Le Mondial J/80 à plein régime

© Pierrick Contin

Trois jours de compétition, huit courses, les 360 coureurs du Mondial J/80 des Sables d’Olonne organisé par le SNSablais et la classe française des J/80, enchaînent depuis lundi les départs dans des conditions de navigation excellentes pour la régate. Aujourd’hui, dans un vent orienté à l’Est de 10 à 5 noeuds, Javier Chacartegui et son équipage du monotype « Ibo.es » ont perdu leur leadership au profit de « Garatu » mené par un autre espagnol Iker Almondoz. Ce dernier, en tête, possède 12 points d’avance sur Rayco Tabares « Hotel Princesa Yaiza », les tenants du titre, et 15 points d’avance sur « Puente Romano Marbella » de Juan Luis Paez. Simon Moriceau « Armen Habitat », soutenu à la tactique par Pierre-Loïc Berthet, multiple vainqueur du Tour de France à la voile, est actuellement quatrième de l’événement vendéen alors que les russes de « News Terrirories », avec un certain Hugo Rocha, médaillé de bronze en 470 aux Jeux Olympiques d’Atlanta, sont cinquièmes. La bataille vélique bat son plein !

Trois réactions :

Hervé Delaroux, « Numéro J » : «

Nous naviguons depuis le début de semaine dans des conditions idylliques. Il fait vraiment grand beau temps. Hélas, nous avons loupé notre premier départ et ensuite nous n’avons pas réussi à saisir les bonnes opportunités. Demain, nous allons nous rattraper. »

Arthur Léopold-Léger, « Navigatlantique » :

« Nous avons réalisé une superbe première journée. Depuis, nous nous accrochons mais ça marche un peu moins bien. Je pense que nous ne sommes pas assez entraînés. Nous avons des difficultés à concrétiser et nous manquons d’automatismes par rapport à certains concurrents qui sont étonnants sur ce sujet. »

Marc Reine, entraîneur à la Fédération Française de Voile :

« Nous sommes, avec Benoit Charon, deux entraîneurs sur ce Mondial. Notre objectif est de faire en sorte qu’un équipage français gagne le Mondial. Cela fait quelques années que nous courons après ce titre. Les espagnols ont plusieurs choses qui font qu’ils vont un peu mieux que nos « top » équipages. Ils ont, à mon avis, des équipes un peu plus stabilisées c’est-à-dire qu’elles naviguent depuis longtemps ensemble et elles sont plus opportunistes dans certaines phases de navigation. Même si c’est bien engagé au classement général pour eux, nous allons tout faire pour les titiller. »

La parole à Armando Castro, J/80 « Enjoy Azores »

« Je suis responsable du port de plaisance d’Horta. La voile est ma passion. Nous sommes ici sur le Championnat du Monde J/80 pour apprendre. Nous n’avons pas encore trouvé les bons réglages. Nous sommes ravis de naviguer sur une compétition internationale. Je compte même acheter un J/80. Horta, c’est une ville de la mer. Il y a une ambiance extraordinaire là-bas autour des marins. Nous accueillons en moyenne 6000 marins chaque année et 1200 bateaux qui viennent surtout des Antilles pour une escale technique. Nous sommes le deuxième port de passage en Europe de voiliers de plaisance et de bateaux à moteur. Nous recevons également de grandes courses à la voile comme les Sables – Les Açores pour les Mini 6.50, les Sables – Horta pour les Class 40, la Douarnenez – Horta Solo en Figaro. C’est un moyen pour nous de faire la promotion du port d’Horta et des Açores. Nous allons agrandir le port et dans le futur, nous pourrons faire venir de plus grands voiliers océaniques. Ici à Horta, nous connaissons énormément de marins car c’est toujours un plaisir de les aider notamment quand ils ont des soucis techniques au milieu de l’Atlantique. »

Source

Agence TB PRESS

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 12 juillet 2018

Matossé sous: J Boats, J80, Monotypie

Vues: 184

Tags: ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : J80