Témoignage sur Squid de Thibault Vauchel Camus

© Pierrick Contin

1. Depuis quand travaillez-vous avec le logiciel?

Thibault Vauchel Camus : Nous avons découvert Squid lors de la Transat Jacques Vabre 2013, mais plus concrètement lors de la route du rhum 2014 au moment de la préparation. Cela était tombé à pic pour moi dans la découverte de la course au large et du solitaire. L’univers de la météo, du traitement de fichier de routage, etc… il fallait que ce soit le plus synthétique possible que je ne m’y perde pas. Ça m’a vraiment permis d’appréhender la question des fichiers météo le plus sereinement possible!

Squid répond à un besoin de simplification parce que c’est un univers qui est très complexe, car à fortiori en solitaire, après il faut que ça aille vite et bien, pouvoir réfléchir à minima et saisir l’information. Pour moi Squid est arrivé vraiment juste au bon moment!

2. Votre utilisation en préparation ou au Large?

Thibault Vauchel Camus : J’aurai aimé le connaître plus tôt, et savoir mieux le maîtriser sur mes courses précédentes, notamment dans l’exploitation des images satellites et images Bracknell. J’allais au plus concret à défaut de savoir réellement m’en servir. Mais grâce aux formations que j’ai pu suivre, notamment auprès de Bernard qui est venu à Lorient Grand Large nous dispenser des cours, je me suis beaucoup plus familiarisé avec Squid ce qui va me permettre d’approfondir la préparation météo à l’avenir. Le métier de skipper est vraiment un travail aux multiples facettes. On va de la préparation physique, en passant par les aspects financiers, la préparation du bateau lui-même… Une foiss que certains aspects sont dans de bons rouages, je peux libérer du temps pour optimiser ma connaissance en données météo, et approfondir mon utilisation de Squid qui est essentielle.

3. Pour vous l’atout de Squid complète la préparation globale du skipper sur la préparation du bateau?

Thibault Vauchel Camus : Tout à fait, à partir du moment où on a un outil comme Squid qui réuni autant de problématiques tout en rendant un résultat digeste, on gagne un temps fou, et surtout on gagne en sérénité.

En plus quand on est en préparation de navigation avec un routeur, on commence à mieux comprendre les termes et on analyse avec les même outils que lui. On se met à parler le même langage. Ça nous permet une vraie cohérence.

En multi-coque la problématique est différente car les informations arrivent toujours une fois au large. En Classe 40 ou en Imoca, on est vraiment seul au large, il faut savoir s’en servir.

4. Quel est le gros plus?

Thibault Vauchel Camus : Il m’a permit d’être serein sur mes choix de navigation, en terme de trajectoire, et du coup de pouvoir passer du temps sur le pont en étant plus efficace. On sait que le fichier arrivera à telle heure, on sait du coup qu’on pourra en partie maîtriser un certain temps de travail à la table à carte qui ne viendra pas empiéter sur les autres missions que l’on a à bord! C’est l’effet papillon qui va dans le bon sens du coup. L’avantage quand on est serein sur les informations que l’on traite, c’est que par exemple on peut décider d’un changement de voile rapidement, soit au contraire d’accepter de ne pas la changer pendant une heure de plus car on a compris que le meilleur moment serait plus tard. En croisant Squid et Adrena on a vraiment deux outils complémentaires : on gagne alors en temps en lisibilité et du coup en sérénité.

Ce qui est génial chez Squid c’est aussi cette interaction entre le programmateur et le navigateur pour faire évoluer les fonctions. Il y a une vraie considération pour les suggestions des coureurs, ce qui permet que le produit Squid progresse, ainsi que le partage de l’expérience des autres. Ça permet d’éviter pas mal d’erreurs et de gagner encore du temps.

Source

Squid

Liens

Informations diverses

Mis à l'eau le: 12 février 2016

Matossé sous: Billets sponsorisés, Class40, Course au Large, Divers

Vues: 1819

Tags: , , ,

Sous le vent

Au vent