Contrôler

voile, transat, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers, Jacques Vabre

© Maxi Edmond de Rothschild

A moins de 200 milles du but, Sodebo Ultim’ contrôle son adversaire direct qui voit ses chances de victoire diminuer à chaque minute qui le rapproche de Bahia. Les deux tandems sont attendus ce matin entre 7 et 9 heures locales. De contrôle, il en est aussi question à l’arrière. En plein Pot au noir, FenêtréA-Mix Buffet voit revenir dans son axe Arkema qui fonce encore dans les restes d’alizé. Chez les Imocas, SMA a lancé le ballet d’empannages, immédiatement suivi de St-Michel Virbac toujours bien accroché à sa place de leader. Et chez les Class40, les deux dauphins d’Imerys Clean Energy tentent un décalage dans l’Est. Contrôler pour les uns, provoquer pour les autres, la régate bat son plein.

Ultime : Régate de haute volée, nouveau record annoncé

Quelle que soit l’issue ce matin de leur duel, Sodebo Ultim’ et Maxi Edmond de Rothschild achèvent cette nuit une régate remarquable et s’apprêtent à pulvériser le record de l’épreuve. L’alizé n’a pas faibli comme annoncé et les deux tandems cravachent à 30 noeuds le long de la côte, avec des pointes à 37-38 nœuds. Forts d’un matelas de 40 milles, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias doivent compter les heures qui les séparent d’une victoire logique. « Il y aura 25 nœuds jusqu’à 2 milles du port. Et ensuite 2 nœuds. A Bahia tu peux vraiment te retrouver collé. S’ils déboulent à 35 nœuds derrière, ils sont sur nous en une heure… » tempérait Jean-Luc Nélias. Verdict après le lever du jour.

Imoca : Un peu plus d’Ouest dans le Sud

A 17h30 heure française hier, Des Voiles et Vous ! était le premier à lancer son empannage pour gagner dans l’Ouest. Moins de deux heures plus tard, SMA et St Michel-Virbac faisaient de même. Les leaders s’observent du coin de l’œil et entre deux classements ne doivent pas hésiter à venir faire un tour sur le site de la course, réactualisé toutes les heures. Personne ne veut rater un décalage Ouest qui sera profitable demain à l’approche du Pot au Noir.

Multi50 : Le coup de l’élastique

« C’est toujours la kermesse ce Pot au noir » déclarait Vincent Riou visiblement un peu las ce soir d’avoir été fortement ralenti dès les premiers nuages du Pot au noir. Derrière, Arkema cravache toujours dans l’alizé et a réduit son écart de 40 milles. A un ou deux grains près, rien ne promet qu’il soit mangé à la même sauce que FenêtréA-Mix Buffet. On saura donc demain en fin de matinée si l’élastique a joué dans les deux sens.

Class40 : A l’Est, du nouveau

V and B et Aïna Enfance et Avenir sont parvenus à se décaler dans l’Est d’Imerys Clean Energy et se rapprochent dangereusement. Ils naviguent 30° plus bas que Phil Sharp et Pablo Santurde qui essaient de fermer la porte mais aussi 1 nœud plus vite. Il pourrait y avoir un peu de changement au classement demain matin… En quatrième position, TeamWork40 a du mal à suivre la cadence.

Date : 13/11/17 – 00h06

Class40

1 – Imerys Clean Energy
2 – V and B
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50

1 – FenêtréA – Mix Buffet
2 – Arkema
3 – Réauté Chocolat

Imoca

1 – St Michel – Virbac
2 – SMA
3 – “DES VOILES ET VOUS!”

Ultime

1 – Sodebo Ultim’
2 – Maxi Edmond de Rothschild
3 – Prince de Bretagne

LES MOTS DES SKIPPERS

Vacation (3h) du 13 novembre avec Vincent Riou, co-skipper de FenêtréA-Mix Buffet (Multi50)

« Le Pot au noir, ça se passe comme à chaque fois c’est un peu la kermesse. On a buté dans des gros nuages dès le début donc on fait avec. Sinon, il n’y pas trop d’activité mais c’est un peu orageux. Il faut jongler fréquemment avec les voiles, aller vite dans les manœuvres et il faut s’imposer des règles et ne pas se faire dépasser. On a bien vue la trace de Prince de Bretagne, on va passer à peu près au même endroit et on sait ce qu’il faut faire. On a pas beaucoup regardé les positions mais on sait que Sodebo est devant chez les Ultimes. C’est plutôt rigolo. Tant qu’ils ne sont pas arrivées et que le Maxi Edmond de Rothschild n’a pas dit ce qui leur était arrivé, c’est difficile d’en tirer des conclusions. La Jacques Vabre n’a pas dû être simple pour Edmond de Rothschild et ça reste une belle course car ils sont restés très proches l’un de l’autre tout au long de la course. »

Vacation (3h) du 13 novembre avec Jean-Luc Nélias, co-skipper de Sodebo Ultim’ (Ultime)

« On essaye de se reposer un petit peu quand même ! Il n’y a pas de molle pour l’instant, mais aux abords de Salvador il y en aura de la molle ! Les fichiers nous indiquent qu’on aura 25 nœuds à 2 milles du port et au port il y aura seulement 2 nœuds ! Avec Gitana qui reste à 35 nœuds, il est sur toi en une heure… Ça fait partie du job c’est les fins de course, où ça devient foireux il faut faire avec, lorsqu’on arrive dans le port. Je ne suis jamais resté planté quand je suis arrivé à Bahia, mais c’est quand même stressant. On a quasiment 30 nœuds de vent donc on essaye de ne pas chavirer, la mer est tendue et foireuse ce n’est pas des vitesses faciles, on est vigilant avec le matériel pour ne rien casser, on est plutôt en mode tendu tous les deux. On accélère à 37/38 nœuds si on se laisse aller. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre