Le Dragon passe à l’attaque à Saint-Tropez !

© DR / Régates Royales

« C’est un record pour la Dragon Gold Cup depuis au moins une décennie ! » affirme Stéphane Baseden, le vice-président de l’International Dragon Association et ancien Président de la Classe en France. « 90 inscrits, c’est un nombre qu’on avait pas vu depuis longtemps à une Gold Cup, c’est encourageant ! De plus, nous devrions avoir de belles conditions toute la semaine ! … ». En lice, une vingtaine de nationalités présentes avec une majorité d’allemands suivis des français, des russes, des néerlandais, des anglais, des suédois… et même un concurrent venu de Hong Kong !
Pour le premier jour de régate, ce dimanche 15 octobre 2017, c’est sous un soleil estival, une mer plate et un bon petit vent de sud de 6/7 nœuds forcissant à 12 nœuds que les voiliers se sont élancés au large de Saint-Tropez devant la jolie baie de Pampelonne.
Après l’annulation de la course d’entrainement (« warm up »), deux rappels généraux et un départ sous black flag, les dragonistes ont pu effectuer une belle course avec au programme deux tours et une remontée sur un parcours de 2,4 nautiques dans le 170. Loin devant la flotte, le Dragon GER 1162 Desert Holly avec Stephan Link a largement dominé la course. Il prend la tête de la classe DRAG (professionnels) et du classement général toutes classes confondues. En seconde position du général, le SWE393 Bear de Gutta Johansson suivi du RUS 27 Anna purna avec Anatoly Noginov. Une toute petite avance car il reste encore cinq journées de régate avant la remise des prix vendredi 20 octobre 2017 !

Du très haut niveau, une flotte internationale avec à bord les ténors de la classe et autres compétiteurs de renom !
Avec près de trois cent régatiers, les têtes d’affiche de la série ont répondu présents. En lice, le Dragon TUR 1212 Provezza avec à bord Andy Beadwoth, le leader du classement mondial de l’International Dragon Association. Le voilier Anna Purna, RUS 27 avec Anatoly Noginov, 2ème des régates Royales de Cannes devant Pow Wow GER 1177 de Mikael Zankel. Le russe Anatoly a également terminé deuxième des derniers championnats du monde Dragon à Cascais.
Autre figure de la classe, Vincent Hoesch, plusieurs fois médaillé, troisième de la Gold Cup 2015 à Kuhlungsborg en Allemagne, est à bord de Smaug GER 1140.
Le meilleur français en lice est le Dragon Outlaw FRA 420 de Stéphane Baseden, 19ème au Championnat d’Europe. En course, Pieter Heerema, le Néerlandais qui a participé au dernier Vendée Globe et 6ème au classement mondial, navigue sur Troika NED 412.
Philippe Presti, entraineur des Américains de Team Oracle sur la dernière Coupe de l’America navigue sur Vol de Nuit FRA 425.
A noter le GER 1177, Pow Wow qui détient actuellement le titre de champion d’Europe venu avec équipage différent à Saint Tropez.
Coureur au large et grand compétiteur avec plusieurs victoires sur différents bateaux, Sébastien Audigane se trouve à bord du FRA 421 Corto III avec une autre pointure de la voile, Bruno Jourdren ! Jochen Schumann, médaillé d’or en Finn à Montréal, et coureur de la Coupe de l’America avec Alinghi se trouve à bord du GER 33 Troika avec un champion de la série, Thomas Muller (3ème Gold Cup en 2015). Sans oublier la championne Gavia Wilkinson Cox habituée de l’épreuve à Saint-Tropez qui l’avait même remporté sur son GBR761 Jerboa.

Deux Classes, Dragon et Corinthien, un objectif !

Beaucoup de questions se posent quand on a à faire à des classes très pointues comme celle des Dragon. Celle-ci en fait partie : Que signifie faire partie du groupe corinthien ? Il s’agit tout simplement du groupe amateur et donc aucun des trois équipiers sur le bateau ne doit être professionnel. Avant une telle épreuve, chaque équipier doit s’inscrire sur le site sailing.org pour acquérir son « World sailing number » (ex ISAF) qui référence les régatiers au niveau mondial. Avec un numéro d’identifiant, on peut savoir si le régatier est en grade 1 (amateur) ou en grade 3 (professionnel). S’il n’appartient à aucun des deux grades, dans le doute, il est considéré comme professionnel. Ainsi, deux groupes ont été créés, la classe DRAG qui regroupe les dragonistes aguerris et la classe CORIN pour les Corinthiens (les amateurs). Quoiqu’il en soit, que l’on soit pro ou amateur, tous ont bien sûr le même objectif, remporter l’épreuve !!

Au micro de Denis Van den Brink : Gwen Chapalain sur Ar Youleg FRA 365 avec Christian Guyader et Vianney ergot, spécialiste du Diam 24.

« Superbe première journée. Nous avons navigué plus de trois heures à l’extérieur du golfe pour une première manche très tactique. Il fallait choisir la droite du plan d’eau, car le thermique s’est levé et a favorisé cette partie du parcours. Avec 8 à 10 noues de vent, on peut dire que les conditions, avec le soleil en prime, étaient idéales. Avec le renforcement du vent au fil de la journée, c’est un peu pari par devant, et les écarts étaient assez importants à la fin. Il fallait être inspiré dès le départ sous la, règle du drapeau noir. Pas mal de bateaux ont été pris par la patrouille. Nous sommes ici pour prendre un maximum de plaisirs, sans ambition particulière. Le niveau est très relevé avec des spécialistes Allemands et scandinaves, et des champions de la trempe de Thomas Mueller ou Jochen Schumann…”

Source

Chloé de Brouwer

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 16 octobre 2017

Matossé sous: Dragon, Monotypie

Vues: 1177

Tags: , , ,

Sous le vent