Nous avons une carte à jouer !

© Christophe Breschi

À 20 jours du départ de la Transat Jacques Vabre, Louis Duc, skipper du Class40 Carac fait le point après plusieurs sessions d’entrainements à Lorient et juste avant les derniers ajustements techniques du « Lift40 », plan Lombard mis à l’eau il y a trois mois et demi. Interview.

« La meilleure façon de travailler, c’est de se confronter aux autres. Nous avons eu la chance de pouvoir nous entrainer avec les meilleurs concurrents du moment », explique Louis Duc.
En trois semaines, le duo Carac, Louis Duc / Alexis Loison (co-skipper sur la Transat Jacques Vabre), a enchainé trois séries d’entrainements à Lorient bord à bord avec cinq autres équipages engagés sur cette « route du café » : B.Delesne /J.Mettraux (Teamwork40), S.Gavignet / F.al Hasni (Oman), P.Sharp / P.Santurde (Imerys), M.Sorel / A.Carpentier (V and B), A.Chappellier / A.Le Vaillant (Aïna Enfance et Avenir).

Prêts et sans complexes

Ces trois dernières semaines ont été consacrées aux entrainements en mer, quel bilan en tirez-vous ?

Louis Duc, skipper Carac :

« Nous avons participé à trois sessions d’entrainement, dans des conditions météo un peu légères, souvent moins de 15 nœuds de vent, mais ça tombait bien parce que c’est dans ce créneau de vent que nous avions besoin de travailler !
C’était intéressant de voir nos lacunes au début et de les combler au fur et à mesure des sorties. Nous avons travaillé en mer, mais aussi à terre : réglage du mât, retouches des voiles…
.
Aujourd’hui, nous n’avons plus de déficit de vitesse.
Nous avons encore une bonne marge de progression d’ici la Route du Rhum, mais nous prendrons le départ de la Transat Jacques Vabre, prêts, sans complexes. »

Chaque duo et chaque bateau a ses points forts à exploiter

Comment vous situez-vous en termes de potentiel de performance par rapport aux autres concurrents de cette Transat Jacques Vabre ?

Louis Duc :

« Le bateau a probablement un plus dans certaines conditions et il n’a, a priori, pas de déficit de vitesse : nous pourrons régater avec les premiers, même si les conditions ne nous sont pas favorables. Je suis confiant.
À terme, dans l’année qui vient, nous pourrons encore modifier certaines voiles, rajouter des volumes, mais ce seront des pouièmes de gain…
La Transat Jacques Vabre va être un super banc d’essai pour la suite, mais sportivement ce ne sera clairement pas qu’un banc d’essai !
Nous avons notre carte à jouer. Sur les 16 bateaux au départ, 7* peuvent gagner, faire un podium ou des bons coups. Nous en faisons partie et nous allons nous battre pour ça.
Ce qui est très intéressant c’est que le niveau est hyper relevé. Il n’y a rien de gagné pour personne. Il va falloir se méfier de tout le monde. Chaque duo et chaque bateau a ses points forts à exploiter. Ça va faire une très belle course ! »

.

Ça partira en mode régate

Ces entrainements ont aussi permis à votre duo de se roder ?

Louis Duc :

« Alexis s’est bien acclimaté au bateau, il apporte ses connaissances de Figariste, notamment sur la finesse des réglages et sur la stratégie rapprochée.
En entrainement, nous nous retrouvons dans des configurations proches de celles que nous rencontrerons lors des premières heures de course : il y aura des petits coups à jouer pour gagner quelques mètres (ou de ne pas en perdre). Il ne faudra rien rater et être dessus dès le début. Ça partira en mode régate dès le coup de canon.
Vu le niveau et nos objectifs, il va falloir attaquer vite et bien et c’est là que toute l’expertise de Figariste d’Alexis va entrer en jeu. C’est son métier. Moi je serai à la manœuvre, parce que je commence à bien connaître mon bateau et, au fur et à mesure, les rôles vont se fondre. Au bout de 24 à 48h il y aura de la météo à faire, des stratégies à mettre en place, nous prendrons notre rythme. Humainement je n’ai aucune inquiétude. Sportivement nous allons tout donner. »

Cette dernière semaine à Lorient sera consacrée à des ajustements techniques sur le bateau (antidérapant, quelques aménagements, de petites réparations) et à de la logistique (préparer le matériel qui partira en container au Brésil, réviser la pharmacie…).

Ensuite, il sera temps de faire route vers Le Havre.

*Les 7 candidats les plus sérieux de cette Transat Jacques Vabre selon Louis Duc : Bertrand Delesne / Justine Mettraux (Teamwork40), Sydney Gavignet / Fahad al Hasni (Oman), Phil Sharp / Pablo Santurde (Imerys), Maxime Sorel / Antoine Carpentier (V and B), Aymeric Chappellier / Arthur Le Vaillant (Aïna Enfance et Avenir), Halvard Mabire / Miranda Merron (Campagne de France).

Source

Catherine Ecarlat

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 18 octobre 2017

Matossé sous: Class40, Course au Large, Transat Jacques Vabre

Vues: 282

Tags: , , , , ,

Sous le vent

Les vidéos associées : Transat Jacques Vabre