Distribution de claques

© Didier Hillaire

La tramontane s’est substituée aux petits airs de la veille. Les claques à plus de 20 nœuds ont mis du rouge aux joues des équipages et balayé certains d’entre eux au classement provisoire. Les cadres de la série se sont régalés dans ces conditions exigeantes et le spectacle était au rendez-vous.

Après une première manche très tordue où le vent a longtemps hésité à se stabiliser en force et en direction, la tramontane a fini par rentrer, soufflant un vent brûlant sur la flotte. Dans 15 à 17 nœuds moyens et des rafales supérieures à 20 nœuds, les Nacra 17 volants prennent toute leur dimension. Très chaudes les arrivées groupées et les abattées à la bouée au vent ! Périlleux les bords de portant, équipages au trapèze, le bateau juché en équilibre instable sur ses foils.

En un mot comme en cent, il fallait maîtriser sa monture et ne pas avoir froid aux yeux pour tirer de belles manches dans cette journée ventée. Il n’est donc pas très étonnant de voir aujourd’hui le grand retour des experts de la série. C’est ainsi que les Argentins Champions Olympiques Santi Lange et Cécilia Carranza remportent leur première victoire de manche… depuis les J.O de Rio. Que les Italiens, Bissaro/Frascari signent une magnifique journée (1, 2, 3) leur permettant d’oublier les mauvais débuts de la veille. Que l’Espagnol Iker Martinez et l’Australien Jason Waterhouse remportent eux aussi une régate et s’illustrent aux avant-postes. Que Ben Saxton et Katie Dabson confirment leur grande forme. Et que les Français Moana Vaireaux et Manon Audinet se hissent à la régulière à la 4e place au classement général.

Ce soir, après 6 courses, le top 10 est occupé à 70 % par les « routiers » du Nacra 17. Seules incursion dans le haut du classement, quelques tandems repérés dernièrement à l’instar des Danois Cenholt/Lubeck, excellents depuis le début du championnat, des Italiens champions d’Europe Ruggero Tita/Caterina Banti ou encore des Anglais Gimson/Burnett.

Chez les « non » volants, qui naviguent entre eux sur ce championnat, le tandem russe Maksim Semenov/ Alina Shchetinkina, très fort aujourd’hui dans la brise devancent ce soir les leaders de la veille Marie Soler/Hugues Puimatto.

Ils ont dit :

Manon Audinet (FRA) :

« Il y a eu du spectacle aujourd’hui ! Sur notre rond, il y avait plus de vent en haut du parcours. Le problème, c’est que c’est là où il fallait abattre. C’était le moment critique. C’était un peu chaud mais une fois cette phase-là passée, ça allait. Ça fait plaisir cette journée (4e, 3e, 3e). On a bien navigué. Même dans la première manche où on était très mal partis, on a réussi à se refaire en tactique. On commence à faire des manches propres même quand le vent est instable donc, ça fait plaisir. On n’avait pas trop navigué dans ces conditions (16-20 nœuds). Là, il fallait retrouver des repères au portant, réussir à aller vite sans se mettre de boîte. Et je pense qu’on s’est pas mal débrouillé. On aime bien la brise en tout cas ! »

Tim Mourniac (FRA) :

« On a plutôt bien commencé sur les deux premières manches, on fait 10e et 10e et la dernière, on prend un départ anticipé. On a pris beaucoup de plaisir sur l’eau, il y a eu de belles conditions. Bon, quand on a vu le vent monter, on s’est dit ‘houla’, va falloir rester à l’endroit et finir … mais finalement, c’était limite plus simple. Certains maîtrisaient fort dans ce vent. Nous, on s’est battu pour rester en tête de la deuxième division ! »

Lisa Darmanin (AUS) :

« On a été très réguliers aujourd’hui (5, 1, 5). Une fois que le vent se lève et qu’on peut se mettre au trapèze, c’est beaucoup plus fun. Et puis on aime bien la brise. On s’est beaucoup entraîné en Australie dans le vent fort. La clef aujourd’hui ? C’était assez tordu et on ne voyait pas bien les risées sur le plan d’eau. Nous, on a navigué assez prudemment. Mais une fois la première marque passée, le truc, c’était d’être rapide au portant et de maîtriser la navigation sur les foils, notamment dans le clapot, ne pas planter les étraves et être très bien coordonné au sein de l’équipage. »

Iker Martinez (ESP) :

« Ça a été une bonne journée pour nous (4e, 7e, 1er). On gagne une des deux manches de brise. C’est bien, on continue à apprendre, parce qu’avec Olga, on n’a pas beaucoup navigué ensemble. On a décidé de partir sur cette campagne olympique il y a 6 mois mais on n’a pas beaucoup navigué sur le bateau. J’étais pris par le GC32. On a fait un peu de Moth. Du coup, on est mieux que ce qu’on pensait ! Dans le vent plus soutenu aujourd’hui, il fallait bien naviguer sous spi. Mais comme la mer est plate, ça va. On a poussé pas mal dans la dernière manche. Mais tout le monde a encore le sentiment que ça ira mieux avec plus d’entraînement. C’est déjà pas mal d’être tous réunis ici après les problèmes qu’on a eu avec les bateaux. Là, ça démarre vraiment ! Pour nous, ce début de championnat est génial. On tablait sur le top 15, mais on pourrait faire mieux. Et l’histoire ne fait que commencer »

Ruggero Tita (ITA) :

“Aujourd’hui, les conditions étaient bien meilleures pour nous. Après une première manche un peu piégeuse, on fait 1er et 2e sur les autres. Dans le vent, on était limite pour contrôler le bateau : un coup on volait, un coup pas, on faisait des sauts, mais comme on est rapides au près, ça a fait la différence ».

Top 10 après 6 manches :

  1. Lin Ea Cenholt Christiansen/Christian Peter Lubeck (DEN)
  2. Ben Saxton/Katie Dabson (GBR)
  3. Ruggero Tita / Caterina Banti (ITA)
  4. Moana Vaireaux/Manon Audinet (FRA)
  5. Iker Martinez/Olga Maslivets (ESP)
  6. John Gimson/Anna Burnet (GBR)
  7. Gemma Jones/Jason Saunders (NZL)
  8. Jason Waterhouse/Lisa Darmanin (AUS)
  9. Fernando Echavarri/Tara Pacheco (ESP)
  10. Santiago Lange/Cecilia Carranza (ARG)
    (…)
    24- Julien Villion/Bérénice Delpuech (FRA)
    27- Tim Mourniac/Amélie Riou (FRA)

Source

Camille El Beze

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 6 septembre 2017

Matossé sous: FFVoile, ISAF, Nacra 17, Séries Olympiques, Voile Légère

Vues: 191

Tags: , , , ,

Sous le vent