Les Dames de Saint-Tropez fait l’unanimité

© René Catino

A l’heure du second tour des élections présidentielle, dans la baie tropézienne, il s’agira de la 6ème édition des Dames de Saint-Tropez, une manifestation dédiée aux femmes qui prendront la barre et seront à bord des plus voiliers de Tradition de la Méditerranée. Après quelques annulations de dernière minute, vingt voiliers de Tradition, répartis en deux groupes, prendront le départ des régates, samedi 6 mai et dimanche 7 mai. A bord, environ deux-cent cinquante équipières ! Certaines en profiteront pour mettre les voiles, d’autres défendront leur titre ou des associations comme Entre Ciel et Mer. Si les conditions météorologiques le permettent, les courses se dérouleront dans le Golfe de Saint-Tropez les 6 et 7 mai sous le contrôle d’un Comité de course mené par Michelle Urando, A terre, les spectateurs pourront admirer les voiliers avec leurs drôles de dames dans le Port de Saint-Tropez. Un programme festif réunira les participantes dans une ambiance conviviale avant la remise des prix dimanche 7 mai. Chaque équipage en lice recevra un magnifique bracelet de la Bijouterie Schaming qui récompensera également les vainqueurs de cette édition….
Un rendez-vous plein de charme et d’élégance à ne pas manquer !

En lice, les plus belles …

Du côté des plus grands voiliers classiques de plus de seize mètres, on retrouvera donc les fidèles de l’épreuve, MANITOU de 1937 (vainqueur en 2013) avec une équipe anglophone, le majestueux plan Fife MOONBEAM III de 1903 qui aura cette année son principal adversaire, MOONBEAM IV de 1914 (seconde participation). Dans le même groupe, OISEAU DE FEU de 1937 (vainqueur en 2015 dans son groupe) fera sa 5ème participation comme le cotre bermudien NAGAINA de 1950 et seront confrontés au redoutable sloop, aux couleurs de l’Espagne YANIRA de 1954 avec 100% de femme à bord (3ème participation et vainqueur 2015 et dans son groupe en 2016), à l’équipe féminine sur HERMITAGE de 1965 et à l’équipage anglais sur SKYLARK de 1937.

Sans oublier les nouveaux venus à l’épreuve avec chez les plus grands, les voiliers CIRCE OF PLYM, un Yawl de 1949, et deux ketch bermudien, DENEBOLA de 1962 (avec « les Dénébolettes », un équipage de journalistes dont Karine Fauvet qui présente la météo sur LCI !). Et chez les moins de seize mètres, le doyen de la flotte, le charmant côtre LULU de 1897, CERF VOLANT de 1975 (équipage 100% féminin), ARCADIA de 1969, AIGUE BLU de 1974, SERENA de 1960 qui sera rebaptisé pour l’épreuve ENTRE CIEL ET MER, une association qui accompagne les femmes post cancer du Sein vers un nouveau Cap de Vie plein d’En Vies, et ANDALE de 1951. Ces derniers seront confrontés aux fidèles et redoutables voiliers DJINN de 1934 (vainqueur en 2013 dans son groupe), le voilier tropézien MARIA GIOVANNA de 1969 (vainqueur en 2016 dans sa classe), le magnifique cotre aurique EVA de 1906 avec la « dream team » 100% féminine de Charlotte Franquet (vainqueur 2014 dans son groupe et équipage féminin en 2016), et un autre équipage 100% féminin sur ESPAR II de 1968, RATAFIA de 1962.

Source

Chloé DE BROUWER

Liens

Informations diverses

Au vent