Comme des avions !

voile, transat, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers, Jacques Vabre

© Initiaves Coeur

La grande descente vers Bahia n’a commencé que depuis 36 heures au milieu du golfe de Gascogne et voilà déjà les leaders aux Açores ! Passé dans la nuit par les Ultimes, toujours emmenés par le Maxi Edmond de Rothschild, l’archipel est également dans le viseur des Multi50 et Imoca. Ils l’aborderont dans 24 heures. Les Class40 s’apprêtent à doubler la pointe de l’Espagne et continuent de talonner à un rythme très soutenu les derniers Imoca …

Ultimes :

Toute la journée d’hier, les Ultimes ont passé la surmultipliée avec une moyenne de 28 nœuds pour les deux leaders (24 nœuds de rapprochement au but). Relégués à 400 milles, Lionel Lemonchois et Bernard Stamm ont installé une drisse de grand-voile provisoire et naviguent sous deux ris. Ils vont se mettre à l’abri dans l’archipel des Açores pour repasser une véritable drisse. Atterrissage prévu vers minuit.

Coincés entre la bordure de l’anticyclone, les îles et le délitement du front froid, la trajectoire n’a pas été si simple à gérer pour les leaders. Trois empannages ont été placés dans la soirée pour rester dans le couloir de vent favorable. En compagnie de Sodebo Ultim’ qui ne lâche quasiment rien en vitesse pure, le Maxi Edmond de Rothschild fonce maintenant plein Sud bâbord amures vers l’archipel du Cap Vert.

Multi50 :

Pas de changement en tête de course. Lalou Roucayrol et Alex Pella continuent de mener un train d’enfer avec un écart stabilisé de 30 milles sur FenêtréA-Mix Buffet, décalé dans le Nord.

Les duos sont en train de dessiner la première partie d’une jolie aile de mouette. Encore en tribord amures, ils devraient empanner dans les prochaines douze heures pour piquer vers les Açores. A noter, le bon retour de Réauté Chocolat revenu de son option Est. Armel Tripon et Vincent Barnaud talonnent à nouveau Ciela Village (Thierry Bouchard et Oliver Krauss) à une soixantaine de milles des leaders.

Imoca:

Sur St Michel-Virbac, Jean-Pierre Dick et Yann Eliès maintiennent leur écart sur le reste de la flotte. Une petite trentaine de milles sur SMA et Des Voiles et Vous. Les grands monocoques ont fait une petite pause hier soir. Le vent a molli et adonné, moins favorable aux foilers. Les spis ont remplacé les gennakers et imposent aux skippers de beaucoup barrer dans une houle résiduelle désagréable. Le couple Burton-Escoffier s’est emparé de la 4ème place sur Bureau Vallée et Bastide Otio (Kito de Pavant et Yannick Bestaven) de la cinquième, une belle performance sur leur plan Farr de 2007.

Class40 :

Changement de leader au classement ce matin. Le couple Phil Sharp-Pablo Santurde sur Imerys Clean Energy a brûlé la politesse à Carac en glissant sous leur vent au large du cap Finisterre.

Louis Duc et Alexis Loison ont en effet un peu ralenti la cadence pour solutionner des problèmes de prise de ris et d’informatique. Bien fatigués aussi par deux jours à fond, le tandem va s’appliquer à ne pas laisser filer Imerys Clean Energy à l’anglaise. Un groupe de quatre bateaux est en pointe juste derrière et la suite s’annonce passionnante.

Mauvaise nouvelle hier soir, pour Campagne de France (Halvard Mabire et Miranda Merron), victime d’une rupture de pallier de safran qui a fait demi-tour vers la Bretagne. Les Brésiliens de Mussulo 40 Team Angola Cables sont eux toujours à Camaret. Victime d’une avarie de structue, V and B semble avoir repris une route normale et tient la vitesse des meilleurs.

Date : 08/11/17 – 05h06

Class40

1 – Imerys Clean Energy
2 – Carac
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50

1 – Arkema
2 – FenêtréA – Mix Buffet
3 – Ciela Village

Imoca

1 – St Michel – Virbac
2 – “DES VOILES ET VOUS!”
3 – SMA

Ultime

1 – Maxi Edmond de Rothschild
2 – Sodebo Ultim’
3 – Prince de Bretagne

LES MOTS DES SKIPPERS

Lionel Lemonchois, skipper de Prince de Bretagne (ULTIME)

« On a réussi à faire le montage extérieur on avance quand même. On pense s’arrêter au Açores pour réparer à l’abri des îles et repasser une vraie drisse avec un messager. C’est sûr que c’est un peu décevant, ça serait pas mal d’aller plus vite. L’ascension du mât ce n’était pas très confortable il y avait pas mal de mer. On a encore de la route jusqu’au Açores, on devrait y être à 23h30 TU ».

Alex Pella co-skipper de ARKEMA (Multi 50)

« Ça va bien écoute ça pourrait être pire ! On commence à pouvoir dormir déjà et se reposer ! On y est allé fort avec le passage du front. Maintenant on commence à creuser l’écart et mieux dormir. Il fait encore frais la nuit, mais la journée ça va. Quand on va descendre dans le Sud ça va se réchauffer. Il y a une belle flottille qui navigue bien en Multi 50 et on est tous à l’attaque. 

Moi, je suis venu pour ça ! Tout va très bien à bord avec Lalou. Il y a des petits trucs, mais on est à 100% il y a tout qui marche, l’électronique, les voiles. Evidemment on a des petits soucis mais rien qui empêchent le bateau de naviguer ».

Gwénolé Gahinet, co-skipper SMA (IMOCA)

« Depuis hier soir, c’est assez calme il y a eu pas mal d’eau sur le pont du bateau. Là on est plus portant et c’est plus agréable, moins humide. Par contre, la houle est sur le côté par rapport à notre trajectoire, ça dégonfle le spi quand on est en haut de la vague et il faut vraiment barrer. Toute la nuit, on s’est relayé. C’est assez usant il faut dire. On a croisé Des Voiles et Vous hier en fin d’après-midi. Ils étaient à 5-6 milles derrière nous, un peu plus au Sud, du coup on a réussi à les rattraper alors que c’était un bord plus adapté pour les foils, là j’ai vu qu’ils étaient plus décalés vers le Nord. Pour l’empannage, on a plusieurs scénarios, c’est entre 50 à 80 milles, dans 4-5h. Ce qui nous inquiète un peu, c’est la force du vent qui a pas mal molli. Il ne faut pas aller trop loin. On va être attentif pour faire au mieux cet empannage. »

Louis Duc, skipper de Carac (Class40)

« Ça va impeccable ! On a quelques petites avaries, mais on va les gérer, on arrive proche du Cap Finistère, on est en train de reconfigurer l’informatique et on a un petit souci de voile. Ce sont des bricoles mais il faut s’en occuper maintenant. L’ambiance est au top, le bateau est pas mal violent, il y a du boulot et il faut que l’on fasse attention à nous ! On prépare un empannage demain, on va avoir de l’air qui va rentrer, on va tout mettre en ordre pour repartir à l’attaque. On a vu que Phil et Pablo sont passé devant donc on va essayer de repasser à l’attaque dès que l’on peut ! »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre