Les cadors déjà aux belles places

voile, tour du monde, ambiances

© Vincent Curutchet

Comme on le pressentait, la première nuit de ce Vendée Globe 2016 a été rapide. Une première hiérarchie se dessine, dans un vent de secteur nord d’une vingtaine de noeuds. Armel le Cléac’h a pris les commandes, accompagné de Jean-Pierre Dick et Alex Thomson. L’Espagnol Didac Costa, lui, n’a pas encore repris la mer.

La grande émotion de l’énorme foule du chenal et celle du départ autour du monde sont déjà dans le sillage. Pas de round d’observation, c’est à fond que les vingt-huit solitaires en course vivent leur première nuit de mer. L’Espagnol Didac Costa n’est pas encore reparti des Sables, où il est revenu hier pour tenter de réparer une avarie électrique consécutive à une fuite de ballast. Sur l’eau, au milieu du golfe de Gascogne, les grands favoris ne se font pas prier pour allonger la foulée, atteignant des vitesses parfois supérieures à 20 noeuds. Les leaders ne sont plus qu’à une grosse centaine de milles du cap Finisterre qu’ils devraient doubler dès ce midi, en passant probablement entre la côte espagnole et le “rail”, dispositif de séparation du trafic, qui leur est interdit.

Armel Le Cléac’h leader

Tous les bateaux neufs à foils – à l’exception du No Way Back de Pieter Heerema – sont aux avant-postes, dans un vent de secteur nord d’environ 20 noeuds qui s’avère relativement instable en force et en direction et oblige à des changements de voile et interdit le moindre sommeil, comme l’explique Kito de Pavant, seul skipper qui a pu être joint ce matin (lire ci-dessous). Un trio de tête s’est légèrement détaché, composé – dans l’ordre – de Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), Jean-Pierre Dick (St Michel-Virbac) et Alex Thomson (Hugo Boss), qui se tiennent en moins de 3 milles. Quelques bateaux à dérives droites tiennent bien le choc, comme ceux de Vincent Riou (PRB), Paul Meilhat (SMA) et Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir). Mais il y a déjà des écarts relativement importants avec les deuxième et troisième parties de la flotte, la moitié des concurrents accusant déjà plus d’une cinquantaine de milles de retard sur le trio des leaders. Rien de dramatique tant la route est longue, mais une première indication : le rythme de ce huitième Vendée Globe s’annonce déjà très élevé.

Ils ont dit

Kito de Pavant (Bastide Otio)

“La nuit a été dure, car j’ai eu une galère : mon solent (le J1) s’est déroulé dans le haut, a fait un noeud et j’ai du batailler pour réussir à l’affaler. J’ai perdu deux ou trois heures avec ça et je suis rincé… mais heureusement rien de grave. Le golfe de Gascogne n’est pas si simple car il y a de la mer et le vent de nord est instable en force et en direction, ce qui implique des réglages voire des changements de voile incessants. Là, je suis à 10 noeuds de vitesse, alors qu’il y a cinq minutes je marchais à 20 nœuds ! Il faut être dans le rythme, évacuer l’émotion du départ et surtout bien faire attention au bateau, car la moindre petite bêtise se paye cash. Je pense être au cap Finisterre en début d’après-midi.”

CLASSEMENT DE 5H00 (FR)

  1. Armel Le Cléac’h / Banque Populaire VIII
  2. Jean-Pierre Dick / StMichel – Virbac
  3. Alex Thomson / Hugo Boss

Source

Agence Mer & Media.

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Les vidéos associées : 2016-17

Les vidéos associées : IMOCA

Les vidéos associées : Vendée Globe