La verrue anticyclonique

© Alexis Courcoux

Les jours passent et ne ressemblent pas pour les 22 concurrents encore en lice dans cette édition 2011 de la Transat Jacques Vabre. Au programme, pétole pour les uns, belles glissades pour les autres et repos du guerrier pour beaucoup. Toujours très proche de l’orthodromie, Virbac Paprec 3 et Hugo Boss remontent vers le nord-ouest tandis que plus au sud, Banque Populaire, Macif, Groupe Bel et Safran sont englués dans la bulle anticyclonique. Pour Actual, la glisse est au programme de cette nouvelle journée. En Class40, Aquarelle.com gère tranquillement sa course et bénéficie enfin de conditions beaucoup plus clémentes.

Toujours incertaine, la météorologie sur cette Transat Jacques Vabre a de quoi rendre fou les 22 équipages encore en course. Après les multiples dépressions qui ont touché la flotte, Eole à décider de jouer avec les nerfs des marins.

Le contexte pour les IMOCA reste très incertain aussi bien pour les sudistes que les nordistes. Inséparables depuis plusieurs jours, le tandem Virbac Paprec 3, Hugo Boss continue sa route au nord ouest afin de parer les grandes zones de molles présentes au sud. Une zone d ans laquelle, Banque Populaire, Macif, Safran et Groupe Bel tentent de s’extirper mais sans grand succès. Intercalés entre les deux groupes, Gamesa s’empare de la quatrième place. À 88 milles derrière Mike Golding et Bruno Dubois, le duo helvète sur Mirabaud est également entré dans cette grosse molle qui va très certainement faire des dégâts. La porte semble pour le moment fermée selon Kito De Pavant qui ne voit pas de solution à court terme. Le marin méditerranéen semblait agacé ce matin par ces conditions qui malmènent le bateau. Sur la route directe, mais celle des multis, Bureau Vallée est le plus rapide des IMOCA en cette fin de nuit. Avec une vitesse de 11 nœuds, les deux frères pourraient bénéficier encore une dizaine d’heure de ces conditions parfaites pour avaler les milles. Une situation qui pourr ait s’avérer très bénéfique car avec 37 milles de retard sur Macif qui n’évolue qu’à 3,1 nœuds, la remontée au classement général pourrait être impressionnante.

De son côté, Maître Jacques navigue toujours en compagnie du petit groupe d’IMOCA emmené par Macif.
165 milles plus au sud, Yves Le Blevec et Samuel Manuard sur Actual, savourent les longues glissades à plus de 16 nœuds. Ce tandem bénéficie encore d’un régime de vent d’ouest de 15 nœuds, mais les options ne sont pas encore très précises.

Aux alentours des Açores, Aquarelle.com mène toujours la flotte des Class40. Après la baston de la veille, les conditions sont beaucoup plus clémentes et le moral des marins remonte vite. Si Yannick Bestaven et Eric Drouglazet disposent d’une confortable avance sur ERDF Des pieds et des mains (+95,3 milles), une belle bagarre s’engage pour la troisième place. Phoenix Europe Express, Groupe Picoty et Avis Immobilier naviguent au centre de l’Archipel mais le retour par l’est des américains de 11th Hour Racing pourrait bien chambouler la donne. Plus proche de la route directe, 40 Degrees pointe à la sixième place. Avis Immobilier devrait s’arrêter à Sao Miguel afin d’effectuer une réparation.

Ils ont dit :

Samuel Manuard sur Actual
« On est le seul bateau à être passé de l’autre côte de la dorsale. Alors que le groupe IMOCA avec Banque Populaire et Groupe Bel, sont en train de buter dans la dorsale ainsi que Maitre Jacques !
On est plein sud, on est dans du bon zef bien établi.
La bonne nouvelle c’est qu’il fait chaud, alors qu’hier on avait encore les cirés. Là ça va vite ça glisse… C’est vraiment magnifique !
On a plusieurs scenarii qui s&rs quo;offrent à nous. C’est encore un peu tôt pour décider, on verra demain soir si on fait route au nord pour arriver sur Saint-Barthélemy ou si on plonge au sud.
Ça dépendra de l’évolution de la météo, c’est un peu confus pour l’instant. L’objectif à court terme est de rester dans du vent et de gagner dans l’ouest. On se fait vraiment plaisir à la barre, on vit de très très beaux moments. Après l’enfer qu’on a vécu, on se fait plaisir ! Au niveau nourriture, on a chaque jour un petit sac que Sandrine nous a préparé avant le départ, c’est très bon et très agréable. »

Yannick Bestaven sur Aquarelle.com
« Encore du vent jusqu’à hier soir et là ça devient calme et paisible. Enfin !! J’ai le temps d’écouter un peu de musique, de taper quelques mails… Jusque-là c’était impossible ! On n’a pas encore retiré les cirés et les polaires. On aura encore 20 nœuds demain mais après-demain c’est l’été, on va pouvoir tout faire sécher.
Pour les prochaines 24 heures ça devrait aller parce qu’on a fait pas mal de décalage ouest sur ERDF, notre vitesse est plutôt bonne pour descendre dans le sud malgré l’affaiblissement du vent.
Il y aura pas mal de bulles de molles à éviter mais on est assez sereins. Ça ne m’étonne pas du tout de voir Phoenix Europe Express derrière parce que c’est un ancien Class40 bien costaud par rapport aux modernes. Et puis je connais très bien l’équipage : Stéphanie Alran est une ancienne perchiste de haut niveau, elle a fait beaucoup de prépa physique cet été à La Rochelle pour préparer cette transat ; et Jean-Édouard a le mordant qu’il faut pour attaquer sur le plan d’eau… ça ne m’étonne pas du tt de les voir là ! »

Kito De Pavant sur Groupe Bel
« C’est long ça va être long pour se sortir de là, les fichiers sont très pessimistes, le système s’est refermé sur nous, je ne sais pas combien de temps on va rester dans cette zone mais ça va être long !
C’est pire que les jours précédents, ce n’est pas confortable du tout, on a remplacé du vent fort par des voiles qui claquent. Ça prend les nerfs, c’est difficile à gérer. L’option semblait bonne, mais la Transat est perdue parce que l’anticyclone s’est formé juste à coté… Ce n’est pas difficile, c’est juste qu’on s’est trompé c’est tout ! Les premiers jours ont été durs, mais la pétole c’est très difficile à accepter. Pour faire quelque chose il f aut du vent ! On a longuement hésité à faire cette route au sud ou aller au nord avec certains. Maintenant c’est trop tard, on y est, avec les copains. J’espère que ça ne va pas durer trop longtemps. Il fait à peu près 20 degrés, il fait bon il n’y a pas de problème ! C’est surtout le manque de vent et la houle : ça ballote dans tous les sens et c’est presque dangereux pour le bateau… »

Les positions des bateaux ce mercredi 9 novembre à 05h00:

IMOCA
1 – Virbac Paprec 3 (Jean-Pierre Dick – J&ea cute;rémie Beyou) : 2852,6 milles de l’arrivée
2 – Hugo Boss (Alex Thomson – Guillermo Altadill) : 7,7 milles du leader
3 – Banque Populaire (Armel Le CLéac’h – Christopher Pratt) : 102 milles du leader

Multi50
1 – Actual (Yves Le Blevec – Samuel Manuard) : 3395 milles de l’arrivée
2 – Maitre Jacques (Loïc Fequet – Loïc Escoffier) : 172,1 milles du leader

Class40
1 – Aquarelle.com (Yannick Bestaven – Eric Drouglazet) : 3371,5 milles de l’arrivée
2 – ERDF Des Pieds et des Mains (Damien Seguin – Yoann Richomme) : 95,3 milles du leader
3 – Phoenix Europe Express (Stéphanie Alran – Jean-Edouard Criquioche): 127,3 milles

Transat Jacques Vabre

www.transat-jacques-vabre.com

Source

Transat Jacques Vabre

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 9 novembre 2011

Matossé sous: 2011, Transat Jacques Vabre

Vues: 1130

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre