Cap sur les alizés !

© Benoît Stichelbaut

Après une journée passée à grimper vers l’Ouest à l’assaut du front annoncé, les leaders la Transat Jacques Vabre ont viré cette nuit. Dans des conditions musclées, Ultimes, Multi 50 et Imoca sont à nouveau sur la route directe à des vitesses soutenues. Derrière, les Class 40 tout juste sortis de la pointe de Bretagne attendent le front dans la matinée. Quelques bateaux font le dos rond, deux concurrents font escale à Camaret. Mais dans l’ensemble, la flotte est préservée.

Ultimes :

C’est aux alentours de 21 heures hier soir que le Maxi Edmond de Rothschild a tourné ses étraves à nouveau sur Salvador de Bahia. « On a passé le front en deux heures, c’est l’avantage du multicoque ! » expliquait ce matin Sébastien Josse qui avec son co-équipier Thomas Rouxel ont toujours la main mise sur la course. A plus de 30 nœuds de moyenne sur une mer désormais « rangée », ils ont porté leur avance à 50 milles sur Sodebo Ultim’. Prince de Bretagne, manifestement gêné par la mer était crédité d’une vitesse deux fois inférieure au classement de 4 heures, relégué à plus de 200 milles du premier…

Imoca :

Positionné le plus au Nord des Imocas, St-Michel Virbac a touché en premier la rotation du vent au nord-ouest. Il garde le leadership abandonné quelques heures hier soir au bénéfice de SMA. Second au classement de 4 heures, le tandem Meilhat-Gahinet a fait une trace intéressante, moins marquée et moins consommatrice de milles que le reste de la flotte.

Le pari annoncé au Havre de sortir du front avec un retard minime est gagné pour le premier bateau sans foil en Imoca.
Mais les prochaines heures– vent fort et reaching – devraient permettre à Jean Pierre Dick et Yann Eliès d’augmenter leur avance, actuellement de 8 milles. A noter que du deuxième au cinquième, quatre bateaux se tiennent en 10 milles. La bataille des Açores ne fait que commencer pour ceux-là.

Multi 50 :

Arkema continue d’imprimer un gros rythme à la course même si Lalou Roucayrol avouait avoir été « obligé de ralentir juste avant le passage du front où on s’est envolé plusieurs fois ». Toute la question du jour est de savoir si Réauté Chocolat qui a esquivé le gros du front en plongeant au Sud au prix de multiples virements va pouvoir maintenir sa place au classement ?

Actuellement deuxièmes, Armel Tripon et Vincent Barnaud naviguent à une vitesse deux fois inférieure à celle d’Arkema… Verdict dès cet après-midi. Ciela Village (Thierry Bouchard et Oliver Krauss) et FenêtréA-Mix Buffet (Erwan Le Roux et Vincent Riou) sont à moins de 30 milles du leader sur la même trajectoire et restent dans le match.

Class 40 :

C’est toujours le mano à mano entre Aïna Enfance et Avenir (Aymeric Chappellier, Arthur Le Vaillant) et Carac (Louis Duc, Alexis Loison). En approche du front qu’ils devraient toucher en début d’après midi, les petits monocoques de la course ont passé leur journée à raser les cailloux, passant même par le chenal du Four et les cailloux de Molène hier soir pour s’extraire de la Manche. Pour eux, l’allure est toujours inconfortable dans une mer cassante.

Dans le sillage d’Eärendil en arrêt à Camaret pour réparer son étai de trinquette, les brésiliens de Mussulo 40 Team Angola Cables font route vers le même port pour régler leurs problèmes d’électronique. Esprit Scout (Marc Dubos, Jacques-Arnaud Seyrig) et Gustave Roussy (Sylvain Pontu, Christophe Rateau) semblent suivre le même chemin mais ne se sont pas exprimés sur leurs intentions.

Date : 07/11/17 – 05h06

Class40

1 – Aïna Enfance & Avenir
2 – Carac
3 – Imerys Clean Energy

Multi50

1 – Arkema
2 – Réauté Chocolat
3 – Ciela Village

Imoca

1 – St Michel – Virbac
2 – SMA
3 – “DES VOILES ET VOUS!”

Ultime

1 – Maxi Edmond de Rothschild
2 – Sodebo Ultim’
3 – Prince de Bretagne

ILS ONT DIT

Sébastien Josse, skipper du Maxi Edmond de Rothschild (Ultime)

« C’était un peu sport ce front, en multicoque on n’aime pas trop ça. Mais maintenant, on est du bon côté de la météo. Un long bord de 3000 milles bâbord amures nous attend jusqu’à l’équateur. Derrière Thomas et Jean-Luc ne mollissent pas mais on est bien calés dans notre rythme. La mer est déjà lissée et on peut naviguer au dessus de 30 nœuds »

Paul Meilhat, skipper de SMA (IMOCA)

« Avec Gwenolé on a refait une image satellite pour être dans le bon timing, pour le matossage en particulier. Avec Des Voiles et Vous, on s’est retrouvé décalé dans le Sud et la mer était moins forte. Là, ça commence à aller mieux, on arrive à bien adapter le bateau. On a 30 nœuds en moyenne et actuellement 2 ris dans la grand voile et J3 devant. On avance à 20 nœuds ! »

Lalou Roucayrol, skipper de ARKEMA (MULTI 50)

« Le vent ne mollit pas vraiment, cette nuit c’était rude ! On a du ralentir un peu car ça a envoyé dans tous les sens. Quand on a viré derrière le front qui a été très brut et rapide, on s’est retrouvé avec une mer de face ; au portant. Et là ça commence juste à se calmer. Il y a encore un peu d’air devant, ça ne va pas être le moment où on va se reposer le plus. On alterne un peu sur les sommeils, on va se faire notre premier plat chaud aujourd’hui. On a assez vite abandonné l’option du Sud qu’a choisi Réauté Chocolat on ne voulait pas se retrouver empétollés derrière le front. C’est le risque, mais c’est courageux »

Source

Soazig Guého

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre