Dernières heures en mer…

© Vincent Curutchet

« Je veux dormir, je pense qu’une fois arrivé à terre, je dormirai une année entière ! » confiait ce midi Alex Thomson. Le skipper d’Hugo Boss ne croit pas si bien dire, lui qui ne ferme plus un œil depuis les caprices de son pilote automatique et de son AIS (système d’identification des navires). Pourtant, il continue de réduire l’écart avec Armel Le Cléac’h (33,3 milles ce soir par rapport à la distance au but). A la question « Banque Populaire VIII va-t-il l’emporter ? », une réponse de normand serait bien évidemment inappropriée… Armel Le Cléac’h se dirige ce soir tout droit vers un graal qu’il attend depuis tant d’années, la victoire sur le Vendée Globe.

Dernières 24h compliquées

Une voie royale pour Banque Populaire VIII se dessine, mais cette dernière ligne droite jusqu’aux Sables d’Olonne sera semée d’embûches. « Les dernières 24 heures seront compliquées. Il faudra faire attention car on croise beaucoup de dangers. Il y a du trafic maritime, on croise des pêcheurs et des cargos depuis hier. » soulignait Armel au Vendée Live ce midi. Et c’est sans compter sur un Alex Thomson, toujours en embuscade, paré à attaquer à la moindre opportunité. Mais le Britannique le sait bien, passé le virement de bord non loin des îles Scilly, il va lui falloir naviguer bâbord amures, c’est-à-dire du côté où il n’a plus de foil. Il ne pourra donc plus réduire l’écart avec Banque Populaire VIII qui risque de s’envoler dans ce vent de Nord-Est de 20-25 nœuds ! Les deux skippers sont attendus avec impatience aux Sables d’Olonne, dès demain en fin d’après-midi, avec probablement 4h d’écart. La fièvre monte sur les quais de Port Olona ! Le chenal mythique sera ouvert de 18h à 1h du matin, nul doute qu’il y résonnera une immense fête pour accueillir les deux premiers skippers du 8e Vendée Globe.

Dick, un œil dans le rétroviseur

Derrière Jérémie Beyou sur Maître CoQ qui se sort à merveille des péripéties météorologiques, Jean-Pierre Dick voit dans son rétroviseur revenir dangereusement Yann Eliès et Jean Le Cam, les deux inséparables qui se contrôlent depuis la Tasmanie. Mais le skipper de StMichel-Virbac va bientôt pouvoir utiliser ses foils une fois qu’il sera sorti d’une bulle sans vent. N’empêche, il va y avoir du sport entre ces trois-là jusqu’à l’arrivée aux Sables d’Olonne aux alentours du 25 janvier…

Quatre Imoca dans le Pacifique

« Tandis que je me triture le cerveau pour quitter le Pacifique, Armel et Alex ne sont pas loin de franchir la ligne d’arrivée. Pour moi, les deux ont gagné. Ils ont fait une course extraordinaire. » a envoyé cet après-midi le Catalan Didac Costa à la Direction de Course. Didac qui sera le prochain à doubler le cap Horn suivi 80 milles derrière par Romain Attanasio. La route est encore bien longue à l’heure où Armel et Alex vont boucler la boucle, pour Pieter Heerema et Sébastien Destremau. Il y a ceux qui sont au milieu de nul part et ceux qui vont bientôt se laisser enivrer par les odeurs de la terre et la chaleur humaine…

COMMENT SUIVRE LES ARRIVÉES ?

Retransmission en LIVE sur internet et sur les Réseaux Sociaux

Si vous n’êtes pas aux Sables, vous pourrez malgré tout suivre l’arrivée des premiers bateaux en direct sur le site officiel du Vendée Globe, ses applications mobiles et tablettes, ainsi que sur les chaines Dailymotion (en langue française et anglaise) et Youtube (en langue anglaise). La retransmission en direct de l’arrivée, qui aura lieu aussi sur Facebook LIVE, commencera environ 30 minutes avant le passage de la ligne et se terminera environ deux heures plus tard. Un suivi des arrivées est prévu également sur Twitter via un LiveTweet (#VG2016) et des Stories sur Snapchat et Instagram.

Cartographie : positions toutes les heures

La cartographie 2D et 3D sur le site et l’appli officielle permettra de suivre l’arrivée des premiers bateaux, avec dès l’entrée du premier dans la zone des 100 milles de Port Olona, une remise à jour toutes les heures.

 

Alex Thomson, Hugo Boss

« J’essaie de faire fonctionner mon anémomètre. J’ai fait une nuit blanche et je suis très fatigué. Je ne me concentre pas sur l’arrivée, mais sur ce qu’il faut faire pour que les pilotes automatiques fonctionnent afin de pouvoir dormir. Le routage est assez clair. On s’approchera des îles Scilly. On attendra une bascule et quand le vent tournera, on sera sur l’autre bord. Il ne me reste plus d’options. Après le virement de bord, on aura du vent. Du coup je n’ai plus d’options. Je pourrai reprendre quelques milles, mais pour le moment cela me semble difficile. »

Armel Le Cléac’h, Banque Populaire VIII

« Ça penche pas mal là. La situation n’est pas facile depuis un petit moment. Les conditions ne nous ont pas aidés à aller vers les Sables. Pour l’instant je tiens tête à Alex. Les dernières 24 heures seront compliquées. Il faudra faire attention car on croise beaucoup de dangers. Il y a du trafic maritime, on croise des pêcheurs et des cargos depuis hier. On va passer au large de la pointe Bretagne cette nuit puis on va longer la Bretagne Sud. Il faudra être prudent et ne pas faire de bêtises. »

Eric Bellion, CommeUnSeulHomme

« Hier, je me suis pris 30 nœuds de vent que je n’avais pas vu dans les fichiers, aujourd’hui j’ai un peu de pétole. Il y a des moments difficiles où je me demande ce que je fous là et des moments où je profite. Quand je vois ce que j’ai parcouru, je mesure ma chance d’être ici, même comme cette nuit dans la pétole, je n’avais pas envie d’être ailleurs. Je m’étonne moi-même de mener mon bateau aussi bien et d’aller aussi vite. Je me dis que j’ai bien mené mon bateau, que j’ai changé de voile quand il le fallait, que je me suis bien alimenté. »

Jérémie Beyou, Maître CoQ

« J’évite de penser à l’arrivée parce qu’il me reste encore le golfe de Gascogne à négocier et je ne suis pas très gâté car il n’y aura pas beaucoup de vent, je ne pourrais sans doute pas avancer très vite. Depuis que je suis dans l’Atlantique Nord, je n’ai pas vu de mammifères marins, mais je fais attention car dans ces zones on peut rencontrer des cétacés, donc j’évite de mettre le foil dans l’eau, de toutes façons le bateau avance très bien sans. »

Source

Agence Mer & Media.

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2016-17

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe