Heurs et malheurs

voile, transat, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers, Jacques Vabre

© VandB

Aujourd’hui, l’alizé de sud-est n’apporte pas que de bonnes nouvelles sur la Transat Jacques Vabre. Prince de Bretagne devait ouvrir le bal des arrivées, précédant Arkema et FenêtréA-Mix Buffet attendus ce matin. Le sort en a voulu autrement puisque le trimaran de Lionel Lemonchois et Bernard Stamm a démâté à 93 milles de Salvador de Bahia. La course continue pour les 29 autres bateaux en course, dans des conditions météo très contrastées.

Ultime : Le démâtage de Prince de Bretagne et ses suites

Survenu sur rupture de galhauban à 19h15, le démâtage de Prince de Bretagne est évidemment un terrible coup du sort pour Lionel Lemonchois et Bernard Stamm qui n’avaient pas ménagé leur peine sur cette course. «Le pire accident qu’on peut souhaiter à un skipper loin de sa base » commentait Jean Pierre Dick ce soir à la vacation… La déception est une chose, la sécurité en est une autre et la question de la dérive du bateau positionné à seulement 18 milles au vent de la côte brésilienne s’est tout de suite posée. En bons marins, les co-skippers ont récupéré tout ce qui était possible du gréement. Ils ont ensuite largué le gennaker à l’eau pour faire ancre flottante et diminuer la dérive qui était de 0,9 nœuds au moment de l’accident. Le patrouilleur Guaratuba de la marine brésilienne a été dépêché sur place. Il devrait rejoindre la position du bateau entre 8 et 9 heures française pour envisager un remorquage.

Multi50 : Arkema attendu ce matin à Bahia

A part un coup du sort, ce qui ferait beaucoup pour une même journée, on voit mal comment la victoire pourrait échapper à Lalou Roucayrol et Alex Pella. La route qui leur reste vers Bahia est inférieure ce soir à celle qui les sépare de FenêtréA-Mix Buffet. Assez difficile à déterminer compte-tenu des vents faibles au petit matin sur Salvador de Bahia, leur ETA les situe à l’entrée de la Baie de tous les Saints autour de 10 h, heure française.

Imoca : En attendant la bascule

Paysage contrasté ce soir chez les Imoca. Seuls trois bateaux en ont vraiment terminé avec le Pot au noir. La zone de vents faibles a eu la fâcheuse idée de redescendre au sud et de garder prisonnier le gros des troupes, à l’image de Malizia II qui pouvait croire ce matin avoir retrouvé l’alizé. Les écarts augmentent singulièrement sur les 60 pieds et ce sont les concurrents positionnés les plus ouest comme Bureau Vallée 2 qui semblent avoir le plus souffert. Devant, St Michel-Virbac a encore grappillé quelques milles sur SMA. Ca tape dur au près sous de fortes chaleur et chacun attend avec impatience la bascule de l’alizé pour parer la corne du Brésil. Atterrissage vers Recife prévu dans 24 heures environ pour les premiers.

Class40 : Le salut dans l’est ?

Le Pot au noir, c’est aussi la préoccupation des leaders de la Class40 qui devraient rentrer dans la zone de transition cet après-midi. Comme l’expliquait Antoine Carpentier, co-skipper de V and B, qui a repris la tête dans la journée : « Il est trop tard pour penser à faire de l’ouest. Un concurrent décalé derrière pourrait tenter le coup mais pour l’instant tout le monde a l’air de rester en ligne. Ce qu’il faut, c’est aller vite, plein sud et le passer le plus vite possible car le Pot a l’air de s’épaissir ». Les écarts au classement devraient se resserrer et il n’est pas impossible qu’un ou deux bateaux s’invitent dans le trio de tête pour le dernier tronçon vers Salvador de Bahia (où il faudra bien se départager !) Les concurrents décalés dans l’est comme V and B et Aïna, Enfance et Avenir pourraient avoir un passage un peu plus fluide et surtout bénéficieront d’un meilleur angle pour attaquer l’alizé de sud-est.

En queue de flotte, Esprit Scout est reparti des Canaries aujourd’hui, tandis qu’Earendil devrait atterrir ce matin à Mindelo pour réparer sa ferrure de safran cassée.

Date : 16/11/17 – 00h06

Class40

1 – V and B
2 – Imerys Clean Energy
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50

1 – Arkema
2 – FenêtréA – Mix Buffet
3 – Réauté Chocolat

Imoca

1 – St Michel – Virbac
2 – SMA
3 – “DES VOILES ET VOUS!”

Ultime

1 – Sodebo Ultim’
2 – Maxi Edmond de Rothschild
3 – Prince de Bretagne

LES MOTS DES SKIPPERS

Alex Pella, co-skipper d’Arkema (Multi50)

« Je dormais, donc je ne suis pas très réactif là, mais ça va bien. Lalou est à la barre, on va à 20 nœuds, la mer est rangée et nette, ça va bien. On a environ 10 nœuds de vent. Après ce qu’on a vécu, où ça tapait dans tous les sens puis le Pot au noir, là ce sont les vacances ! Tout va bien à bord, on est un peu fatigué, car la course était très intense, on n’a pas arrêté de se bagarrer, plutôt content d’arriver, ça me rappelle quand je suis venu pour la Mini-Transat. On a appris le coup dur dans l’après-midi pour Prince de Bretagne. La première fois que je suis venu en 2003, un skipper avait démâté à 90 milles de l’arrivée, presque au même endroit. C’est dur pour Lionel et Bernard. D’ailleurs on a contacté la course pour savoir s’ils avaient besoin de quelque chose, il y a un bateau qui va les voir, donc on ne peut rien faire. L’arrivée, c’est demain, derrière les buildings. On n’est pas trop stressé car le poursuivant est loin. On va faire une belle arrivée ! »

Jean-Pierre Dick – St Michel – Virbac (Imoca)

« Ca va, l’alizé est toujours là (rires), avec pas mal de poissons volants. Le bateau tape, ce n’est pas hyper confortable, toutes les deux heures nous sommes de quart, il y en a un qui est en charge du bateau et l’autre off qui en profite pour dormir. Nous sommes sur un seul bord et il y a des choses à faire, notamment la nav. Il faut avoir l’œil ouvert avec les pêcheurs, les forages qui sont sur notre route. Pour l’instant nous avons un ciel très bleu, mais dès qu’on va s’approcher des côtes brésiliennes, il y aura des orages, des variations de vent, donc ce sera plus technique. On avait croisé Prince de Bretagne avec Yann lors de la descente alors qu’ils allaient s’arrêter aux Açores. Là c’est dur, c’est le pire accident qu’on peut souhaiter à un skipper loin de sa base. J’ai beaucoup d’admiration pour Lionel, il est le philosophe de la voile. Je lui avait dit par VHF qu’il boirait une caïpirinha avant moi…”

Antoine Carpentier – V and B (Class40)

« On a un peu plus d’air qu’annoncé par les fichiers. Ca avance dans le bon sens vers le sud, c’est bien. Nous avons ouvert pour aérer le bateau. Il fait très chaud en journée à l’intérieur, c’est insoutenable, et les Mach3 sont difficiles à aérer, le seul moyen est d’ouvrir le hublot. Notre stratégie est qu’il faut traverser vite le Pot au noir, donc si on va vers le sud, voire un peu de sud-est, on pourrait sortir du Pot au noir avec un meilleur angle. On sait qu’il y a une porte virtuelle entre le 25 et 30° ouest. On devrait la franchir dans la journée de demain. Il fait nuit, mais j’ai cru voir qu’il y avait des orages à l’horizon. TeamWork40 et Région Normandie recollent et je ne serais pas étonné de les voir revenir dans le match. On surveille, même s’ils sont encore un peu loin. L’élastique va marcher dans les 2 sens, ils nous rattrapent, et le premier, qui touchera les alizés du sud, reprendra de l’avance »

Message de Lion d’or (Classe40)

On descend, on descend, ça manque un peu de vitesse à mon goût, mais on est pas les plus à plaindre en ce moment ! On commence à appréhender le Pot au noir, on verra comment ça se passe, les images satellites aideront, mais si il n’y a pas de vent, tu as beau savoir où passer par rapport au nuage, si tu peux pas y aller….. Le vent est plutôt calé depuis le milieu d’après midi, donc pas beaucoup de réglage, un peu à la télécommande les deux dernières nuits. C’est monté à 20-30 noeuds pendant 4-5h. espérons que ça sera pareil, ça permet de faire des milles où ça envoie !! On est toujours en forme, Bonsoir Bise

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre