Les grands noms de la course à l’assaut du Fastnet

Dongfeng Race Team goes sailing in their re-fitted Volvo Ocean 6

© Martin Keruzoré/Volvo Ocean race

Parmi les 400 bateaux de la flotte qui partiront du Solent le 6 août prochain à l’occasion de la Rolex Fastnet Race, l’on comptera trois des classes les plus prestigieuses de la course au large. On retrouve en haut de la liste les monotypes VO65, car la Rolex Fastnet Race sert de « Leg Zero » (étape « 0 ») pour la Volvo Ocean Race, et ce sera la première fois que les équipes s’aligneront les unes face aux autres. Parmi les sept équipes en lice, trois ont déjà participé à la Volvo Ocean Race 2014-15 : l’équipe de Brunel (qui avait terminé 2e), l’équipe chinoise de Dongfeng Race Team, troisième la dernière fois, et l’équipe espagnole de MAPFRE, qui a terminé quatrième. En monotype, l’expérience est la clef de tout, ces équipes auront donc l’avantage, mais les équipages d’autres bateaux de la dernière course ont aussi été répartis dans les nouvelles équipes.

L’équipe de Dongfeng Race Team a bénéficié de pouvoir être la première à naviguer cette fois, et elle a pris son bateau juste après la remise à neuf fin janvier. Plusieurs membres d’équipage sont les mêmes, et ils se sont davantage concentrés sur la compétition cette fois, ainsi que le déclare le skipper, Charles Caudrelier. « La dernière fois, nous avons passé les cinq premiers mois en Chine à sélectionner les équipiers. Nous avions mis 30% de notre temps dans la performance. Cette fois, nous y mettons 70%. »

La Rolex Fastnet Race de cette année sera la troisième pour Charles Caudrelier. En 2011, sur le VO70 Groupama, ils ont terminé juste derrière Abu Dhabi Ocean Racing, dont le temps de 32 heures et 39 minutes reste le record en monocoque. « J’aime la course parce qu’elle est intéressante : courte et compliquée avec beaucoup de transitions », explique Charles Caudrelier.

Alors que Dongfeng fait partie des favoris, la dernière équipe à rejoindre la fête est celle de « Turn the Tide on Plastic », skippée par Dee Caffari, une équipe qui n’a été annoncée qu’à la mi-juin.

Dee Caffari est une grande fan de la Rolex Fastnet, après y avoir participé pour la première fois à bord d’un bateau du BT Global Challenge (course autour du monde) en 2001. Elle était à bord de Team SCA il y a deux ans : « C’est une classique de la course au large que tout le monde veut faire. Elle couvre une telle gamme de bateaux et de marins, c’est comme une version océanique de la Round the Island Race. »

Having competed many times in the Rolex Fastnet Race_ Sam Davies will be in the driving seat of Tanguy Lamotte_s IMOCA 60_ Initiatives Coeur Cr_dit Photo_ Initiatives Coeur
Après plusieurs participations dans la Rolex Fastnet Race, Sam Davies sera à la barre de l’IMOCA 60 de Tanguy de Lamotte, Initiatives Coeur. Crédit Photo : Initiatives Coeur.

L’ancienne skipper de Team SCA, Sam Davies, est quant à elle revenue à la classe IMOCA 60. Elle a repris la campagne « Initiatives Cœur » de Tanguy de Lamotte, mais les deux marins naviguent ensemble pour le reste de la saison 2017.

« Tout le monde est heureux que Sam soit à la barre. C’est une belle continuation pour le projet, » explique Tanguy de Lamotte. Sam Davies, qui a également couru avec Tanguy en 2015, a déclaré: « Je suis très heureuse que Tanguy m’ait offert cette opportunité. C’est un projet que je connais très bien – un bateau super, une équipe sympa et une association caritative dont il fait bon faire partie. » Elle soutient Mécénat Chirurgie Cardiaque, qui finance des opérations sur des enfants nés avec des malformations cardiaques. Ils naviguent à bord de l’IMOCA 60 à foils qui a terminé le dernier Vendée Globe en troisième position.

A l’instar des huit autres IMOCA 60 en compétition, ils courent la Rolex Fastnet Race en double. Avant de naviguer ensemble en 2015, Tanguy de Lamotte l’a gagnée deux fois en Class40, tandis que la première course de Sam Davies était en 1995 à bord d’un Sun Legend 41, et elle l’a refaite un nombre incalculable de fois depuis.

Ils affrontent les bateaux qui ont terminé premier et deuxième du Vendée Globe : Bureau Vallée 2 (ex-Banque Populaire) mené par Louis Burton et Servane Escoffier, et Alex Thomson et le marin irlandais Nicholas O’Leary sur Hugo Boss.

Pour Alex Thomson, la Rolex Fastnet Race a joué un rôle important dans sa carrière de marin. « Ma première était en 1995 sur un Sigma 36 nommé British Eagle – il nous a fallu un peu plus de sept jours – mais dans cette course, j’ai trouvé mon amour pour la course au large. C’est ce qu’il y a de grand dans le Fastnet – il introduit les gens à la vraie course au large. » C’est à l’occasion de l’édition 2003 qu’Alex Thomson navigua pour la première fois sous les couleurs d’Hugo Boss, avant d’écrire une histoire qui dure depuis 14 ans avec son sponsor.

Cette fois, Alex Thomson espère battre les autres IMOCA 60s, mais il est optimiste quant à l’emprise sur les plus gros bateaux à bord de son bateau équipé de foils. « Nous sommes plus rapides au portant qu’un VO65, et si vous nous donnez les bonnes conditions (22-25 nœuds, au reaching), nous pouvons battre Rambler, mais sur le Fastnet, vous ne pouvez pas choisir la météo dans laquelle vous naviguez. »

Le flotte la plus importante en non-IRC qui s’alignera sur la Rolex Fastnet Race (34 bateaux) est celle des Class40. Il s’agit d’un mélange de professionnels et d’amateurs enthousiastes, et de bateaux allant des machines les plus modernes, jusqu’aux vieux bateaux de production. C’est aussi l’une des flottes les plus internationales, avec des participants venus de Russie et du Japon, de Suède, de Norvège, d’Autriche, des Pays-Bas, d’Afrique du Sud et d’Oman.

La Rolex Fastnet Race sera le premier évènement pour le Class40 le plus récent, et le plus radical. Le Carac (150) de Louis Duc est un plan Marc Lombard qui possède la proue la plus volumineuse autorisée par la règle de la Class40. Les tout derniers modèles de tous les architectes leaders de la Class40 sont en compétition, tels que Cap Des Palmes de Brieuc Maisonneuve, un Tizh 40 de Guillaume Verdier; Hydra du norvégien Henrik Bergesen, un tout nouveau plan Owen Clarke; Deux nouveaux Mach 40 Mk3s, conçus par Sam Manuard, V And B de Maxime Sorel, et Eärendil de Catherine Pourre.

Le Président de la Class40, Halvard Mabire, sera en course à bord de Campagne de France, un bateau neuf de sa propre conception, avec sa partenaire anglaise Miranda Merron. Le premier Fastnet d’Halvard Mabire remonte à 1977. « Il était sur un petit bateau en contreplaqué avec une épine dorsale en dur. C’était l’une des Fastnets les plus lentes de l’histoire – avec un vent très très léger tout du long. Je l’ai recourue en 1979, et là ce n’était pas la même histoire. » Il a participé à la course depuis dans le cadre de l’Amiral’s Cup et sur un Maxi One Design. « Le Fastnet est l’une des courses les plus anciennes. C’est très agréable d’avoir cette course – nous savons qu’elle aura lieu tous les deux ans. C’est bien que le RORC l’ait ouverte aux multicoques, aux IMOCA 60 et aux Class40. »

En ce qui concerne la forme, le favori n’est, pour une fois, pas français, mais originaire des îles Anglo-Normandes. Après sa victoire en 2006 sur la Route du Rhum, Phil Sharp est revenu en Class40. Son bateau, Imerys, mène actuellement le championnat Class40 2017, après sa deuxième place dans la récente course Les Sables-Horta-Les Sables.

La Rolex Fastnet Race partira au large de Cowes le 6 août à 11h00.

Source

Royal Ocean Racing Club

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent