L’étrange Noël des skippers du Vendée Globe

  • voile, tour du monde, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers
    © Alan Roura
  • voile, tour du monde, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers
    © Eric Bellion / Comme Un Seul Homme
  • voile, tour du monde, ambiances, large, offshore, race, course, photographes skippers
    © Eric Bellion / Comme Un Seul Homme

Moment inédit pour Eric Bellion, Alan Roura et Enda O’Coineen qui naviguent bord à bord, à quelques encablures de l’entrée dans le Pacifique, le jour de Noël, après environ 50 jours de mer… En avant de la flotte, Alex Thomson va franchir ce dimanche à la mi-journée le cap Horn. Le Britannique reprend des milles au leader Armel Le Cléac’h qui poursuit sa remontée de l’Atlantique Sud. Dix-neuf concurrents sur les vingt-neuf au départ sont encore en course dans le huitième Vendée Globe.

La séquence a tout pour devenir culte. Dans une vidéo envoyée cette nuit, Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) filme Enda O’Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) qui navigue à quelques dizaines de mètres sur son bâbord. Puis Eric tourne la caméra : à tribord, Alan Roura (La Fabrique) est lui aussi à quelques mètres… Le Français, l’Irlandais et le Suisse ont vécu un Noël pour le moins particulier et c’est en groupe qu’ils vont faire leur entrée dans le Pacifique à la mi-journée. Les trois hommes naviguent sous voilure réduite pour laisser passer le plus gros d’une violente dépression qui va notamment générer une mer très forte et des vents extrêmement forts. Des rafales à 90 nœuds sont annoncées mardi au Sud de la Nouvelle-Zélande. On comprend mieux pourquoi les skippers lèvent le pied.
« Je trouve génial d’avoir fait d’une difficulté une chance incroyable de vivre ce moment. C’est le plus beau Noël de ma vie d’avoir ces trois IMOCA du Vendée Globe aussi proches », s’enthousiasme Eric Bellion dans sa vidéo. Rich Wilson (Great American IV) va lui aussi ralentir volontairement. Décalés plus au Nord, Arnaud Boissières (La Mie Câline) et Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) n’ont pas encore fait part de leurs intentions.

Noël au Horn pour Alex Thomson

Le leader Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII) poursuit sa remontée de l’Atlantique Sud. Après une nuit compliquée dans des petits airs, il a repris de la vitesse en fin de nuit et navigue actuellement dans un vent d’Ouest d’une dizaine de nœuds qui devrait tourner au Sud-Ouest dans la soirée. Armel va passer à l’Est des Malouines.
Alex Thomson (Hugo Boss) a très bien navigué la nuit dernière, à une vitesse moyenne de près de 20 nœuds. Il a avalé 447 milles ces dernières 24 heures, quand Armel en a parcouru 208 dans le même laps de temps. L’écart s’est donc réduit et Alex pointait à 498 milles du leader à 5h (contre 743 milles hier à la même heure). Alex Thomson devrait franchir le cap Horn aujourd’hui vers 14h (heure française). Il va continuer à bénéficier de belles conditions et pourrait bien passer dans le détroit de Lemaire, un bras de mer qui sépare l’île des États et la Terre de Feu.
Jérémie Beyou (3e sur Maître CoQ) fait lui aussi parler la poudre, il est le plus rapide de la flotte (453 milles en 24 heures). Il profite d’un bon flux de Nord-Ouest qui va basculer à l’Ouest. Il devra donc effectuer quelques empannages à l’approche du cap Horn où il est attendu mardi soir.
800 milles derrière, Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) a comme prévu repris du terrain sur ses deux poursuivants, Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent), en touchant du vent plus tôt. On remarque que Yann a bien creusé l’écart sur Jean : 116 milles d’avance au pointage de 5h (contre 33 milles il y a 24 heures).

L’étonnante trajectoire de Pieter Heerema

En 7e position, Louis Burton (Bureau Vallée) navigue le long de la zone d’exclusion et va pouvoir réaliser une belle journée. Situation similaire pour Conrad Colman (9e sur Foresight Natural Energy) qui profite d’un vent d’Ouest de 20-25 nœuds au Sud de la Nouvelle-Zélande, sa terre natale. Calé entre Louis et Conrad, Nandor Fa (Spirit of Hungary) fait cap au Nord depuis hier soir. Mais pas d’inquiétude pour le Hongrois qui dans un message envoyé ce matin explique « chercher un meilleur vent ».
Derrière le groupe des six (d’Arnaud Boissières à Fabrice Amedo) qui navigue donc groupé au Sud de la Tasmanie, les quatre derniers concurrents naviguent dans des conditions toniques. Didac Costa (One Planet One Ocean) pourrait toucher jusqu’à 45-50 nœuds de vent dans la journée. L’Espagnol est tout proche du cap Leeuwin.
Sur une trajectoire très Nord, Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) et Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) se font rattraper par le front. Ca va pousser fort !
On surveillera enfin l’étonnante trajectoire de Pieter Heerema (No Way Back) qui fait cap plein Nord depuis 24 heures, vers le Sud-Ouest de l’Australie. Mais le Néerlandais n’a pour le moment pas donné d’informations particulières à la Direction de Course.

Source

Agence Mer & Media.

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : 2016-17

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe