Action et tension à San Francisco

  • © Sam Greenfield
  • © Matt Knighton
  • © Jeb Jacobsohn
  • © Eloi Stichelbaut
  • © Eloi Stichelbaut
  • © Eloi Stichelbaut
  • © Eloi Stichelbaut
  • © Eloi Stichelbaut
  • © Bob Martin
  • © Sam Greenfield

Journée difficile pour l’équipe Française SailGP sur le plan d’eau de San Francisco où les trois premières manches de l’Acte 2 de SailGP ont été courues ce samedi. Dans un vent fraîchissant progressivement jusqu’à frôler les 20 nœuds, Billy Besson et son équipe ont eu du mal à rivaliser avec leurs adversaires. La blessure de Timothé Lapauw et une série de petits soucis techniques ont contrarié leurs projets.

Japonais, Australiens et Britanniques ont dominé cette première journée américaine. Entre le Golden Gate Bridge et l’île d’Alcatraz, les conditions de navigation ont certes été moins rudes que lors de la semaine d’entraînement, mais elles exigeaient un sérieux bagage technique pour accomplir des manœuvres parfaites et exploiter au mieux la vitesse des bateaux… un bagage que les Français sont encore en train d’acquérir. « C’est sûr, on a besoin de plus de temps sur l’eau et d’entraînement, reconnaît le régleur d’aile Mathieu Vandame. Mais malgré tout, on progresse en permanence et on sait ce qu’on a à travailler ».

Un blessé et des foils récalcitrants

La chorégraphie de l’équipage à chaque changement de bord lorsque les F50 fusent à 40 nœuds est un exercice périlleux. Le jeune wincheur Timothé Lapauw en a fait la douloureuse expérience aujourd’hui : il s’est blessé à la jambe en glissant sur le premier empannage de la journée et a dû être débarqué *. Nicolas Heintz a fait le job sur les deux régates suivantes.

C’est ensuite le matériel qui montrait quelques signes de faiblesse. En cause, le système de montée et de descente des foils qui s’est parfois grippé, obligeant l’équipe à ralentir pour résoudre le problème.

« Le bilan est mitigé convient Billy Besson à son retour a terre. Chaque manche a eu son lot de complications. Mais ce sont des choses qui arrivent et cela fait partie de la vie sur ces bateaux très technologiques ».

Au delà du résultat comptable, les tricolores ont montré aujourd’hui qu’ils étaient performants sur les départs et qu’ils savaient aller vite en pointe à toutes les allures. L’état d’esprit reste positif. Le plaisir de naviguer et d’apprendre chaque jour sur ces machines incroyables reste intact.

Rendez-vous demain dimanche au même endroit et à la même heure pour les ultimes régates californiennes. Deux courses en flotte et une finale en match racing sont au programme dans des conditions qui devraient être un peu plus ventées.

* Tout de suite après la première manche du jour, Timothé Lapauw a été conduit à l’hôpital pour passer des examens complémentaires. Un scanner fait apparait une déchirure partielle de l’ischio-jambier. Un rapatriement en France est probable dès demain pour voir un médecin du sport et le traitement adapté.

Classement provisoire après trois manches :

  1. Japon 30 pts (1,1,1)
  2. Australie 26 pts (2,2,3)
  3. Grande Bretagne 24 pts (3,4,2)
  4. Etats Unis 22 pts (4,3,4)
  5. Chine 17 pts (6,5,5)
  6. France 16 pts (5,6,6)

Source

SailGP

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 5 mai 2019

Matossé sous: Match Racing, SailGP

Vues: 1691

Tags: , , , , , , , ,