Nicolas Lunven et Brian Thompson rejoignent Turn the Tide on Plastic

2016, ARRIVEE, ERIC BOMPARD, FIGARO, SOLITAIRE BOMPARD LE FIGARO, VOILE

© Alexis Courcoux

Alors que le Prologue commencera ce dimanche, Turn the Tide on Plastic est rejoint par deux navigateurs de classe mondiale : le britannique Brian Thompson, fameux marin de course au large, et le tout récent champion de France et vainqueur de la Solitaire du Figaro, Nicolas Lunven. Le bateau skippé par Dee Caffari, et embarquant un équipage majoritairement jeune, et paritaire (5 femmes et 5 hommes) va grandir en expérience avec la venue de Brian Thompson et Nicolas Lunven, ayant navigué sur (presque) tous les supports.

De son côté, Brian Thompson est un expert de la course au large, il compte de nombreux records comme le tour du monde en 2004, avec Steve Fossett sur Cheyenne ou le Trophée Jules Verne en 2012, sur le Maxi Banque Populaire V. Il a également participé à la mini transat en 2001, à la transat Jacques Vabre en 2003 (troisième place), à la Route du Rhum en 2006 (sixième position en IMOCA), au Vendée Globe en 2008 -09 (cinquième position). Il revient dans la Volvo Ocean Race après joué un rôle dans la victoire d’ABN AMRO ONE en 2005-06.

Dee Caffari nous confiait : “Je suis vraiment ravie que Brian rejoigne notre équipe. Il compte plus de records que quiconque dans le monde de la voile, et de par mes expériences de navigation à ses côtés, je suis confiante quant à son apport de connaissances et la confiance qu’il va apporter à notre équipe.”

“Je suis très heureux que Brian rejoigne également le projet, l’idée pour nous deux étant de travailler en binôme, et à priori, d’alterner les étapes l’un et l’autre, même si pour commencer je serai à bord jusqu’en Décembre à Melbourne.” Nicolas Lunven (Brian Thompson s’étant blessé à la jambre, il ne sera pas opérationel avant début 2018).

Le français de 34 ans a beaucoup fait parler de lui ces derniers mois, avec une domination du circuit Figaro (dont une deuxième victoire de la Solitaire), et un titre de champion de France à la clé.

Ce n’était pas au programme pour lui, mais le challenge était trop tentant, et comme il nous l’explique très simplement et sereinement : “il faut savoir saisir les opportunités quand elles se présentent.”

Contacté en juillet par Dee Caffari, Nicolas a participé à l’étape qualificative en août, et compte tenu de son calendrier (très chargé ces dernières semaines) en Figaro, la Volvo Ocean Race est devenue plus qu’envisageable à bord de Turn the Tide on Plastic “ca va être un très beau challenge avec un joli projet derrière.”

Le message environnemental porté par Turn the Tide on Plastic a été déterminant pour Nicolas. Ambassadeur de l’association Surf Rider, il est particulièrement sensible aux problèmes de pollution des Océans, et de nos littoraux. “Cette connotation environnementale du projet Turn the Tide on Plastic était importante pour moi. Évidemment comme tout marin je constate la pollution en mer, à terre aussi – mais là on est tous capables de la constater. En mer on n’est pas chez nous, nos déchets n’ont rien à y faire (à terre non plus à vrai dire), mais c’est très choquant en mer, qui est ma passion.”

“C’est un plaisir d’avoir Nicolas avec nous. Il est un marin très talentueux et vient de terminer une belle année en Figaro. L’idée est d’exploiter son expérience, et sa polyvalence à bord, qui seront des qualités indispensable pour la cohésion et nos performances”, Dee Caffari.

Turn the Tide on Plastic compte sept marins de moins de 30 ans, tous plus talentueux les uns que les autres, mais avec peu d’expérience en course au large. L’arrivée de Nicolas et Brian va permettre de continuer de former les plus jeune, pour avoir un équipage de plus en plus compétitif tout au long de la course.

De son côté, Brian déclarait : “Je suis impatient de naviguer et travailler avec Nico, ça va être une superbe expérience et je vais apprendre beaucoup.”

Nicolas sera navigateur à bord, et il nous explique en quelques mots son rôle : “récolter des infos météo, les analyser, les traiter, et définir une route optimale pour rejoindre la ligne d’arrivée le plus vite possible. Il faut rendre la route compréhensible pour l’équipage, car cela implique des manoeuvres et autres changements de voiles etc. – tout en tenant compte de la route des concurrents. Tout cela se fait en concertation avec l’équipage.”

Pas vraiment nouveau dans la course, il y a une belle histoire familiale chez les Lunven. Bruno, son papa compte 5 participations à la course de l’Aurore (ex solitaire du Figaro) et a notamment participé à la toute première Whitbread Round the World race en 1973-74, à bord de Grand Louis. “Le clin d’oeil est assez chouette. Je suis heureux de marcher sur ses traces, même si cela a bien changé. La Whitbread de 73-74 ne ressemble pas beaucoup à la Volvo Ocean Race d’aujourd’hui – et c’est pareil entre l’Aurore et la solitaire du Figaro aujourd’hui – mais globalement le parcours et l’esprit sont toujours là.”

L’apprentissage continue pour Dee Caffari et son équipage, avec un ultime test ce dimanche 8 octobre, pour le départ du Prologue. Les sept équipages quitterons Lisbonne, sur leurs Volvo Ocean 65, en direction d’Alicante, ville du départ de la Volvo Ocean Race 2017-18. Le départ sera donné à 1300 UTC, avec une arrivée prévue à Alicante mercredi ou jeudi.

Source

Volvo Ocean Race

Liens

Informations diverses

Au vent