Petit temps, gros match

  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire
  • © Didier Hillaire

Avantage aux gabarits légers pour l’ouverture de ce Championnat du Monde. La brise thermique n’a pas dépassé les 10 nœuds lors des trois manches disputées en Baie d’Aigues Mortes. Ce temps de demoiselles permettait une entrée en matière parfaite pour les équipages qui ne découvrent les bateaux que depuis quelques semaines. Ce soir, le haut du classement est occupé par trois équipages anglo-saxons. Les favoris français Moana Vaireaux et Manon Audinet, eux, ont été réguliers dans le top 7, sous l’œil d’un supporter un peu particulier puisque le quadruple champion du monde Billy Besson était sur l’eau pour assister aux régates.

Deux teams ont fait sensation aujourd’hui au large des pyramides en remportant chacun deux des trois manches du jour. A commencer par les Américains Gibbs/Chafee *. Riley Gibbs, 21 seulement, est un aficionado du foil – finaliste 2016 de la Red Bull flying Generation et adepte du kite – . Nouveau venu dans la série, après s’être essayé au 49er, il s’est associé à l’ancienne équipière de Bora Gugliari qui connaît bien le support. La paire s’est faite remarquer aujourd’hui dans les vents légers, tout comme les Danois Lin Ea Cenholt (24 ans) et Christian Peter Lubeck (4e des J.O de Rio en 49er), récents vainqueurs à domicile du dernier Test Event international.

Autres très solides concurrents aujourd’hui : les Britanniques Gimson/Burnet et leurs compatriotes Saxton/Dabson, leaders au classement devant les Néo-zélandais Jones/Saunders. « Toute l’équipe anglaise semble très solide » analyse Franck Citeau, l’entraîneur de l’équipe de France. Ils se sont entraînés ensemble, en groupe, à Weymouth et ont mis le doigt sur les bons réglages ».

Aujourd’hui, il « suffisait » d’être régulier dans les 5 premières places pour prendre l’avantage au classement provisoire.

Il a donc manqué quelques « pouillems » aux Français Moana Vaireaux et Manon Audinet (5e, 6e et 7e) qui n’ont pourtant pas démérité dans un type de temps qui n’est pas forcément à leur avantage. « C’est n’est pas trop mal pour nous aujourd’hui. On a pris de bons départs. En étant un peu plus précis, et avec un peu plus de vitesse, on aurait pu faire mieux. Avec les bateaux qui volent au portant, il faut vraiment passer la première marque dans les 3 premiers pour espérer faire quelque chose. On a bataillé entre la 4e et la 6e place toute la journée. On repart demain avec des points positifs et des axes de réglages. Il y a encore beaucoup de travail là-dessus. Mais ça devrait aller de mieux en mieux »

Demain, mercredi, suite des régates de qualification. Trois manches seront disputées dans un vent de nord-ouest de 15 à 20 nœuds. Le Nacra 17, déjà acrobatique dans les petits airs, va révéler demain toute sa difficulté aux équipages les moins aguerris.

* Ce soir, l’équipage américain a été pénalisé par le jury international de l’épreuve pour n’avoir pas respecté la jauge qui impose de bloquer la partie haut du foil.

Ils ont dit :

Billy Besson, présent sur l’eau aujourd’hui :

« Je suis venu encourager l’Equipe de France. On a la chance d’avoir une épreuve internationale chez nous donc, il faut en profiter ! Et puis c’est mon club ici ! Je suis venu observer sur l’eau. Je constate que de nombreux étrangers ont bien travaillé cet hiver et que ça navigue bien pour pas mal d’équipages. Cela permet d’appréhender tout le travail qu’il reste à faire. Je regarde les comportements de l’équipage sur le bateau, les gestes techniques, les manœuvres, le nouveau boulot des équipiers, la manière dont il faut bouger. Si je peux donner des tuyaux pour faire progresser l’Equipe, c’est super. Et moi aussi, ça me servira pour la suite. Quant à mon retour dans la série, ça va dépendre du programme de Marie. C’est bien, pour une fois, que ce soit les filles qui choisissent non (rires) ? »

Lin Ea Cenholt (DEN) :

« C’était léger aujourd’hui, mais relativement stable. Nous sommes contents de notre vitesse au portant et on prend beaucoup de plaisir à pousser le bateau, voir comment il réagit et voir comment on peut gagner un peu plus. Nous avons reçu le bateau le 20 juin. On a fait les championnats d’Europe et le test event au Danemark où nous avons gagné en étant seulement très réguliers. Mais la courbe de progression est énorme. Aujourd’hui, nous avons beaucoup appris, notamment sur la manière de naviguer au près. »

John Gimson (GBR) :

“ On a fait preuve d’une belle régularité aujourd’hui dans des conditions qui n’étaient pourtant pas très stables. Le vent était mou et changeant. Toute l’équipe anglaise, les cinq équipages, nous, Ben Saxton, Tom Phipps, Rupert White et Chris Rashley, s’est entraînée ensemble à Weymouth. On a beaucoup travaillé et ça a été super. Chacun de nous a ses forces, maintenant, il faut apprendre à régater sur ces bateaux. On a eu notre bateau juste avant les championnats d’Europe (au printemps). On a aussi passé beaucoup de temps aux Bermudes avec Artemis à naviguer sur le Nacra20 à foils. »

 

Source

Camille El Beze

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 6 septembre 2017

Matossé sous: FFVoile, ISAF, Nacra 17, Séries Olympiques, Voile Légère

Vues: 453

Tags: , , , ,

Sous le vent

Au vent