En être ou pas…

  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire

La première phase éliminatoire de ces Championnats du Monde s’est achevée aujourd’hui après trois manches disputées dans un vent très capricieux. A partir de demain, tout va se jouer entre les 24 meilleurs équipages du rond or, pour l’instant dominés par les Danois Christiansen/Lubek, les Anglais Saxton/Dabson et les Espagnols Martinez/Maslivets. Deux teams français se sont qualifiés dans ce groupe de semi-finalistes : Moana Vaireaux et Manon Audinet, actuels 5e du classement provisoire, et Julien Villion / Bérénice Delpuech, in extremis, en 23e position.

Depuis le coup d’envoi mardi, la totalité du programme sportif a été respecté. Même si le vent a tendance à faire des siennes en ce début d’été indien, comme en ce jeudi après-midi où il a fait tourner les girouettes et l’organisation sur l’eau, les conditions restent excellentes pour enchaîner les régates et produire des classements avec un maximum d’équité.

Les Danois impressionnants

Lin Ea Cenholt Christiansen à la barre et son équipier Christian Peter Lubeck sont les révélations de ce début de championnat du monde. Les deux protagonistes de ce nouveau duo ne sont pourtant pas tout à fait inconnus. La première a participé à la précédente olympiade et est passée très près de la sélection pour son pays, le Danemark. Le second vient du 49er et avait terminé 4e à Rio. Sur les 9 régates disputées depuis mardi, ils en terminent 7 dans le top 4, dont deux victoires. Pas étonnant de les voir ce soir occuper la tête du classement général provisoire avec 29 points.

L’Anglais Ben Saxton et sa nouvelle équipière Katie Dabson – issue du 29er, elle a découvert le Nacra 17 il y a seulement 3 mois ! –ne sont pas très loin derrière (31 points). Ben était présent aux J.O de Rio et a déjà quelques breloques autour du cou : vice-champion du monde en 2013, un titre de champion d’Europe en 2015. Bref, le leader de la délégation britannique a toujours été un sérieux client.

L’Espagnol Iker Martinez complète ce podium provisoire. Nouvellement associé à l’ancienne planchiste ukrainienne Olga Maslivets, Iker va se lancer à corps perdu dans cette nouvelle olympiade, ne serait-ce que pour oublier sa non-sélection à Rio. Avec ses deux médailles olympiques (Or à Athènes et Argent à Pékin), ses trois titres mondiaux en 49er et trois Volvo Ocean Race, l’Espagnol est l’archétype du marin brillant et complet. Capable du meilleur donc.

Entrer dans les 10

Il reste toutefois 9 manches pour entrer dans les 10 finalistes qui disputeront la medal race dimanche. L’affaire est donc loin d’être réglée pour les trois leaders actuels, talonné par les excellents Néo-zélandais Gemma Jones /Jason Saunders et par les Français Moana Vaireaux/Manon Audinet.
Ces derniers tiennent vaillamment le cap en haut du classement, même si Moana déplore une mauvaise journée ce jeudi. La paire tricolore a l’habitude des grands rendez-vous et compte sur sa capacité à revenir au score quand l’adversité s’intensifie.

Ils ont dit :

Moana Vaireaux (FRA) :

« On est un peu énervés. On n’est pas très contents de notre journée. On a pris beaucoup trop de points aujourd’hui, c’est dommage. Il faut peut-être que nous soyons plus réactifs, plus tranchants par moment. Par contre, notre point fort, c’est qu’une fois dans le groupe or, on n’est pas trop déstabilisé et on a tendance à revenir au score. On vient chercher un résultat sur ce championnat du monde !”

A noter l’entrée dans le rond Or de Julien Villion et Bérénice Delpuech, un équipage formé en janvier dernier et qui dispute à la Grande Motte ses premiers championnats du monde de voile olympique.

Julien Villion (FRA) :

« Oui, on est très content d’entrer dans le groupe or. Ce matin, on était à la porte, mais pas loin de la sortie non plus ! On poursuit ce championnat avec les 23 meilleurs équipages et ça, en termes d’expérience et de vécu, c’est hyper enrichissant. Maintenant, tout est bon à prendre, on va pouvoir se lâcher et tout faire pour entrer dans le top 20. »

Jason Saunders (NZL) :

« Ce n’est pas notre meilleure journée aujourd’hui, mais ça va. On a fait 2 manches dans les 5 premiers et une autre plus difficile. Mais on est content parce que le vent était un peu « foireux » sur notre rond. On est content de notre début de compétition. Le premier objectif était d’être dans le groupe Or et pour ça, malgré tout, il ne fallait pas trop faire de bêtise. Voilà, maintenant, les choses sérieuses commencent demain. On est dans le match mais ça va monter en intensité. Jusqu’ici, on a appris plein de choses avec Gemma. Avant la régate, comme pas mal d’équipages, on mettait le spi au près… Là, il a fallu tout réapprendre. On a pris de bons départs, alors que d’habitude, ce n’est pas forcément notre point fort. Ce sont nos bonnes résolutions pour la suite : prendre des supers départs. C’est primordial pour espérer terminer une régate dans le top 5»

Lin Ea Cenholt Christiansen (DEN).

“Nous sommes contents de notre journée : Je ne sais pas d’où vient notre régularité, mais nous prenons souvent de bons départ, nous avons la vitesse et nous allons au bon endroit… ça aide ! Notre coach nous a conseillé de ne pas trop prendre de risques, de ne pas partir dans notre coin et c’est ce que nous avons fait sur les deux dernière courses du jour : partir du bon côté, rester avec le bon groupe. Mais dès demain, la donne va peut-être changer. Il y a tellement de bons équipages dans le rond or ! Ca va être fun de naviguer avec tous les meilleurs »

Ben Saxton, GBR :

“Les Danois sont rapides, ils prennent de bons départs, ils sont bons au près, au portant. Mais ça va devenir plus compliqué pour eux. En tout cas, c’est génial d’être dans le groupe avec tous les bons. Je me réjouis d’avance. Katie et moi, on a commencé à naviguer ensemble en mai dernier, alors nous ne nous étions pas vraiment fixé d’objectif pour le mondial. On sait qu’on est vraiment forts dans certains domaines. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire sur d’autres… »

Top 10 après 9 manches :

  1. Lin Ea Cenholt Christensen/Christian Peter Lubeck (DEN)29pts (12, 1, 1, 3, 4,4, (19), 2, 2)
  2. Ben Saxton/Katie Dabson (GBR) 31pts (6,4,2,6,5,2 (10), 1,5)
  3. Iker Martinez/Olga Maslivets (ESP) 38pts (1,(11), 9,4,7,1,4,1,11)
  4. Gemma Jones/Jason Saunders (NZL) 40pts (3,5,4,(14), 3,7,5,11,2)
  5. Moana Vaireaux/Manon Audinet (FRA) 43pts (6,5,7,4,3,3,9,6,(10))
  6. Santiago Lange/Cecilia Carranza (ARG) 45pts (9,7,3,1,8,6,(12), 10, 1)
  7. Ruggero Tita/Caterina Banti (ITA) 46pts (12,2,10,6,1,2,3 (18), 10)
  8. Jason Waterhouse/Lisa Dalmanin (AUS) 47pts (4,9,12,5,1,5,(13),4,7)
  9.  Pablo Defazio/Dominique Knuppel (URU) 47pts (5,3,5,5,14,(17), 3,9,3)
  10. John Gimson/Anna Burnett (GBR) 50pts (3,4,2,(14),6,7,7,13,8)
    (…)
    23 Julien Villion/Bérénice Delpuech (FRA)

Source

Camille El Beze

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 7 septembre 2017

Matossé sous: FFVoile, ISAF, Nacra 17, Séries Olympiques, Voile Légère

Vues: 193

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent