Une belle bouffée d’oxygène

05-2017, LA TRINITE SUR MER, FRANCE, monocoque, monohull, OUTSIDE, BRITANNY, MINI, CLASS MINI, MINI EN MAI

© Thierry Martinez

La Mini en Mai s’achève doucement, quelques rares concurrents sont encore en course et devraient arriver tard dans la soirée, les autres sont déjà sur le chemin du retour à la maison. Que ce soit les coureurs ou les organisateurs, tous sont unanimes pour dire que cette édition 2017 restera dans les esprits comme un grand cru. Toutes les conditions étaient réunies pour que la Mini en Mai soit une nouvelle fois une réussite, comme le constate Yves Le Blevec: “Nous avons été bien servis par la météo, cette édition correspond exactement à ce que j’avais envie de voir en traçant ce parcours. En plus, la SNT joue vraiment bien le jeu et les coureurs sont accueillis dans le véritable esprit Mini. Nous avons un niveau d’exigence élevé, tant sur le plan de l’organisation qu’au niveau de l’accueil ou de la relation aux coureurs. C’est grâce à l’implication des équipes de bénévoles et de salariés que nous y parvenons.”
Même son de cloche du côté des coureurs. Tous ont loué les qualités de la SNT et du directeur de course, ainsi que le “super parcours”, même si les conditions sportives des 30 milles en baie de Quiberon ont fait dire à Quentin Vlaminck (#900 Arkema 3 – 4e en Proto): “C’était la guerre!”

D’un point de vue sportif, le niveau est élevé. “Ça navigue vite et bien”, explique Yves Le Blevec, “même si les écarts peuvent être importants. Finalement, celui qui gagne, c’est celui qui aura perdu le moins. Avec un tel niveau, difficile de raccrocher quand on s’est fait distancé, comme l’a vécu Yannick Le Clech (#906 Dragobert – 12e en Série), Ministe aguerri. Et pour les moins initiés, réaliser la boucle de 500 MN, c’est déjà une belle performance personnelle, et c’est tout à leur honneur.”

Pour Yves Le Blevec, la victoire de Ian Lipinski (#865 Griffon) en Proto est “sans surprise et sans appel. C’est un bon marin avec un bon bateau, qui maîtrise bien son sujet.” Concernant Erwan Le Draoulec (#895 Emile Henry) en Série, Yves se souvient : “On le voyait sortir tout seul très régulièrement pour s’entraîner sur son Pogo 1, il y a quelques années. Aujourd’hui, il navigue à haut niveau, il a parfaitement intégré les équilibres qui font marcher un bateau et il est efficace.”

La Mini en Mai est devenue en quelques années une classique du circuit Mini. Ce rendez-vous multi-générationnel est pour Yves “un moment d’échanges, un catalyseur, c’est passionnant. Je prends toujours beaucoup de plaisir, malgré quelques coups de stress.C’est peut-être une drôle de façon de se reposer,” dit-il en riant, “mais pour moi c’est une belle bouffée d’oxygène dans le quotidien.”

Source

Célia Mas Delfault

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 13 mai 2017

Matossé sous: Course au Large, La Mini en Mai, Mini 6.50

Vues: 1197

Tags: , ,

Au vent