Le Multi 50 Arkema 4 prend forme

  • © Vincent Olivaud
  • © Vincent Olivaud
  • © Vincent Olivaud
  • © Vincent Olivaud

Annoncée l’année dernière par Arkema et Lalou Multi, la construction du Multi 50 Arkema 4 suit son cours. Dessiné par l’architecte Romaric Neyhousser, ce trimaran innovant sera barré par Quentin Vlamynck sous la houlette de Lalou Roucayrol qui gère le projet et endosse le rôle de coach. Les trois hommes dévoilent la philosophie du bateau et font le point sur l’état d’avancement du chantier en attendant la mise à l’eau prévue au printemps 2020.

Une nouvelle philosophie

La longue phase de conception du Multi 50 Arkema 4 est terminée et le design du futur trimaran est validé. « Grâce au retour d’expérience de l’ex-Arkema 1, Lalou Multi et son partenaire-sponsor Arkema ont fixé un nouveau cadre. Ce premier trimaran construit par Lalou Multi était axé sur le large en équipage réduit. Le nouvel Arkema 4 se veut moins typé, plus polyvalent et performant pour l’équipage et l’in-shore. Cela a orienté les choix au niveau de la plateforme, notamment celui des bras de liaison en « X » (et non en parallèle) qui permettent d’optimiser l’ergonomie en équipage. », explique l’architecte Romaric Neyhousser. « La géométrie du bateau change par rapport à l’ancien car il est construit autour des foils. Nous avons par exemple réduit les volumes des flotteurs. La coque centrale sera aussi très différente. », indique de son côté Lalou Roucayrol.

Un travail très approfondi au niveau de l’aérodynamisme est effectué sur Arkema 4. « L’idée est de diminuer au maximum les traînées aéro, davantage que sur les autres Multi 50. L’objectif est de profiler toutes les formes qui génèrent ces traînées, en particulier au niveau des bras, mais aussi de travailler sur l’effet de plaque des voiles. Le carénage ajoute du poids mais nous considérons que le gain induit compensera cette masse supplémentaire. », détaille Romaric Neyhousser.

Un cockpit mieux protégé

Si Arkema 4 sera très performant sur les grands prix en équipage, il devra aussi être adapté à la navigation au grand large, notamment en termes de protection et de « confort relatif » à bord, à haute vitesse. Arkema 4 offrira davantage de protection pour les navigants que son prédécesseur. « C’est primordial pour mieux tenir le rythme en double ou en solo, et être en mesure d’aller vite longtemps, y compris dans les conditions difficiles. », explique Quentin Vlamynck, futur « pilote » de la machine.

Intégrer les matériaux du groupe Arkema

Arkema et Lalou Multi partagent la volonté de mettre à profit et en application leurs expertises matériaux et construction nautique. « Nous nous servons de cette construction pour faire un inventaire de tous les matériaux d’Arkema qui peuvent bénéficier à la performance de notre bateau mais aussi à l’ensemble de la Classe. », souligne Quentin. Par exemple, la résine thermoplastique Elium® est ainsi utilisée pour fabriquer un certain nombre de pièces, dont le moule de bras qui sera recyclé en fin de construction. Parmi les autres applications : une utilisation encore plus importante de la large gamme des adhésifs Bostik, la réalisation de pièces en impression 3D et un travail au niveau des batteries.

Daniel Lebouvier, Innovative Technologies Manager chez Bostik, revient sur la philosophie liée à ce partenariat avec Lalou Multi : « Depuis le début, l’intégration de nos matériaux sur les bateaux a été une composante majeure du projet. Le premier trimaran Arkema 1 a bénéficié de nos adhésifs structuraux Bostik et des vitrages Altuglas®. Le prototype mini 6.50 Arkema 3 a été le premier bateau de course intégralement construit en composites à matrice recyclable Elium®. Sur le nouveau Multi50 Arkema 4, nous continuons à utiliser ces solutions désormais éprouvées et en introduisons de nouvelles. Le groupe Arkema possède de nombreuses technologies innovantes dédiées à l’allègement des structures, à leur protection dans des environnements extrêmes ou encore, au management de l’énergie. La course au large est un terrain d’expérimentation exceptionnel pour nous. Et, nous bénéficions de l’expertise de l’équipe Lalou Multi pour parfaire nos mises au point. C’est aussi une grande fierté pour les équipes d’Arkema de voir leurs produits en action dans un environnement aussi exigeant. »

Où en est la construction ?

Mis à part le mât (construit par Lorima) et les foils monotypes, l’équipe de Lalou Multi gère l’intégralité de la fabrication d’Arkema 4, en étroite collaboration avec les équipes R&D d’Arkema. La construction avance dans les temps. Les moules de flotteurs, de coque centrale et de bras de liaison sont terminés. Des pièces « annexes » (comme les carénages ou la barre d’écoute) sont achevées et en attente de greffage. En parallèle, la construction du nouveau chantier Lalou Multi est achevée au Verdon-sur-Mer. Ce chantier sera aménagé dans l’été et c’est là-bas que seront construits les flotteurs et la coque centrale, à partir du mois de septembre. L’assemblage de toutes les pièces devrait se dérouler en décembre-janvier. Suivra l’intégration de tous les systèmes pour une mise à l’eau prévue au printemps 2020.

D’ici là, et tout en restant très impliqué dans la construction de son futur bateau, le skipper Quentin Vlamynck continue à engranger connaissances et expériences avec un programme d’entraînements intense, et coaché par Lalou Roucayrol. En complément des formations et des entraînements en faux-solo, les deux marins seront également présents sur les Grands Prix du circuit Multi50 à la barre du trimaran Lalou Multi, dès la mi-juillet. L’occasion pour Quentin de parfaire sa connaissance du support, de gagner en leadership et en automatismes et surtout d’engranger de l’expérience avant la mise à l’eau d’Arkema 4.

Source

Marie-Astrid Parendeau

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : Multi50

Les vidéos associées : Route du Rhum