60 bateaux engagés

ambiances, novembre, depart, sailing, voile

© Jean-Marie Liot / ALeA / TJV17

Ce mardi 17 septembre, au théâtre de la Tour Eiffel à Paris s’est déroulé le lancement officiel de la 14e édition de la Route du café. Une conférence de presse qui a mis en lumière les 60 équipages engagés et a annoncé un nouveau partenaire titre : la Région Normandie.

Un nouveau partenaire, un nouveau nom

La Région Normandie, déjà partenaire de la course depuis 2017, s’engage aux côtés des deux partenaires fondateurs, Le Havre et Jacques Vabre, pour développer cet événement au fort ancrage normand. Avec une participation financière presque
4 fois supérieure à celle de 2017, la Région devient partenaire majeur de l’événement.
« La Région Normandie est particulièrement heureuse de renforcer son soutien à cette course qui contribue au développement économique, touristique et sportif de notre territoire » déclare Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

60 duos, 120 skippers

L’édition 2019 annonce d’ores et déjà une participation historique. C’est la première fois depuis la création de la Route du café en 1993, que les concurrents sont aussi nombreux à souhaiter braver l’Atlantique en duo. Ils seront 60 équipages de 10 nationalités différentes, soit 120 marins, répartis sur trois classes de bateaux, 27 Class40, 3 Multi 50 et 30 Imoca, à prendre le départ du Havre le dimanche 27 octobre, cap sur Salvador de Bahia au Brésil. La liste des inscrits à cette longue et difficile chevauchée transatlantique affiche également des vainqueurs potentiels et des duos d’exception, des skippers de tous horizons, suisses, allemands, belges, britanniques, américains, irlandais, finlandais, italiens, turques et même japonais, sans compter les 12 nouveaux bateaux (6 Class40 et 6 IMOCA), qui seront à surveiller de près.

La Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre reste la plus longue des transatlantiques, 4 350 milles, une course difficile, semée d’embûches météorologiques, qui est bel et bien devenue une référence dans le calendrier de la course au large.

Compétition, partage, exigence, solidarité, patience et tant d’autres mots exprimeront ainsi l’histoire de ces navigateurs durant toute la traversée, celle de la plus longue des transatlantiques.

Le Havre, une ville en fête

Dès l’ouverture du village festif de la course, le vendredi 18 octobre à 14h, le public découvrira les 60 bateaux dans le bassin Paul Vatine,

La Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre met la lumière cette année sur le développement durable comme des actions ludiques telles que l’exposition Ocean as Common, la fresque collaborative de Teuthis qui sera offerte à l’ONU afin de sensibiliser à la sauvegarde des Océans ou le #NoPlasticChallenge, un défi pour réduire notre consommation de plastique.

Des animations, des spectacles rythmeront les 10 jours du village avec un point d’orgue : le feu d’article le samedi 26 octobre à 20h.

ILS ONT DIT

Hervé Morin, Président de la Région Normandie

« Les évènements comme la Transat Jacques Vabre permettent de conforter la Normandie comme grande région maritime, une terre de nautisme, visible et attractive à l’échelle nationale et internationale. Je souhaite bon vent aux skippers Normands et salue l’implication de la ligue de voile de Normandie et de l’ensemble des bénévoles pour faire de cette compétition une totale réussite. »

Jean-Baptiste Gastinne, Maire du Havre

« Nous sommes heureux d’accueillir le départ de la Transat Jacques Vabre, événement incontournable pour les Havrais qui portent la course dans leur cœur depuis plus de 25 ans. La plus longue course transatlantique en double est en effet une aventure “havraise” : depuis sa création la course part de la Porte Océane, consacrant ainsi la place du Havre comme l’une des grandes villes du nautisme et le premier port français pour le trafic du café. »

Juan Amat – Président JDE France

« C’est une réelle fierté pour le groupe JDE et la marque Jacques Vabre d’être les co-fondateurs d’un événement majeur du calendrier nautique qui ait su rester fidèle à ses origines en retraçant, aujourd’hui encore, les grandes routes maritimes du café. Qui de plus légitime que JDE, leader du marché du café en France pour raconter « La Route du Café » ? La Transat Jacques Vabre est une aventure sportive et humaine exceptionnelle ! peu d’événements peuvent prétendre à une telle réussite. Je souhaite la bienvenue à la Région Normandie, et une excellente traversée aux 120 skippers engagés dans cette 14ème édition ».

Jérémie Beyou, Charal (IMOCA)

« Je n’ai que des bons souvenirs sur la Transat Jacques Vabre. Je suis tellement fier de l’avoir remportée en 2011 avec Jean-Pierre Dick ! Je trouve que cette course se renouvelle à chaque édition tout en gardant ses fondamentaux : un parcours qui ressemble à un début de tour du monde avec ses difficultés, une belle concurrence sur l’eau, des nouveaux bateaux. Elle est incontournable. Cette année, la flotte est très qualitative, tout le monde a beaucoup navigué. Les dix premières places vont être chères, on ne lâchera rien avec Christopher (Pratt) pour être sur le podium ! »

Maxime Sorel, V and B Mayenne, (IMOCA)

« La Transat Jacques Vabre, c’est deux choses : l’avant départ au Havre où l’ambiance est toujours super sympa, et la course en elle-même, si intense ! J’aime le double, car le partage est omniprésent. Les galères, les joies se vivent à deux. Cette édition promet de belles bagarres à tous les niveaux. J’ai hâte de me mesurer aux petits copains, c’est nouveau pour moi d’être en IMOCA et je vais sans doute apprendre un max ! ».

Thibaut Vauchel-Camus, Solidaires en Peloton ASERP (Multi 50)

« Il y aura beaucoup de nouvelles têtes cette année dans la catégorie Multi50 et aussi du côté des IMOCA et des Class40. C’est ce qui est formidable sur la Transat Jacques Vabre : il y a de grands habitués, des petits nouveaux qui viennent d’autre supports. Il y a une grande mixité de génération. J’aime cette course car elle marie à merveille la compétition et le côté festif et populaire au départ et à l’arrivée. »

Aymeric Chappellier, Aïna, (Class40)

« J’aime la Transat Jacques Vabre. D’abord, c’est tellement chouette d’arriver à Salvador de Bahia, et puis ce parcours qui demande beaucoup d’engagement. A la fois physiquement, parce qu’à deux on pousse à 100% le bateau, et mentalement parce qu’il faut se creuser les méninges sur la stratégie à adopter. Dépressions hivernales, alizés, pot au noir, alizés de l’hémisphère de sud, c’est hyper intéressant. Mon objectif ? Je l’avais déjà dit il y a deux ans et je le redis : la gagne ! ».

Basile Bourgnon, Edenred (Class40)

« Cela fait un moment que je rêve de la Transat Jacques Vabre ! Mon père (Laurent Bourgnon) l’avait gagnée avec mon oncle (Yvan Bourgnon) en 1997, et cela me fait tout drôle d’être au départ. C’est une grande chance que Manu (Emmanuel Le Roch) m’ait proposé d’embarquer. Je suis très excité d’être au départ du Havre aux côtés des meilleurs skippers. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre