Quand la météo s’en mêle…

  • ambiances, novembre, arrivée, sailing, voile, champagne, multihull, multicoque, vainqueur
    © Jean-Louis Carli / ALeA / TJV17
  • ambiances, novembre, arrivée, sailing, voile
    © Jean-Marie Liot / ALeA / TJV17

Alors que les équipages de Sodebo Ultim’ et Maxi Edmond de Rothschild racontent leur régate sur les pontons de Salvador de Bahia, la bagarre continue de faire rage dans les trois autres classes de cette 13e Transat Jacques Vabre. Pot au noir compliqué pour FenêtréA-Mix Buffet qui voit revenir Arkema à une quinzaine de milles, changement de leader en Class40, avec V and B aux manettes. En Imoca, St Michel-Virbac a ré-empanné vers le Pot au noir qu’il devrait atteindre dans la journée.

Ultimes : Victoire de Sodebo Ultim’, nouveau record.

Sodebo Ultim’ a coupe la ligne à 11 heures 42 minutes et 27 secondes. Il améliore le temps record de Franck Cammas et de Steve Ravussin de 2 jours, 2 heures 31 minutes. Thomas Coville et Jean-Luc Nélias ont bouclé le parcours à la vitesse à 22,92 nœuds sur l’orthodromie (24,94 nœuds de moyenne sur l’eau).

1 heure et 48 minutes plus tard, le Maxi Edmond de Rothschild s’empare de la deuxième place et boucle le parcours en 7 jours, 23 heures, 55 minutes et 24 secondes.

Troisième de la catégorie Ultimes, Prince de Bretagne (Lionel Lemonchois, Bernard Stamm) pointe à 1200 milles de l’arrivée.

Multi50 : Balle au centre

Vincent Riou en faisait le constat dès l’entrée du Pot au noir hier soir à la vacation. De vilains nuages ont contrarié toute la nuit FenêtréA-Mix Buffet alors qu’Arkema continuait à naviguer à près de 16 nœuds de moyenne en approche de la zone. Avec seulement 10 milles d’avance au pointage de midi, autant dire que rien n’est joué entre les deux leaders dans cette classe. Solide troisième, Réauté Chocolat fera son entrée dans le Pot au Noir dans l’après-midi.

Imoca : Self contrôle

Jean Pierre Dick et Yann Eliès ne relâchent pas la garde. Suivant les empannages nocturnes de leurs poursuivants, ils conservent 56 milles d’avance sur SMA, un poil plus rapide sur 24 heures. Des Voiles et Vous !est toujours troisième avec des angles d’empannage plus marqués (le grand spi de Morgan et Eric est-il toujours entier ?).

A moins de 200 milles de l’entrée du Pot au noir, les leaders avancent à 13 nœuds. La zone de convergence s’épaissit.

Class40 : Changement de leader

Un peu décalé à l’est, Maxime Sorel et Antoine Carpentier (V and B) ont ravi la pole position à Phil Sharp et Pablo Santurde (Imerys Clean Energy). 6 milles seulement les séparent. Le trio formé avec Aymeric Chappellier et Arthur Le Vaillant (Aïna Enfance et Avenir) est bien détaché. Voilà deux jours que TeamWork 40 ne tient plus la cadence et se rapproche de Région Normandie Junior Senior by Evernex qui continue sa jolie course. Le décalage dans l’est d’Olivier Cardin et Cédric Château risque en revanche d’être gênant pour parer le Cap Vert avec sans doute deux empannages à la clef aujourd’hui pour se recaler.

Abandon

En escale à Cascaïs depuis 3 jours après avoir cassé son safran Victime d’une rupture de safran, Enel Green Power (Class40) skippé par Andrea Fantini et Alberto Bona, a signifié son abandon à la Direction de course.
Thierry Bouchard et Oliver Krauss, Ciela Village, en escale à Mindelo (Cap Vert) ont remarqué une légère entrée d’eau dans la coque centrale, ils ont constaté une fissure sous la coque, en avant du puits de dérive, au niveau de l’assemblage des deux demi-coques.

Escale technique

Esprit Scout (Class 40) est toujours en escale technique, à Tenerife (Canaries)

Date : 13/11/17 – 16h06

Class40

1 – V and B
2 – Imerys Clean Energy
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50

1 – FenêtréA – Mix Buffet
2 – Arkema
3 – Réauté Chocolat

Imoca

1 – St Michel – Virbac
2 – SMA
3 – “DES VOILES ET VOUS!”

Ultime

1 – Sodebo Ultim’
2 – Maxi Edmond de Rothschild
3 – Prince de Bretagne

LES MOTS DE ORGANISATEURS

Sébastien Tasserie, Adjoint au maire du Havre chargé des Sports et de la Jeunesse, de la vie étudiante et du nautisme

« C’est ma première arrivée, c’est la première fois que je suis sur un bateau pour voir ces géants des mers arriver. C’est formidable de voir des marins aussi sympathiques et aussi proches des gens, c’est un plaisir de les retrouver ! Ils ont fait une course magnifique. Ces bateaux sont incroyables. Les 10 jours d’animation au Havre furent un succès, et je me réjouis de la fête que va offrir Salvador et Bahia. Je suis très heureux de cette belle édition 2017 de la Transat Jacques Vabre. »

Mariette Coat-Cavalcante, product manager chez JDE

« C’est une grande fierté pour la marque Jacques Vabre d’accueillir Thomas et Jean-Luc. C’est une belle arrivée en terre de café ! Ce duo représente bien la valeur de la course, notamment la solidarité, on le voit dans leur complicité. »

LES MOTS DES SKIPPERS

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim’ (Ultime)

« En partant du Havre, on avait dit que ce serait un mano a mano. Dès la première nuit, on a vu que ça allait être super super chaud. On les a vu passer à notre vent, je peux vous dire que le Maxi Edmond de Rothschild qui vous déboite au vent à 40 noeuds, c’est super beau. Devant Guernesey, ils nous ont impressionné parce que leur façon de naviguer voulait dire « on est là. » On s’est fait un peu distancer sur cette phase. Après la descente au portant après le front, très joli front d’ailleurs, on a senti à un moment donné un truc bizarre. Ils ont roulé le gennaker dans la nuit et se sont décalés. Du coup, nous aussi on s’est décalé dans l’ouest et on est passé devant. On s’est dit peut être qu’ils ont peut-être voulu assurer. On ne savait pas. Jusqu’à ce matin, on a tout donné. Cette nuit, à 100 milles du but, on a senti qu’ils jetaient l’éponge. C’et un moment très jouissif. C’est une belle victoire parce qu’elle montre qu’on sait faire autre chose que des records, on sait gagner des courses. C’est une belle histoire, on n’a pas laissé grand-chose de côté. L’état du bateau aujourd’hui après la traversée qu’on a fait c’est le résultat d’un boulot monstrueux. Tous les teams ont magnifiquement évolué. Ce qu’ils ont fait en deux mois sur le Maxi Edmond de Rothschild pour amener le bateau à Bahia, cela signifie clairement que c’est un bateau dont on n’a pas fini de parler »

Jean-Luc Nélias, co-skipper de Sodebo Ultim’ (Ultime)

C’est génial ! Gagner une Transat Jacques Vabre ! C’est un peu franco-français, d’accord mais çà se gagne, il faut se battre. Il y a 8 jours on était tous ensemble au Havre, et là on se retrouve dans un autre continent un autre hémisphère. On prend la mesure de ça parce que lorsqu’ on a commencé à naviguer, c’était forcément sur des bateaux très lents. Là, tu prends conscience de ces distances. Un jour tu es au Cap Vert, le lendemain, tu es au Pot au noir. Avant-hier on était au Pot au noir et cette nuit on croisait des pêcheurs brésiliens. Ils ne pouvaient pas imaginer que 48 heures avant, nous étions au Cap Vert où on parle la même langue ! Quand nous sommes partis du Havre, c’était la pleine lune, chaque jour elle se décalait dans le ciel, elle n’était pas au même endroit. On navigue à une échelle planétaire ».

Sébastien Josse, skipper de Maxi Edmond de Rothschild

« On a toujours la boule au ventre sur un grand trimaran. La sortie du golfe de Gascogne n’était pas hyper clémente et on a eu notre lot de surprises journalières ! On a des petits soucis sur les foils qui nous ont empêché de voler. Ca nous a un peu handicapé, mais c’était super de naviguer au contact, c’est très stimulant. C’est sur la dernière partie du parcours que nous aurions pu faire la différence, on aurait pu aller très vite. Terminer quelques heures derrière, ça gratte un peu mais on amène le bateau en un seul morceau à Salvador de Bahia et c’est ce qu’on voulait ! »

Thomas Rouxel, co-skipper de Maxi Edmond de Rothschild

« C’était stressant, mais on s’est régalé, on a régaté au contact avec Sodebo Ultim’, c’était génial. Cela reste du multicoque en double donc le niveau d’adrénaline est assez élevé. On est encore dopé, je me sens en forme mais cela va retomber. C’était une course intense, finalement on ne se repose jamais. »

Yann Eliès, co-skipper de St Michel-Virbac (IMOCA) t Michel – Virbac (12h00)

« Ça va on est dans la trace du passage du Pot au noir. On est à peu près dans le même axe, j’espère que l’on va arriver dans le bon tempo. Si les dieux sont avec nous on espère conserver un peu d’avance. Cette nuit, il fallait être stratégique ! On va souvent sur le site de la cartographie de la Transat Jacques Vabre, ça nous permet de voir les traces qui s‘affichent les tendances, les routes qui convergent. Et comme on a les positions toutes les heures, on peut détecter un empannage que les petits copains auraient placé juste après un classement ! Ça se passe relativement bien avec Jean-Pierre. Il a eu un peu de mal les deux premiers jours, notamment avec le sommeil mais là, on a récupéré. il cherche ses affaires un peu partout alors j’essaye de ranger pour lui ! Passez le bonjour à Jean-Luc et Thomas ! »

« Eric Peron, co-skipper de « Des Voiles et Vous ! » (Imoca)

On a des vents changeants, on est aux aguets. Grosse journée en approche et ce soir on entre dans le Pot au noir, il a l’air de plus en plus compliqué, on a hâte de le passer ! On a changé de voile cette nuit, ça nous a pris un peu de temps, on verra comment ça va évoluer dans les prochaines heures. L’ambiance est plutôt sympa à bord, le rythme est un peu plus soutenu on est un peu plus stressé que l’on pensait mais on se dit que tout est encore possible. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre