Loïck Peyron, le nouveau Jedi

  • © Alexis Courcoux
  • © Alexis Courcoux
  • © Alexis Courcoux
  • © Alexis Courcoux
  • © Alexis Courcoux
  • © Alexis Courcoux

Alors que les arrivées se succèdent devant Pointe-à-Pitre, Loïck Peyron vient d’en finir en prenant une remarquable quatrième place dans la catégorie Rhum Multi ! Le Baulois qui partait dans les conditions de navigation des années 80, s’adjuge le meilleur temps sur ce sistership du premier vainqueur de la Route du Rhum : 21 jours 03 heures 57 minutes 17 secondes !

Le pari est plus que gagné ! Loïck Peyron sur son petit trimaran jaune a non seulement bravé les conditions difficiles du golfe de Gascogne, mais s’est adjugé la quatrième place dans la catégorie Rhum Multi… Une performance pour ce solitaire, vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en 2014 alors qu’il avait remplacé au pied levé Armel Le Cléac’h, pour s’imposer magistralement à Pointe-à-Pitre. Cette fois, le skipper au palmarès long comme un jour sans vent, avait décidé de rendre hommage à Mike Birch, son « Jedi » de la course océanique : partir sans assistance, sans les moyens électroniques d’aujourd’hui, sans prétention et sans stress, pour narrer l’histoire de la Route du Rhum…

Coupé du monde

Car non seulement Loïck Peyron arrive au bout de cette course qui a marqué les esprits par son final étonnant (Francis Joyon s’impose dans les derniers milles, Alex Thomson s’échoue avant l’arrivée…), mais en sus il grignote jusqu’au bout les places pour terminer quatrième de la catégorie Rhum Multi ! Un parcours tout en délicatesse puisque le Baulois ne disposait d’aucune projection météo pour affronter les dépressions qui se succédaient dans le golfe de Gascogne. Avec son trimaran de 1980 de seulement 39 pieds, il choisissait de piquer sur les côtes espagnoles pour se protéger sans jamais faire escale, puis il réussissait à déborder le cap Finisterre, laissant François Corre (Friends & Lovers) sur le même sistership, subir les assauts d’un mauvais coup de vent.

Devant le Portugal, le skipper de Happy concédait ainsi quatre-vingt milles à son confrère et plus de 200 milles à Jean-Pierre Balmès (Solvéo-Energies nouvelles). Mais petit à petit, Loïck Peyron grappillait les milles au portant quand les alizés commençaient à s’installer au large des Canaries : il débordait ainsi Jean-François Corre à la régulière, puis tout en contrôlant son adversaire le plus incisif, revenait dans le tableau arrière de Jean-Pierre Balmès avec 22 milles de delta au passage de la Tête à l’Anglais.

Le vainqueur de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2014, démontrait une nouvelle fois sa capacité à déstabiliser ses concurrents : quand le quatrième abordait Bouillante, le petit trimaran jaune n’était plus qu’à deux milles de son tableau arrière ! Il n’en fallait pas plus pour que le talent de Loïck Peyron s’exprime : il débordait son collègue et embouquait le canal des Saintes en pole position dans un alizé pourtant souffreteux…

Au final, Loïck Peyron (Happy) aura été plus rapide que Mike Birch en 1978 lorsque le Canadien s’imposait de 98 secondes face à Michel Malinosky ! De 23j 06h 59′ 35″, le temps est passé à 21 jours, 03 heures 57 minutes 17 secondes alors que le Baulois n’a pas franchement bénéficié de conditions idéales pour traverser l’Atlantique… Loïck Peyron améliore le temps du vainqueur de la première édition de la Route du Rhum de 02 jours 03 heures, 02 minutes 18 secondes !

Ligne d’arrivée franchie à 12h 57’ 17’’ (heure locale)

  • Temps de course : 21 jours 3 heures 57 minutes 17 secondes à 6,97 nœuds
  • 4519 milles parcourus à 8,90 nœuds
  • Ecart au premier Rhum Multi : 06 jours 02 heures, 42 minutes, 12 secondes
  • Amélioration du temps de Mike Birch (vainqueur en 1978) : 2 jours 3 heures 2 minutes, 18 secondes.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : Route du Rhum