Turn the Tide on Plastic aux commandes !

© James Blake/Volvo Ocean Race

Au quinzième jour de course, nous avons (une fois de plus) un nouveau leader dans cette sixième étape ! Jamais malmené et toujours bien positionné, l’équipage skippé par la britannique Dee Caffari – qui embarque notamment Brian Thompson et Nicolas Lunven à la navigation – a parfaitement géré sa trajectoire pour se glisser en tête de la flotte ce matin.

Dee nous écrivait et partagait sa bonne humeur matinale : “De bonnes nouvelles aujourd’hui. Premièrement ça donne le sourire aux marins que l’on réveille pour qu’ils prennent la relève sur le pont, mais c’est aussi un vecteur de motivation pour tout le monde, afin de maintenir ce niveau d’effort jusqu’à Auckland, à 1,500 milles d’ici.”

La dernière ETA indique une arrivée autour du 27 février ici en Nouvelle-Zélande, ce qui peut paraître difficilement concevable au regard des vitesses actuelles…

“Sur l’eau ça a été le calme plat, tandis que là-haut les nuages étaient larges et noirs… à présent, c’est un peu plus changeant, et mouillé ! Ça nous a donné pas mal d’opportunités de nous doucher, ce qui aide pour combattre la chaleur pendant la journée.”

Une nouvelle fois, on assistait hier à une scène unique, en plein milieu du Pacifique, puisque Brunel, croisait à seulement quelques mètre de Turn the Tide on Plastic.

“Hier, nous étions bord à bord avec Brunel pendant la majeur partie de la journée, on a même croisé à quelques mètres devant eux. On était si proche, qu’avec le calme ambiant, on pouvait presque entendre leurs conversations. C’est chouette de voir un autre bateau, mais assez dingue après 4,000 milles…”

Poursuite en plein Pacifique – Volvo Ocean Race

Avec des vitesses qui fluctuent en fonction des humeurs de mère nature, au gré des nuages qui tapissent le ciel du Pacifique, la situation reste très incertaine, et peut basculer à tout moment. Chaque report de positons peut tout relancer, et les stratégies peuvent être remises en cause d’une minute à l’autre. À l’image de Turn the Tide on Plastic et Team Brunel hier, puisque les deux équipages naviguaient à vue, avant que la situation ne bascule en faveur de Dee Caffari & co. Ce matin, Brunel accuse plus de 25 milles de retard… un goutte d’eau à l’échelle des 1,500 milles qui séparent les 6 Volvo Ocean 65 d’Auckland.

Plusieurs options ont été choisies par le groupe de tête, avec Turn the Tide on Plastic plus à l’est, tandis que SHK Scallywag, actuel deuxième est à 55 milles à l’ouest, sur la même latitude. En ce qui concerne AkzoNobel, ils sont 10 milles plus à l’ouest de SHK Scallywag, également sur la même latitude…

À noter ce matin, la séparation des deux bateaux rouge à l’arrière de la flotte. MAPFRE a en effet décidé de se dérouter, en mettant le cap vers l’ouest, alors que Dongfeng poursuit sa descente vers le sud, ce qui avait l’air de tenir à coeur au navigateur Pascal Bidégorry…

Source

Volvo Ocean Race

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent