Ladycat en quête d’un ultime Bol d’Or

© Chris Schmid/Spindrift racing

Le 9 juin prochain à 10h sera donné le coup d’envoi de la 80e édition du Bol d’Or Mirabaud, la plus importante régate du monde en bassin fermé. Une édition anniversaire que Dona Bertarelli, présente pour la 12e année sur l’épreuve, et son équipage du multicoque Ladycat espèrent remporter pour conserver définitivement le mythique trophée suisse. En effet, une troisième victoire en cinq ans leur permettrait de gagner le Challenge Bol d’Or dont à ce jour seules trois équipes ont l’honneur de posséder.

A quelques jours du coup de canon, rencontre avec Dona Bertarelli et Yann Guichard

Pour cette édition, Dona Bertarelli s’entoure une nouvelle fois de ses équipiers de confiance pour mener au mieux dans les vents imprévisibles du Léman, Ladycat, son multicoque de cœur. Ainsi, l’une des rares femmes skipper avec Riquette Thévand à avoir remporté l’épreuve (en 1944), sera accompagnée de Yann Guichard, Jacques Guichard, Xavier Revil, François Morvan et Christophe Espagnon. Lesquels forment un équipage d’habitués et de fidèles à l’écurie Spindrift racing qui, à force de milles nautiques partagés ensemble aussi bien entre trois bouées qu’autour du globe, ont acquis depuis un certain nombre d’automatismes. Une cohésion d’équipe qui devrait faire la différence lors du Bol d’Or Mirabaud comme le précise Dona Bertarelli. « Sur une course comme celle-ci, si difficile, il est primordial de bien se connaître. On note que les équipes les plus constantes dans leurs résultats sont bien souvent celles où les équipiers naviguent ensemble depuis plusieurs années. Chez Spindrift, c’est pareil ! Nous avons des personnes qui nous suivent depuis pas mal d’années maintenant et c’est un bonheur de pouvoir naviguer avec eux. » Et Yann d’ajouter « On ne gagne pas tout seul un Bol d’Or. Bien que sur cette épreuve tout peut arriver, nous mettons toutes les chances de notre côté avec un bateau ayant le potentiel de gagner et un équipage incroyable. Une équipe forte, soudée et expérimentée. »

C’est donc un team d’experts qui s’élancera samedi prochain sur les 66,5 milles nautiques de cette boucle nautique entre Genève et le Bouveret à la conquête d’une troisième victoire en cinq ans. Un challenge à la saveur particulière qui ajoute, selon Dona Bertarelli, « un peu de pression supplémentaire » à ce rendez-vous helvétique annuel. « Viser une victoire cette année et tenter de décrocher le trophée à vie a un petit goût d’ultimatum. Le Bol d’Or est une course extrêmement difficile. De grands marins sont venus y participer sans victoire à la clé. Sur cette épreuve, tout peut arriver. Ce n’est pas qu’une question de bateau, d’équipe ou de vent, c’est un tout. » Il semble d’ailleurs très compliqué d’avoir une préférence météorologique tant l’exercice s’avère différent entre une navigation dans les petits airs et l’autre dans un vent soutenu. « Un Bol d’Or couru dans du vent fort me parait presque plus ‘honnête’ dans la bataille avec les autres équipages. Il y a moins d’imprévus, moins de chance à entrer en jeu. C’est bien l’équipage qui se mesure à un autre, de la compétition pure. Sur une édition peu ventée, il y a plus d’aléatoire. C’est une autre histoire qui requiert alors plus de concentration, d’efforts physiques et aussi d’un peu de chance. »

En attendant de connaître le bulletin météo du week-end, l’équipage, déjà sur place, révise une dernière fois ses gammes sur ce plan d’eau du Lac Léman où les vents ont la spécificité d’évoluer au rythme des saisons et de la journée.

Equipage Ladycat pour le Bol d’Or 2018 :

  • Dona Bertarelli (skipper)
  • Yann Guichard
  • Xavier Revil
  • Jacques Guichard
  • François Morvan
  • Christophe Espagnon
  • Boat Captain : Philippe Echassoux

Source

Spindrift racing

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Bol d'Or

Les vidéos associées : Décision 35