Turn the Tide on Plastic en tête

Leg 8,Sunrise,Helm,Liz Wardley,2017-18,on-board,Nature,Teams,Leg,Bowman/ Boat Captain,Turn the Tide on plastic

© James Blake/Volvo Ocean Race

Changement de leaders ce matin, puisque Turn the Tide on Plastic suivi de Vestas 11th Hour Racing sont aux commandes. À l’avantage d’une position plus Est depuis hier soir, Turn the Tide on Plastic et Vestas 11th Hour Racing ont tous deux croisé devant leurs cinq concurrents directs, ce qui les place ce matin en première et deuxième position.

La remontée de l’Atlantique s’apparente pour l’instant à une vraie bataille de virements de bords à en voir les trajectoires des sept équipages sur le tracker. Sur l’eau, c’est une nouvelle fois une guerre des nerfs, avec des changements de vents important, impliquant de nombreux changements de voiles. Tout est question de trouver la bonne combinaison, au bon moment, pour grapiller le moindre gain de vitesse.

Et c’est exactement ce qu’ont fait les 10 équipiers de Turn the Tide on Plastic, qui ont été les derniers à déclencher leur virement vers le nord hier soir, peu avant 20h00 (heure française). Ce matin, ils s’offrent la première place, avec 5 milles d’avance sur Vestas 11th Hour Racing, et plus de 14 sur le troisième, Dongfeng Race Team.

Jamais bien loin, MAPFRE est en quatrième position, et son skipper, Xabi Fernández, nous écrivait dans la nuit : “Nous venons de boucler le deuxième jour de course de cette huitième étape. Je ne sais pas combien de fois j’ai écris cela, mais l’histoire se répète, étape après étape. Après un très bon départ depuis Itajaí, nous avons entamé un éternel bord de près, où on cherche tous les moyens pour trouver un avantage de vitesse. Alors on garde les yeux rivés sur l’AIS, dans les jumelles, sur notre boussole… c’est comme ça qu’on essaie d’aller toujours plus vite. Je peux d’ores et déjà voir que ça va être compliqué, avec beaucoup de moments de tension, et des décisions importantes.”

Reconnaissant la belle inspiration des deux nouveaux leaders, il ajoute : “Après ces premières 48 heures, nous avons déjà vu beaucoup de changements de positions. Nous étions plus ou moins tous en ordre le premier jour, mais après avoir passé un gros nuage, Vestas 11th Hour Racing et Turn the Tide on Plastic s’en sont le mieux sortis… Les persécutions commencent.”

Plus que jamais lors de cette huitième étape, c’est un match dans le match qui se joue entre MAPFRE et Dongfeng Race Team, puisque les deux bateaux leaders au classement général ne sont séparés que d’un petit point ! “Nos camarades de course, Dongfeng Race Team, ne sont qu’à 3.3 milles nautiques sur bâbord, donc on continue de se battre pour la moindre longueur de bateau… Mis à part ça, les conditions sont très bonnes, sèches, lumineuses, il fait chaud mais pas trop, le ciel est clair, on ne se plaint pas.”

Sous le bateau espagnol, Sun Hung Kai/Scallywag, Team Brunel et team AkzoNobel naviguent toujours à vue, et se tiennent dans moins d’un mille.

Onboard Reporter sur AkzoNobel, Brian Carlin nous décrivait la situation à merveille dans ces quelques lignes :

Le vent se maintient entre 11 et 15 noeuds, et se charge aussi de garder l’équipage occupé. C’est un compromis entre deux voiles, le MH0 (Mast Head Code 0) et le J1. Dans 11 noeuds, le J1 n’est pas super pour affronter les vagues, et le MH0 à le pouvoir. Mais ça implique un changement de voile, facile non ? Pas tout à fait ! Tout l’équipage doit être sur le pont, trois personnes doivent alors bouger les voiles pour finalement connecter le MH0, ce qui créer beaucoup de mouvement sur le bateau, et perturbe son équilibre, donc on perd de la vitesse, de l’énergie, cela pour conserver une allure supérieure à 10.2 noeuds. Ça prend du temps aussi… une voile hissée pour une affalée. Il faut ranger le J1, ce qui nécessite trois personnes, c’est lent. C’est pourquoi tu gagnes, et tu perds de la distance… Si ton timing est bon tu prends l’avantage, sinon tu ralentis le bateau et fatigues l’équipage.

Source

Volvo Ocean Race

Liens

Informations diverses

Sous le vent