Chacun sa route

© Hamish Hooper/CAMPER

Au nord de Madère, Telefónica et PUMA Ocean Racing, suivis par CAMPER with Emirates Team New Zealand qui essaye de les rattraper. Au large du Maroc, Groupama sailing team suit sa route au vent arrière. Chacun sa route, chacun sa stratégie. 

« D’habitude, la première moitié de la première étape ne ressemble pas du tout à ce que nous vivons maintenant, » s’étonne Stu Bannatyne, co-skipper de CAMPER with Emirates Team New Zealand. « C’est une drôle de navigation et des décisions difficiles ont dû être prises. »

C’est vrai, le scénario de ce premier parcours surprend les marins. Les alizés sont faibles – voir absents – et toutes les trois heures, le relevé de position marque encore plus la séparation de la flotte.

À l’ouest, Telefónica, PUMA et CAMPER tentent toujours de rattraper un front froid pour ensuite descendre au reaching versFernando de Noronha. 15 noeuds de vent, 15 de vitesse. L’équipage français de Franck Cammas, lui, continue de jouer son option sud. Le vent sur zone est moins fort – 10 noeuds – et Groupama avance au portant à 10 noeuds.

Les classements changent selon les vitesses de chacun, sans être vraiment révélateurs : Cammas est pour l’instant sur une route directe. Ses concurrents font plus de route mais accéléreront quand ils plongeront.

« Beaucoup de choses vont se passer pendant les 24 prochaines heures, » confirme Iker Martínez, skipper de Telefónica, d’ailleurs nommé aujourd’hui Marin ISAF de l’année avec Xabi Fernández.

« Nous avons un autre front qui arrive et il va falloir gérer la situation au mieux. Il n’y aura sans doute pas trop de vent et nous devons faire en sorte de ne pas nous arrêter. Chaque fois qu’on s’arrête, c’est difficile car on sait que Groupama prend des milles sur nous. C’est stressant, mais c’est aussi ce qui rend cette course excitante. »

DU COTE D’ABU DHABI OCEAN RACING

La situation intéresse Abu Dhabi Ocean Racing : l’équipe a remâté ce matin et devrait repartir en course ce soir. Les hommes de Ian Walker espèrent bien se servir de la situation météo pour reprendre du terrain sur leurs quatre concurrents.

Pour eux, la Méditerranée s’annonce calme mais le détroit de Gibraltar et l’arrivée en Atlantique seront plus sportifs. « Des moments d’adrénaline avec le passage d’une dépression, » selon Gonzalo Infante, météorologiste pour la Volvo Ocean Race. De quoi accélérer pour rattraper la flotte ?

Positions à 13h00 UTC – 14h (Paris) – le 9 novembre 2011 :

  1. Team Telefónica (Iker Martínez), à 5734,0 milles du Cap
  2. PUMA Ocean Racing powered by BERG (Ken Read), + 8,8 m
  3. Groupama sailing team (Franck Cammas), + 30,0 m
  4. CAMPER con Emirates Team New Zealand (Chris Nicholson), + 65,9 m
  5. Abu Dhabi Ocean Racing (Ian Walker), suspendu
  6. Team Sanya (Mike Sanderson), suspendu

Classement provisoire de la Volvo Ocean Race 2011-12 :

  1. Abu Dhabi Ocean Racing (Ian Walker), 6 points
  2. PUMA Ocean Racing powered by BERG (Ken Read), 5
  3. CAMPER with Emirates Team New Zealand (Chris Nicholson), 4
  4. Team Sanya (Mike Sanderson), 3
  5. Groupama sailing team (Franck Cammas), 2
  6. Team Telefónica (Iker Martínez), 1

Source

Anne Massot

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 novembre 2011

Matossé sous: 2011-12, Course au Large, Volvo Ocean Race

Vues: 1467

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2011-12