Francis Joyon prêt à explorer de nouveaux horizons

2016, joyon francis, idec sport, maxi-trimaran, record, trophee jules verne, trophy, multihull

© Jean-Marie LIOT / DPPI

Magistral vainqueur de la Route du Rhum 2018, Francis Joyon va s’attaquer cette année à des défis pour la plupart inédits. Après une tournée méditerranéenne au printemps, il entamera son IDEC SPORT ASIAN TOUR 2019-2020 avec au programme deux records connus (La Mauricienne entre Port-Louis et l’île Maurice et la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres), puis quatre nouveaux parcours en Mer de Chine, sur lesquelles il établira les premiers temps de référence en équipage. Son fidèle trimaran IDEC SPORT a profité dans cette optique d’un important chantier hivernal centré sur la fiabilisation. Le maxi-trimaran a été remis à l’eau vendredi 5 avril à Vannes puis a retrouvé cette semaine son port d’attache de la Trinité-sur-Mer. C’est à son bord que nous avons rencontré l’homme de tous les records…

Francis, il y a cinq mois tu remportais la Route du Rhum, décrochant une victoire après laquelle tu courais depuis de nombreuses années. A tête reposée, quel regard portes-tu sur ce succès ?

« Je dois avouer que je ne me suis pas vraiment appesanti sur cette Route du Rhum, pris par le quotidien, la remise en état du bateau. Il se passe toujours plein de choses et je n’ai pas eu le temps de beaucoup y repenser. Je retiens que cette victoire dans une grande course et devant un adversaire aussi pointu que François Gabart, me donne encore plus de confiance. »

IDEC SPORT a été remis à l’eau la semaine dernière. En quoi a consisté le chantier d’hiver ?

« La Route du Rhum a été rude pour le bateau qui a souffert au niveau structurel, surtout le puits de dérive. Nous avons fait intervenir le chantier Multiplast pour tout remettre en ordre. Nous avons aussi beaucoup travaillé sur l’électronique, changé les filets de trampoline et tous les câbles du bateau. L’objectif du chantier a été de rendre IDEC SPORT le plus fiable possible car nous aurons quand même 25 à 30 000 milles à parcourir cette année. »

« Un côté découverte et aventure »

Tu vas t’engager dans une ambitieuse campagne de records, baptisée « IDEC SPORT ASIAN TOUR ». Tout va commencer avec la Mauricienne, un record en solitaire que tu connais bien puisque tu l’as initié il y a dix ans. Temps à battre : 26 jours, 4 heures et 13 minutes !

« Oui, sur un parcours entre Port Louis (Lorient) et Port Louis (île Maurice). La bonne saison pour partir va tomber mi octobre, le créneau est relativement court. Avec ce timing, nous aurons des chances de passer le cap de Bonne Espérance dans des conditions pas trop mauvaises et d’arriver sur l’île Maurice avant les cyclones. En 2009, j’avais dû passer très au Sud de Bonne-Espérance en raison d’un vent debout très fort plus au Nord. J’espère cette année pouvoir emprunter une route plus favorable. Je détiens toujours le record en solitaire. Il y a eu des tentatives pour l’améliorer, en particulier Lionel Lemonchois mais qui avait chaviré alors qu’il était en avance sur mon temps de référence. »

Après la Mauricienne, tu enclencheras ensuite le mode équipage. A quels records vas-tu t’attaquer en Mer de Chine ?

« Nous allons ouvrir quatre nouveaux parcours océaniques. Le premier nous mènera de l’île Maurice à Singapour. Puis de Singapour nous irons au Vietnam. Les deux records suivants se feront sur les parcours Vietnam/Shanghai et Shanghai/Hong Kong. J’ai déjà navigué dans ces zones mais sans jamais faire escale. Ça nous amuse beaucoup avec l’équipage de découvrir des endroits qu’on ne connaît pas. Il y un côté découverte et aventure. »

Comment décrire la navigation dans ces mers asiatiques ?

« Elle n’est pas simple. Il y a beaucoup d’objets flottants, notamment des troncs d’arbre qui se retrouvent dans la mer à la suite des typhons. Nous anticiperons cela, en embarquant un safran de secours par exemple. Le trafic maritime est très important, surtout au niveau de Singapour. Je me rappelle avoir longé la ville et compté des milliers de cargos en attente de chargement. Cela ne m’avait pas semblé rationnel ! Ces mers seront également complexes d’un point de vue stratégique. Sur un tour du monde, on choisit notre route par rapport aux forts vents portants. On profite d’angles favorables sur des grands trajets. En Mer de Chine, nous naviguerons dans des espaces restreints, des « couloirs » avec des passages dans les îles. Nous serons parfois obligés d’affronter des zones sans vent. »

On parle aussi de pirates dans ces zones…

« Effectivement j’ai déjà eu des contacts avec les pirates locaux du côté du détroit de Malacca. Mais je ne m’inquiète pas trop car nous serons en équipage sur un gros bateau. Je serai plus serein qu’à l’époque, seul sur mon petit voilier ! »

« Tous les records sont améliorables ! »

Le dernier record auquel vous vous attaquerez en équipage, la Route du Thé (Hong Kong – Londres), est actuellement détenu par Giovanni Soldini sur Maserati. Et il ne sera pas simple à battre…

« Effectivement mais tous les records sont améliorables ! On va s’y employer. Les records sont toujours passionnants mais celui-ci l’est d’autant plus car il est empreint d’histoire. La Route du Thé est la route maritime qu’empruntaient les grands voiliers qui se tiraient la bourre pour revenir le plus vite possible en l’Europe et être les premiers à vendre leur cargaison de thé à Londres. »

Ton équipage est-il constitué pour tous ces records ?

« Quasiment, nous serons cinq sur les navigations en équipage, parfois six comme lors du Trophée Jules Verne. Antoine (Blouet), Corentin (Joyon) et Bertrand (Deslesne) ont travaillé sur le bateau tout l’hiver. Ils feront partie de l’équipage. Gwénolé Gahinet et Bernard Stamm, les anciens du tour du monde, nous rejoindront pour quelques étapes, tout comme Christophe Houdet. »

Un record peut en cacher un autre !

Il se pourrait bien qu’avant cette campagne asiatique tu t’attaques au record de la Méditerranée…

« Oui nous débuterons la saison par une tournée de promotion en Méditerranée. Si une fenêtre météo se présente je m’attaquerai effectivement au record entre Marseille et Carthage (Tunisie). »

PROGRAMME IDEC SPORT-ASIAN TOUR 2019-2020

Octobre 2019 : Record de la Mauricienne (en solitaire)

  • Parcours :Port Louis (Lorient) / Port Louis (île Maurice)
  • Temps de référence : 26 jours, 4 heures et 13 minutes

Novembre-décembre 2019 : Création de 4 nouveaux records en mer de Chine (en équipage)

  •  Île Maurice / Singapour
  • Singapour / Vietnam
  • Vietnam / Shanghai (Chine)
  • Shanghai / Hong Kong.

Janvier / Février 2020 : La Route du Thé (en équipage)

  • Parcours : Hong Kong / Londres
  • Temps de référence : 36 jours, 2 heures et 37 minutes

Source

Mer & Média

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 10 avril 2019

Matossé sous: Asian Tour, Classe Ultim 32/23, Hong Kong - Londres, Records

Vues: 808

Tags: , , , , ,

Au vent

Les vidéos associées : Records