Détente

© Christophe Breschi

Déjouant les prévisions, les Ultimes sont déjà rentrés dans le Pot au noir, sans s’arrêter, les deux leaders passent d’un grain à l’autre et commencent à sentir déjà le clapot de Sud-Est annonçant la sortie. A l’arrière, Multi50 et Imoca contournent la zone de vents faibles entre Canaries et Cap Vert. Temps calme sur la Route du Café. Finalement, les plus rapides de la flotte étaient ce matin les Class40 ! Les conditions de glisse vont devenir plus sereines pour eux aussi au fil de la journée.

Ultimes : Roulez, déroulez !

Depuis le début de la nuit c’est le tempo de la course pour Sodebo Ultim’ et Maxi Edmond de Rothschild. Grand-voile haute, grand gennaker à l’étrave prêt à l’emploi, J2 en réserve, les équipages jonglent entre les voiles pour ne pas s’arrêter. « Faut s’arracher à chaque grain. On est très toilé quand c’est mou, donc il faut faire très attention. Pour l’instant, on ne s’est jamais arrêté. On commence à sentir le petit clapot de Sud, il n’y a pas de gros orage, ça sent la sortie ». D’ici midi selon Thomas Coville, la navigation dans le nouveau vent de Sud-Est pourrait commencer. L’écart est stabilisé avec le duo Sébastien Josse-Thomas Rouxel. Il reste 1 300 milles de reaching pour départager les deux trimarans !

Imoca : St-Michel Virbac maîtrise

La voix unie de Jean-Perre Dick ne trompait pas ce matin à la vacation. « Les conditions sont un peu angoissantes pour la régate, mais c’est physiquement apaisant. On a enlevé les cirés et les couches de polaire, la mer est calme. ». Dans le sillage du leader, l’écart avec SMA et Des Voiles et Vous ! est stabilisé. Les Imocas en ont jusqu’à ce soir avant de retrouver un alizé normal, propice à renouer avec des moyennes de 20 nœuds … et faire les comptes car il ne restera pas tant d’occasions que ça d’ici Salvador de Bahia pour voir le classement chamboulé. Prochain rendez-vous, le Pot au noir, le vrai, est à deux jours devant les étraves.

A noter l’option franchement Est, tentée par Bastide Otio (Kito de Pavant- Yannick Bestaven) un peu en retrait, contrairement à Des Voiles et Vous ! en train de se réaligner derrière les deux leaders.

Multi50 : FenêtréA Mix Buffet s’échappe à l’Ouest

Erwan Le Roux et Vincent Riou tirent clairement le bénéfice de leur décalage dans l’Ouest et pointent ce matin 60 milles devant Arkema de Lalou Roucayrol et Alex Pella. « On investit depuis le début dans cette position, on savait qu’il y aurait une bulle à traverser entre les Canaries et le Cap Vert. On est content de notre positionnement » commentait Vincent Riou, visiblement très serein. Cette transition sonne comme une trêve pour les Multi50 qui ont navigué sous l’eau depuis Le Havre et peuvent enfin glisser en phase avec les éléments. C’est d’ailleurs la première fois depuis hier qu’ils ont retrouvé un avantage de vitesse avec les Imocas, (même si rappelons-le, il n’y a pas de classement scratch sur cette course). Derrière, La French Tech Rennes Saint Malo a doublé Ciela Village, handicapé par de nombreux soucis techniques (pilote, informatique…).

Class40 : 6 jours aux Canaries

Ça pousse toujours en Class40. Comme le confirmait Maxime Sorel sur V and B, nouveau détenteur du record des 24 heures ce matin, « la route depuis Le Havre n’a pas vraiment été de la croisière rapide. On a énormément tiré sur les bateaux et les bonhommes … » Et de prédire qu’avec les conditions plus agréables attendues, chacun va reprendre des forces. Le rythme n’est pas prêt à se relâcher de sitôt ! La tête de flotte évolue encore dans 20 nœuds de Nord-Est.
A noter l’arrivée imminente de Carac à Funchal où Louis Duc doit soigner son genou blessé. Et celle d’Enel Green Power à Cascaïs (Lisbonne). A l’arrière, Gustave Roussy optionne franchement à l’Ouest.

Date : 11/11/17 – 05h06

Class40
1 – Imerys Clean Energy
2 – V and B
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50
1 – FenêtréA – Mix Buffet
2 – Arkema
3 – Réauté Chocolat

Imoca
1 – St Michel – Virbac
2 – SMA
3 – “DES VOILES ET VOUS!”

Ultime
1 – Sodebo Ultim’
2 – Maxi Edmond de Rothschild
3 – Prince de Bretagne

 

LES MOTS DES SKIPPERS

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim’ (Ultime)

« Ça n’arrête pas de manœuvrer, c’est le Pot au Noir quoi il faut passer chaque grain, là on a un prochain grain qui arrive ! Jean-Luc prépare le prochain déroulé. On sent le prochain clapot qui arrive du Sud. On est rentré exactement à l’endroit où on pensait passer on est même allé un peu plus vite que prévu. Le grain le plus fort jusqu’à maintenant, c’était 26 ou 27 nœuds. Il n’y a pas d’orages il n’y a pas d’éclair, depuis qu’on est rentré on est resté à des vitesses de 13 nœuds, ça reste toujours ventilé. »

Jean-Pierre Dick, skipper de St-Michel Virbac (IMOCA)

« Au niveau de la navigation la vie est belle. Un peu de repos aussi, le bateau est très bruyant là on se retrouve au calme depuis une journée, ça fait seulement depuis ce matin, qu’on a se climat apaisant. C’est assez angoissant à limite le fait contourner cette bulle. Il n’y a rien d’évident à bien comprendre la réalité, tant qu’on est pas sorti de ce bourbier rien n’est figé. Dans les prochains jours on retrouvera des conditions plus établies. On utilise tout ce qu’on peut à bord, fichiers météo, cartes satellites, baromètres, nuages… On est très uni avec Yann Eliés, il y a quelques moments intenses de la course, le raz Blanchard, la dépression du mardi soir assez dantesques qu’on a vécu ensemble, on est vraiment unis vers l’objectif de gagner cette course. Pour l’instant tout ce passe bien ! »

Vincent Riou, co-skipper de FenêtréA – Mix Buffet (Multi50)

« On va parfaitement bien, on a passé une nuit cool donc c’est sympa ! C’est la première nuit, sans se prendre des sauts d’eaux, sans que l’environnement nous agresse trop. Hier on a tiré des bénéfices de notre investissement dans l’Ouest, ça faisait longtemps qu’on avait investi dans l’ouest entre les Açores et le Cap Vert il y avait une belle bulasse ! On a bien fait de prendre cette trajectoire. C’est conforme à ce qu’on imaginait avec Erwan depuis le début, on est carré depuis le début on voyait bien l’affaire. Pour le moment on ne s’est pas fait de frayeur mais ça demande beaucoup de concentration, on arrive à faire en sorte que ça se passe bien. Il commence à faire tiède demain il fera chaud, le ciré je ne sais pas si on arrivera à l’enlever car ça mouille toujours ces bateaux ! »

Maxime Sorel, skipper de V and B (Class40)

« C’est génial pour les 24h, on sentait qu’on n’était pas loin ! Moins de 6 jours aux Canaries, c’est hallucinant mais vachement difficile à vivre à bord. Tout va bien mais on a du mal à s’alimenter à dormir, on est très content mais c’est vrai que c’est éprouvant. Le bateau n’est plus à 100% depuis qu’on a cassé la cloison au large de Brest dès que ça part un peu on a le pied sur la réserve mais tout va bien à bord, le moral est à bloc. On a utilisé tout notre kit de colle rapide. Il nous reste de la résine classique pour si besoin. Ça va être encore du sport il va y avoir plein de changements de voile et dans le molle, certains iront vite et d’autres moins. Les quatre bateaux de tête, on s’est entrainé ensemble à Lorient grand large, on connait la qualité et les défauts de chacun. »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre