose est certaine c’est qu’on partait à trois du Havre, il fallait un premier et un troisième. Le meilleur a gagné. Pour nous, la compétition s’est arrêtée au Cap Vert et l’aventure s’achève à Salvador de Bahia. Le seul truc que je retiens, c’est le plaisir d’être là » s’exclamait Sébastien Rogues, une caïpirinha à la main.
L’équipage de Primonial peut conserver la fierté d’avoir animé la course jusqu’au Cap Vert où ils ont été contraints de s’arrêter pour réparer le démarreur du moteur de leur trimaran. Toujours dans le match jusque-là et poussant Groupe GCA Mille et un sourires à élever leur niveau de jeu, ils ont fait preuve d’une belle maîrise de leur machine. Matthieu Souben confirme : « On était dans le match jusqu’au Cap Vert, contents de notre façon de naviguer et de la gestion de la course. Mais traverser le Pot-au-noir sans énergie, avec un juste un compas et un GPS dans le noir, ça ne le fait pas. Pas à notre niveau en tous cas, ce n’était pas raisonnable ».
Condamnés sur le plan sportif par cet arrêt de quatre heures à Mindelo dont ils repartaient avec plus de 200 milles de retard, l’équipage de Primonial a montré de très belles choses sur cette Route du café. Sébastien et Matthieu ont promis de revenir en 2021 !

Class40 : Un Pot très noir

Même les Class40 de tête ne sont pas encore venus à bout de cette marmite bouillonnante épicée de grains et d’un vent mou. Crédit Mutuel semble sur la bonne bretelle de sortie même si sa vitesse au compteur n’est pas encore très folichonne : 9 nœuds max, les alizés de sud-est ne sont pas encore là ! Les deux équipages dans son tableau arrière, Leyton et Aïna Enfance & Avenir, à plus de 50 milles, semblent naviguer dans le même système. La hiérarchie en Class40 se précise tout de même pour le podium à Bahia, le tandem Chappellier/Leboucher ayant perdu gros dans le Pot. Pour le reste de la flotte, le menu du jour ne change pas : hammam, douche chaude, grosses suées. Terre Exotique en 21e position a fait le choix de passer entre le Cap Vert et l’Afrique tandis que #AttitudeManche peine dans les dévents du Fogo, le grand volcan du Cap Vert, à 1,6 nœud.

IMOCA : 22, les voilà !

22 IMOCA cavalent désormais dans les alizés de l’hémisphère sud et les différences de vitesse entre les foilers et les bateaux à dérives se font sentir. L’ordre des arrivées dans la Baie de Tous les Saints n’est pas du tout sûr derrière Apivia qui est attendu aux alentours de 3h du matin (heure française). Jérémie Beyou et Christopher Pratt sur Charal ont changé de plat : ils ont mangé du lion et se verraient bien croquer PRB pour s’offrir une 2ème place tellement méritée. Advens for Cybersecurity, désormais 5e, appuie sur la pédale depuis sa sortie du Pot-au-noir, il navigue 4 nœuds plus vite que Banque Populaire et 1 nœud de mieux que 11th Hour Racing. Incroyable remontée du tandem Ruyant/Koch ! A l’arrière de la flotte derrière Groupe Setin 22ème, la sortie du Pot-au-noir va concerner Campagne de France aujourd’hui. Pour 4myPlanet, Pipe Hare Racing, Vers un Monde Sans Sida et Ariel 2, il va falloir encore être patients.

Prochaines arrivées (heure française) :

  • Apivia : 10 novembre 3h
  • PRB : 10 novembre 16h
  • Charal : 10 novembre 17h
  • Advens for Cybersecuriy : 22h
  • 11th Hour Racing : 10 novembre 00h

Date : 09/11/19 – 16h00

Class40

1 – Crédit Mutuel
2 – Leyton
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50

1 – GROUPE GCA – MILLE ET UN SOURIRES
2 – Solidaires En Peloton – ARSEP
3 – PRIMONIAL

Imoca

1 – Apivia
2 – PRB
3 – Charal

Ils ont dit

Cédric Château, co-skipper de Linkt (Class40)

Il y a 11 nœuds de vent, on est à 10 nœuds, on est plutôt pas mal. Je ne suis pas persuadé que le Pot soit fini, il y des petits orages à droite et gauche, il faut rester concentrés. D’ici ce soir on fera route vers le Brésil. Sur les comptages, on voit que Banque du Léman a déjà bifurqué malgré les orages, on ne sait pas qui a raison, on verra ça demain dans la journée. Là, c’est assez orageux mais le ciel est bleu avec des petits nuages, on se croirait en croisière ! Mais nous avons eu des grains toute la nuit à quasi 30 nœuds avec des grosses variations de direction. Ce fut une nuit mouvementée mais avec une matinée tranquille ! La nuit, on devine plus que l’on ne voit… Si on a l’impression qu’un grain arrive, on enlève les manivelles, on prend les écoutes en main, on ouvre très fort les voiles… On essaye d’être réactif, de ne pas se laisser surprendre. Le 4ème jour, notre antenne de box internet a craché d’un coup, on a passé 24h en mode furtif !! Donc on fait la stratégie au pif, c’est un peu comme si on faisait la météo avec un minitel ! C’est handicapant car avant le Cap Vert on était premier, la météo annonçait du vent fort alors que pas du tout… Avec plus de fichiers, on aurait été mieux informé….

Charlie Dalin – Apivia (IMOCA)

Ça vient de mollir. Jusqu’à présent nous avions 15/16 nœuds de vent, là on est passé à 13 nœuds, c’est moins rapide mais les conditions sont bonnes, c’est lisse. Nous avons croisé beaucoup de pêcheurs la nuit derrière qui n’ont pas l’AIS, juste un petit feu blanc, donc on a passé la nuit à veiller. On a croisé quelques cargos également. Je n’ai pas encore fait les calculs mais je pense qu’après minuit TU, nous serons à l’extérieur de la baie. On essaye de préserver le bateau, on va essayer de jouer avec le vent qu’il va y avoir dans la journée, on reste en mode régate jusqu’au bout ! On a passé le point où l’on est plus proche de l’arrivée que le deuxième de nous.

Kito de Pavant, skipper de Made in Midi (Class40)

Ça va, il y a des nuages et des grains mais on va finir par en sortir de ce merdier !! Nous sommes depuis quelques milles avec du vent portant sous spi, le Pot n’est pas très marqué, ce sont des grains en permanence, assez violents et toutes les 2h… Alors que si tu regardes les fichiers c’est tranquille ! C’est plus long qu’imaginé. C’est de toute façon une zone que personne n’apprécie. On attend les alizés ! Hier, nous étions contents car nous étions revenus sur les banquiers suisses, mais là ils reviennent sur nous. Rien n’est prévisible, les Suisses sont avec les derniers IMOCA, Alexia Barrier est dans notre axe, Crosscall a traversé sans s’arrêter. Les nuages ne sont pas gros mais bien efficaces pour nous barrer la route. Achille en a marre aussi de son premier Pot-au-Noir ! Les conditions sont favorables entre chaque grain mais on ne sait jamais si on va passer de 0 à 30 nœuds !

Pierre-Louis Atwell, co-skipper de Vogue avec un Crohn (Class40)

Ça va, on a un peu d’air, une bonne vingtaine de nœuds. On souffre depuis que l’on n’a plus de spi, cela fait plusieurs jours que nous sommes sous gennaker, on a donc un déficit de vitesse par rapport aux autres. Les conditions sont trop fortes pour le petit spi donc on reste sous gennaker. C’est un peu une découverte pour nous le Pot-au-noir, on regarde les fichiers mais c’est un peu la loterie ! On espère que ça va bien se passer avec notre position plus à l’est. On imagine des grains, des vents qui tournent, on verra bien… On voit les moyennes de 18-19 nœuds des autres, c’est impressionnant, nous on ne sait pas faire ! Avec nos histoires de voile, nous ne pouvons utiliser le pilote qu’une heure par jour donc c’est dur mais ça va ! Calliste va mieux. Il y a quelques jours, il s’est pris une écoute dans la tronche pendant qu’il regardait si le moteur refroidissait. Il a été sonné une partie de la nuit, il a craché du sang mais ça va, il a récupéré !

Arrivée à Salvador de Bahia de Sébastien Rogues & Matthieu Souben

Mission accomplie, on a traversé et c’était l’essentiel. Voilà, on part du Havre vers Salvador de Bahia pour ça, une bonne caïpirinha ! Une chose est certaine c’est qu’on partait à trois du Havre, il fallait un premier et un troisième. Gilles a fait une course admirable, il a navigué comme un chef et mérite sa victoire. C’est le meilleur qui a gagné. (…) Le classement, ce n’est pas l’essentiel. Il y en aura d’autres, il n’y a aucune déception. Le seul truc qui m’envahit, c’est du plaisir. La compétition s’est arrêtée au Cap Vert, l’aventure s’achève à Salvador de Bahia. Je retiens deux choses de cette Route du café : la beauté de naviguer au large sur ces Multi50. Et le fait d’avoir traversé avec Matthieu. On a vécu des choses humaines très fortes et ça fait partie des expériences de vie qui forgent un homme. Cette course, tu la vis à plusieurs. A bord, tu es deux mais autour il y a les partenaires, les familles, ces messages incroyables qu’on a reçu. Tout ça permet d’effacer la déception. Quand on est sportif et qu’on a une galère, on a besoin d’être soutenu et on l’a été mille fois plus que de raison. On s’est promis de revenir en 2021 !

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Multi50

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre