Le duo néerlandais continue de mener la danse

weekly selection

© Konrad Frost/Volvo Ocean Race

Le coup de frein d’hier était attendu pour nos sept équipages engagés sur cette neuvième étape transatlantique entre Newport et Cardiff. Il aura en revanche été plus clément avec les premiers passés qu’avec les quelques retardataires…

Résultat ce dimanche ? Notre duo de tête reprend des couleurs (il défend les mêmes quoi qu’il arrive…) en s’offrant plus de 30 milles d’avance sur le troisième, Dongfeng Race Team, revenu à une douzaine de milles hier à la même heure.

Pour vous expliquer ce phénomène de dorsale, déjà dans les mémoire des leaders, mais toujours au programme de SHK/Scallywag cet après-midi, Conrad Colman vous offre une explication en image, et en français ! (Également disponible dans le dixième épisode de #SansFiltre).

L’oeil de Conrad Colman – Volvo Ocean Race
Cet après-midi, moins de deux petits milles séparent nos deux leaders l’un de l’autre. En outre, moins de 290 milles les séparent de la ligne d’arrivée ici à Cardiff… Et bien que cette distance semble minime en comparaison avec les performances affichées en milieu de semaine, il faudra bel et bien patienter jusqu’à mardi pour accueillir les premiers équipages.

Histoire de pimenter un peu plus cette fin d’étape, une dépression est venue se glisser entre les concurrents et l’arrivée, ce qui va obliger les marins à naviguer au près, et à jouer la carte tactique au niveau de leurs choix de voiles et de route, afin de trouver le meilleur compromis.

Coiffé par MAPFRE lors de l’arrivée de la huitième étape à Newport, Team Brunel aura tout sauf envie de récidiver, mais plutôt de prendre sa revanche, en remportant cette étape coefficient deux. Ils pourraient ainsi enchainer un troisième podium consécutif mais surtout sérieusement se positionner en candidat à la victoire finale à La Haye !

À 16h30 cet après-midi, MAPFRE, leader au classement général pointe à plus de 80 milles du groupe de tête, en cinquième position !

Bouwe Bekking, le skipper de Team Brunel nous écrivait : “L’arrivée semble délicate – nous allons devoir gérer cette zone de haute pression au niveau de la pointe Sud-Est de l’Angleterre, ce qui implique de naviguer au près, avec plusieurs virements… et un arrêt quasi complet avant de franchir la ligne.”

“Nous nous attendons à ce que Dongfeng pousse un maximum au Sud-Est, ce qui est leur unique chance de reprendre de la distance sur nous. Mais ça pourrait être délicat pour eux aussi, s’ils se font prendre au milieu de la dépression, là ou il n’y a pas de vent du tout.”

“Nous ne pouvons les contrôler si nous naviguons avec une météo différente, donc on évite de trop y penser. Nous devons tenter de faire le meilleur choix nous concernant.”

Le skipper néerlandais, qui en est à sa huitième tentative de mettre ses mains sur le trophée ajoutait : “Notre objectif numéro un pour cette étape était, et reste de battre les deux bateaux rouges, ce qui nous ferait garder espoir pour une victoire finale.”

“Faisons en sorte de nous assurer que cet objectif soit respecté… ensuite on pense être en mesure de dépasser l’actuel leader.”

Du côté de team AkzoNobel, les marins sont tout autant remontés pour la bataille finale, qui s’annonce épique ! “Nous sommes prêts pour un long match race, potentiellement jusqu’au passage de la ligne d’arrivée,” affirmait Chris Nicholson. “Tout le monde est à fond !”

Source

Volvo Ocean Race

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent