Une pluie d’arrivées

© Alexis Courcoux

Alors que la journée de mardi s’annonce chargée avec l’arrivée des premiers des trois autres catégories de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe (Rhum Multi, Class40, Rhum Mono), ce début de semaine a été marqué par le final à couteaux tirés des deux IMOCA d’Alan Roura (La Fabrique) et de Stéphane Le Diraison (Time for Oceans), dans le sillage de Damien Seguin (Groupe APICIL). Et si les alizés sont encore bien présents au large de l’arc caraïbe, ils jouent au yo-yo à l’approche de l’île papillon…

Avant même l’arrivée des premiers ULTIME à Pointe-à-Pitre, des pluies diluviennes avaient noyé la Guadeloupe sous une masse orageuse qui est heureusement partie en se délitant vers Cuba. Pour autant, les grains se succèdent sur Pointe-à-Pitre avec une prédilection au lever et au coucher du soleil et sous ces masses ténébreuses et saturées, les pluies répondent aux averses pendant parfois plus d’une demie heure. Or sous ces amas noirâtres le vent s’interroge et part vagabonder souvent en bouffées virulentes, quelques fois en volutes évanescentes. Même les surprenantes frégates, ces oiseaux prédateurs qui nichent autour des îles antillaises, se réfugient dans leur nid dans l’attente d’une éclaircie…

L’Helvète s’impose

Encore ce lundi, après l’arrivée au cœur de la nuit guadeloupéenne de Damien Seguin, remarquable sixième à bord de son plan Finot-Conq sans foils (le deuxième avec SMA), des grains de toute beauté ont enveloppé les reliefs de Basse-Terre, déversant leur lot d’eau sur La Soufrière avant de lancer quelques piques sur les deux monocoques IMOCA en passe de virer la bouée de Rivière-Sens, sous le vent de l’île.

Alan Roura qui avait pourtant atterri le premier sur la Tête à l’Anglais, voyait Stéphane Le Diraison le déborder avant d’embouquer le canal des Saintes. Mais le Suisse profitait d’un contre-bord difficile de son concurrent pour reprendre la direction des opérations à moins de douze milles de l’îlet à Cochons… Et l’Helvète empochait la mise sur la ligne d’arrivée avec quatre minutes quarante-trois secondes de marge sur le Français, le plus petit écart de cette onzième édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe !

Rafales d’arrivées

Et si jusqu’à présent, les solitaires se sont répartis les honneurs de l’arrivée avec des écarts suffisants entre chaque « grappe » et chaque groupe, les jours prochains s’annoncent plus animés ! Dès la nuit prochaine, Pierre Antoine (Olmix) doit en finir à Pointe-à-Pitre : le premier trimaran de la catégorie Rhum Multi aura bien des choses à narrer. Non seulement il a dominé ses concurrents (son plus proche adversaire lui rend au minimum une journée et demie), mais en sus il sera très certainement crédité d’un temps compensatoire pour avoir porté secours à Lalou Roucayrol. Ce dernier s’était retourné sur son Multi50 Arkema, 350 milles devant lui dans son Sud-Ouest, et le skipper avait dû se dérouter pour embarquer le solitaire chaviré, puis faire route vers le remorqueur parti de la Martinique pour y déposer le Médocien.

À suivre au milieu de la nuit antillaise, le premier Class40 devrait apparaître sur les écrans radars de la ligne d’arrivée : Yoann Richomme (Veedol-AIC) a non seulement largement dominé la catégorie la plus fournie de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe (53 partants !), mais en plus y a mis la manière avec un potentiel certes impressionnant aux allures débridées, mais surtout avec une trajectoire quasi parfaite depuis le départ de Saint-Malo ! C’est certainement la suprématie la plus magistrale de cette onzième édition avec plus de 120 milles de delta sur son dauphin, dont le nom n’est pas encore acquis entre Phil Sharp (Imerys Clean Energy) et Aymeric Chappellier (Aïna-Enfance & Avenir). Les deux solitaires ne sont espacés que d’une quinzaine de milles, une marge insuffisante pour aborder la Tête à l’Anglais sereinement !

Enfin mardi midi heure locale, c’est le troisième trimaran ULTIME qui est attendu à Pointe-à-Pitre : Thomas Coville (Sodebo Ultim’) qui avait dû patienter à La Corogne pour réparer son bras de liaison avant fissuré a pu appuyer sur l’accélérateur une fois l’archipel du Cap-Vert débordé. Le Trinitain va ainsi s’adjuger la troisième marche du podium, reléguant à plus de 1 000 milles le seul concurrent restant, Romain Pilliard (Remade – Use it Again). Et auparavant, à l’heure du petit déjeuner guadeloupéen, Sidney Gavignet (Café joyeux) aura enflammé le Mémorial ACTe par sa domination sans partage au sein de la catégorie Rhum Mono. À bord de son plan Finot-Conq de 52 pieds, le compétiteur qui doit tirer sa révérence à l’issue de cette transatlantique en solitaire, aura porté haut les couleurs d’une association pleine d’énergie, avec humilité et enthousiasme. Chapeau bas !

ROUTAGE – Les explications de Dumard

Christian Dumard est l’un des rouages-clés de la victoire de Francis Joyon. C’est le routeur principal qui partageait cette lourde tâche avec Gwénolé Gahinet pour le skipper d’IDEC Sport. L’œil constamment rivé sur les prévisions météorologiques et sur l’état de la mer, la main posée sur son smartphone, Christian était prêt à dégainer un message à son skipper.

ULTIME – Coville attendu mardi

À moins de 500 milles de l’arrivée, Thomas Coville devrait en finir avant mardi midi heure locale : le skipper de Sodebo Ultim’ aligne les journées à près de 600 milles dans un alizé relativement établi. Le solitaire devrait ainsi s’adjuger la troisième place parmi les trimarans ULTIME.

IMOCA – Trio de sisterships

Après les matchs Joyon-Gabart et Meilhat-Eliès lors du tour de la Guadeloupe, Alan Roura et Stéphane Le Diraison se sont à leur tour livrés à un duel palpitant entre la Tête à l’Anglais et Pointe-à-Pitre. Et c’est finalement le Suisse qui a empoché la septième place en IMOCA, coupant la ligne avec 4 minutes 43 secondes d’avance sur son poursuivant : le plus petit écart à l’arrivée entre deux skippers dans cette onzième édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

Class40 – Richomme proche du dénouement

Yoann Richomme, nouveau venu dans la Class40 et unanimement reconnu dès le départ comme un postulant potentiel à la victoire finale, n’aura guère fait mentir les pronostics. Il devrait aborder ce lundi soir (mardi dans la nuit métropolitaine) le contournement de l’île avec 120 milles d’avance sur une meute déchainée de poursuivants, au premier rang desquels le redoutable Britannique Phil Sharp.

Classes Rhum – Entre impatience et vague à l’âme

Leader « historique » et incontesté du groupe des Rhum Multi, Pierre Antoine, à bord de son solide et fidèle trimaran de 50 pieds Olmix, se prépare doucement à renouer avec son statut de terrien. Impatient d’en finir avec une Route du Rhum-Destination Guadeloupe particulièrement ardue, le solitaire redoute, plus que le délicat contournement de la Guadeloupe, ce « blues » du terrien, ce vague à l’âme qui pourrait le submerger au terme de seize jours d’une vie de marin trépidante, intense et dévorante.

Source

Rivacom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Route du Rhum